Il était dit que je devais attendre mercredi pour vous faire ce billet. Il était dit que je ne dormirai pas de la nuit de peur d'oublier ce récit, de peur d'oublier ces dialogues, ces dessins. Il était dit que je vous le ferai dès aujourd'hui, que je ne pourrais pas patienter jusqu'à demain... Il était dit !

" L'entrevue " est un BD d'une poésie rare, subtile, délicate, riche dans laquelle il faut accepter de se laisser surprendre, de se laisser conquérir petit à petit, pas à pas, les relations extra-ordinaires étant si universelles, si fragiles. C'est sensuel, beau, doux, envoutant, aimant, universel, unique, rare, fantastique, déroutant, intemporel, imaginaire, réel. C'est aujourd'hui, c'est demain. Je ne sais plus très bien.

 

48126_10151312044647581_1106650788_n

 

Cette nuit là, Raniereo, psychiatre clinicien d'une quarantaine ou cinquantaine d'années , roule trop vite au volant de son véhicule. Impatient, fatigué, usé par sa journée et les histoires d'adultères de son ami Valter, Raniero passe en chicane sur un passage à niveau, entrevoit des formes géométriques dans un ciel noir, rate un virage et finit sa course dans un champ. Quand il reprend connaissance, ces formes, ces triangles sont toujours là, immuables, mystérieux.

 

C'est que pour Raniereo (et pour nous aussi pensez donc), il y a quelque chose de grisant, d'attirant, une douceur, une lumière, une énigme dans ces figures. C'est euphorisant, troublant ; c'est l'autre chose, l'autre existence. De retour chez lui, comment raconter ces étranges visions, ces étranges lueurs entrevues suite à un accident ? Qui le croira : sa femme, avec qui il est en train de se séparer, son ami Franco, un fieffé gredin, un illusionniste, un voyou, son collègue Valter, un chirurgien vindicatif, colérique, pédant ? Personne ne pourrait, ne voudrait le croire.  Et puis à quoi bon ? Raniero va se taire, ne rien dire...
5379535-8026182
Jusqu'au jour où il rencontre une nouvelle patiente, Dora, 21 ans, emmenée par ses parents pour cause d'hallucinations visuelles (elle serait en contact avec une forme d'intelligence extra-terrestre) et de comportements ultra-libéraux. C'est que Dora appartient à une la " nouvelle convention ", organisme militant qui prône la " non-exclusivité émotive et sexuelle ". Et là d'un seul coup, nous comprenons, nous autres lecteurs, que nous rentrons dans un autre univers, dans une autre dimension, un futur pas si éloigné de notre présent. C'est troublant, exquis, mystérieux, poétique. C'est l'inconnu, l'autre, les Autres, ses points d’appui, des référents, une nouvelle identité. 
 
Cette rencontre va chambouler la vie de Raniereo. Sa petite vie bancale, routinière, dépressive va emprunter un nouveau chemin. Et Dora ... Dora... Dora. Emu par la jeune femme, le coeur usé de Raniereo se met à battre un peu plus fort. Désir, envie, découverte, retrouver, aimer !
 

entrevue_pl2

 

Cette bande dessinée est passionnante. Passionnante parce que troublante, mystérieuse, d'une poésie rare, d'un graphisme hors pair, d'une douceur. C'est somptueux. Ces dégradés de noirs et blancs, de gris, ces matières, ces gommages, ces figures géométriques, ces textures, ces arrondis, ces ténèbres... Et si tout simplement c'était la lumière. La lumière d'une nouvelle existence, une vague de plus en plus forte d'un nouvel univers, l'Amour ! ... Et si tout simplement cette bande dessinée nous relatait notre histoire, nos envies, nos désirs !