578024_142979912517968_1671687634_n

" Je ne comprends pas ce qu’il y a de fatigant à faire du thé. Tu jettes les vieilles feuilles dans la passoire à thé, tu rinces un bon moment la théière sous le robinet d’eau chaude, tu laves plusieurs fois l’intérieur avec l’éponge et le liquide vaisselle pour ôter les traces du thé précédent, tu essuies la théière, tu y mets des feuilles de thé…et voilà !"

 

Zulma, la maison d'édition a encore une fois fait mouche ! Sorti en 2009 et Prix de Courrier  International du roman étranger, ce petit livre est un écrin de poésie et sa couverture un patchwork chatoyant et chaleureux pour nos yeux.



L'histoire ou plutôt les histoires... Des histoires d' hommes mais surtout de femmes, de couples dans la société iranienne. Des touches en demi-teintes, des contours de vie et des rimes soyeuses d'un monde trop souvent caricaturé. 

Les hommes n'ont certes pas le beau rôle. Souvent montrés "mâchos", il s'évertue à rendre la vie plus douce ou plus âpre à leur épouse qui rêve d'émancipation, de liberté, d'une vie pour elle, par elle. On y croise des femmes qui louvoient entre les traditions familiales et tenaces et l'esprit de modernité. Harmonie et délicatesse, sagesse perse et beauté des personnages.

"Le goût âpre des kakis" est une suite de cinq nouvelles qui peuvent paraître amères mais qui sont justes magnifiées par une série de portraits tous plus beaux les uns que les autres. Des nouvelles qui décrivent avec sagesse et justesse les traditions et les évolutions de la société.

 

Dans ce petit recueil, d'une poésie absolue (ah l'âme perse), Zoyâ PIRZAD transforme les "petits riens" du quotidien en instantanés bouleversants de vies, de liberté, d'humanité. Et c'est juste émouvant, je dirais même terriblement émouvant. Elle a le sens du mot juste, un talent pour suggérer sans écrire.

Ce livre donne des envies d'ailleurs, d'odeurs de cuisine, des arômes emprunts d'une délicatesse et d'une onctuosité, de voyages loin des clichés véhiculés. Une gourmandise à lire (avoir à portée de mains pistaches, fines herbes, citrons, kakis, thé, baklavas, miel).  Tout en douceur, chaleur, dans le temps de la lecture et du temps qui s'écoule. Exquis. Ce recueil de nouvelles est en fait tout simplement savoureux, un régal ces "goût âpre des kakis".

 

"Le goût âpre des kakis" de Zoyâd PIRZAD est une porte entr'ouverte sur une culture en évolution constante, un chant à la liberté et cela sans jugement.

 

Note de la maison d'édition : Romancière, traductrice ("Alice au pays des merveilles", poésie japonaise...), nouvelliste hors pair, Zoyâ Pirzâd, née en 1952, fait partie des auteurs iraniens qui font sortir l'écriture persane de ses frontières et l'ouvrent sur le monde.
Dans "le Goût âpre des kakis", Zoyâ Pirzâd explore avec subtilité, lucidité, tendresse et une certaine nostalgie les chassés-croisés de la vie amoureuse.
Une quête que l'on retrouve et qu'on a déjà pu apprécier dans les nouvelles de "Comme tous les après-midi" ou dans "On s'y fera".