305847_180671735341956_998062680_n

 

En ce début d'été la où les vignes s'épandent sur les coteaux, se développent, se réchauffent aux premiers rayons de soleils, j'ai eu envie de vous parler d'une bande dessinée qui m'accompagne depuis février 2012. J'ai eu envie de vous faire partager un auteur pour laquelle j'ai une infinie tendresse graphique, scénariste, une infinie envie de rencontrer un jour : Monsieur Etienne DAVODEAU. " Il est un de ces dessinateurs, scénaristes qui emplit d'une humanité, d'une tendresse absolue ces albums. C'est un régal, un bonheur de voyager dans ces pages, dans ces cases à chaque fois."

 

Etienne DAVODEAU je l'ai découvert au hasard de lectures. Ce fut "Chute de vélo", " les mauvais gens " et " Rural " où il évoquait son enfance dans ce coin de Mauges, ce coin du Pays d'Anjou, ce coin ligérien. Vous pensez bien qu'étant moi même de ces contrées propres aux bords de Loire, ce pays où la douceur de vivre est une de ces caractéristiques principales et où les vins coulent à foison, je ne pouvais ignorer longtemps cet auteur... Puis ce fut Lulu, femme nue. Un coup de foudre ! Une beauté, une merveille, un espace de liberté, un souffle d'humanité et de petits bonheurs justes et incroyables, un amour des petits gens.

Etienne DAVODEAU a ce regard qui fait que quiconque croise une de ces planches, se sent beau, fort, humain. C'est tendre, amoureux, poétique, grinçant aussi mais jamais révoltant (même si dans Les Mauvais Gens et Rural il aborde le thème de la dureté du monde rural), jamais colérique. Mais jamais mièvre non plus. C'est juste, humaniste.

Enfin tout cela pour vous dire que j'aime oui j'aime vraiment cet auteur, ce dessinateur... et si je ne m'arrêtai pas je pourrai vous parler des heures et des heures de ce croqueur de bulles qui raconte des histoires à l'aide de pastels, d'aquerelles, de lie de vin, de mine de plomb.

les-ignorants_davodeau_futuropolis

 

Mais là j'aimerai vraiment vous faire partager une histoire, une belle histoire, un récit d'une initiation croisée, LES IGNORANTS. Un petit bijou, une pépite, un trésor, un univers, une bande dessinée à siroter, à laper, à déguster comme un bon vin, un bon chenin, un petit moelleux des côtes d'Anjou. Ce récit est la rencontre, durant une année, entre un vigneron, Richard LEROY et un auteur de bande dessinée, Etienne DAVODEAU lui même. Leurs connaissances respectives se limitent aux bases de l'art graphique pour l'un et de l'oenologie pour l'autre. Ils sont ignorants. Richard initie Etienne à la taille de la vigne, aux fûts, aux ceps, aux dégustations aveugles, aux terres, aux vendanges, au monde viticole... Etienne apprend à Richard à aimer la BD, le graphisme, les scénarios, le milieu de l'édition, les salons, les rencontres...

Et c'est cette alchimie des deux arts qui est magnifique. C'est cela qui est beau. Ce partage, cette initiation, cette jouissance du geste, cette beauté humaine, cette unité d'esprit et de corps, cet amour de l'autre, des autres, cette envie de briser les clichés et de s'ouvrir à d'autres domaines. C'est tout simplement la rencontre de l'humain, cette précieuse nécessité de ne pas se limiter à ces connaissances, de toujours vouloir s'ouvrir à d'autres mondes, d'autres chemins...

Les Ignorants est une bande dessinée, gaie, vivante, joyeuse, gourmande, poétique, somptueuse. C'est une ivresse de bonheur et je vous invite fortement à la déguster sans aucune modération, un verre de Coteau du Layon dans une main, un Bonnezeaux ou mieux un Quarts-de-Chaume et dans l'autre une mine de plomb, un crayon virevoltant sur le papier... Un grand grand grand millésime !

 

 

les_ig11