"Le singe de Hartlepool" de Jérémie MOREAU et Wilfrid LUPANO



"La nation est une société unie par des illusions sur ses ancêtres et par la haine commune de ses voisins." (Dean William R. Inge). Quelque part en Mer du Nord, en pleines guerres napoléoniennes... La haine entre français et anglais est à son comble.

 

 

 

196095_145694502246509_200377390_n


Le long des côtes anglaises, un navire français vogue sur des flots tempétueux de la Mer du Nord. A son bord, le capitaine, qui, bien sûr, déteste les anglais et leur maudit pays, son second, d'apparence plus philosophe, un mousse, chantant des berceuses anglaises, et surtout Nelson....Nelson est le chimpanzé que le capitaine a rapporté de sa période "commerce d'ébène". Habillé à la hussarde, il est le divertissement du navire, la mascotte... Il vole de mats en mats et fait l'animation à bord de la frégate. Oui mais voilà....


Une tempête, comme seule la mer du Nord sait les orchestrer, provoque la perte de l'équipage et l'échouage du bateau sur la plage de la petite ville de Hartlepool. Les seuls survivants sont Nelson et Philip, le jeune mousse. Damned : des "petits frenchies" sur le sol "Britannique" ! "God save the Queen" !


Les habitants d’Hartlepool, qui n’ont jamais vu de singe, et qui n’ont jamais vu de français non plus mais les détestent si forts qu’ils se disent qu'ils doivent être très moches, pensent donc que le pauvre Nelson est un frenchy. Ils décident donc de l’emprisonner, de le cuisiner pour lui tirer les vers du nez, à défaut de cacahuètes… (cet intrus ne peut être qu'un espion, of course), de le condamner au cours d'un procès bâcle où se déchaîne les pires sentiments : l'ignorance, la sottise, les préjugés, la haine.

Seuls les enfants du village ont une toute autre vision... Mais ce ne sont que des enfants. Doit-on écouter les sottises de ces maudits garnements ? Une fin des plus injustes, bouleversante.


Basée sur une célèbre légende anglaise, cette histoire est une démonstration de la bêtise humaine. Ces gens qui se détestent, sans aucune vraie raison, et qui sont capables des pires cruautés envers " l’ennemi " (autant du côté anglais, que du côté français)...


Du grand 9ème Art ! Monsieur (oui j'ose) Jérémie MOREAU sert parfaitement et avec beaucoup de justesse, d’émotion, cette cruelle fable sur la nature humaine. Le scénario de Monsieur (de nouveau je m'entête et j'ose) Wilfrid LUPANO oscille avec justesse entre le drame et la farce, nous faisant parfois rire, parfois presque pleurer. Récit pessimiste, la forme légère rend cette histoire encore plus troublante, plus attachante. Une BD juste magnifique !


Pour info : en 2005, un os de singe fut retrouvé sur la plage à Seaton Carew. On ignore à ce jour s'il a un rapport avec Nelson. Mais qui sait ?

 

 

537686_145695615579731_43399386_n