Le nu est la sincérité du corps.  - partie 2 -

Le nu artistique, académique ou alors abstrait fait parti d’un art auquel je me suis intéressée. Ce thème a toujours existé par ses représentations sur les parois peintes des grottes, aux nus masculins très en vogue dans l’antiquité grecque.

Dès le début de la photographie, le corps féminin fut une source d’inspiration d’un bon nombre d’artistes. Ces images étaient soigneusement gardées par leurs créateurs, ou alors échangées  » sous le manteau  » par crainte de censure.

Dans cette série, l’anonymat des corps sera le fil conducteur pour garder à l’esprit ce sentiment de censure auquel les photographes étaient contraints à l’époque.

Au travers ces clichés en noir et blanc, nous pourrons voir une évolution certaine de l’esthétisme; des formes et des courbes de l’humain grâce à l’éclairage et aux postures choisis.

 

Parce que cette semaine je me suis posée la question de savoir si je devais vous raconter la suite de cette expo... Parce que j'ai réellement hésité... Parce qu'il y a des fois où l'on est pas sûr de soi et le manque de confiance nous assaillent. Encore une fois, merci cher Abonné, merci Xavier ! Tu as trouvé aujourd'hui les mots justes pour me remotiver.

 

 

 

ACPC1

  

Elle l’attendait, il était là.

 

Il la portait dans ses bras.

Un corps à corps à fleur de peau. 

Enfin débarrassés de leur carapace,

Ils étaient nus. 

A corps perdus.  

 

 

 

ACPC2

 

Tel un gladiateur

Ayant combattu dans l’arène de l’amour,

Il levait le pouce.

Pollice verso,

Il laissait tomber son armure, ses atouts...

 

L’abandon,

L’émotion,

La tendresse,

La crainte des lendemains.

A corps perdus : l’amour à la vie à la mort.