1975232_293279540821337_1159931548_n

" On pense à tout cela, on allonge un peu le pas, on se souvient : de rivages désolés (ils sont nombreux et toujours efficaces), de gares incertaines, de fortins presques effacés au sein de montagnes pelées ou monotones, et que l'on sait que l'on côtoie une imagerie dont le cinéma, facilement ou magnifiquement a su faire usage. On se dit donc que le bout du monde, c'est ou ce serait d'abord un film au montage halluciné, fait d'embardées lentes, une sorte de condensation panoramique de l'abandon. On dresse des listes, on fait la carte de ces points, ceux que l'on a connus, ceux auquels on aurait aimé se rendre, et justement parce qu'ils sont dans cette rumeur, en commençant ou en finissant, très loin , par le Bahia Inutil, cette quasi illuminaton toponymique qui se trouve en Terre de feu, soit dans le territoire qui figure peut-être avec le plus d'aisance et d'immédiateté l'effet terminal du bout du monde justement."

 

Ce livre d'aventure qui reste sur le coin de ma table, sur le rebord de mon chevet, dans mon sac à dos est un livre qui m'accompagne dans mes périgrinations, mes balades, mes voyages et qui a le mérite de m'évader dans tous les sens du terme.

Jean-Christophe Bailly est un auteur indéfinissable, à la croisée de l'histoire, de l'art, de la philosophie et de la poésie. Vous parler du "dépaysement" n'est donc pas chose commode. Et pourtant !
Le sujet de ce livre est la France ! Mais la France non pas vu de sa grandeur et pompeuse majesté, non !! La France vu par le regard du vagabond, de l'errant, du marchand...  Car lorsque nons partons à la découverte de nos vertes contrées, partons-nous pour découvrir, ou pour confronter la réalité des lieux à ce qu'on sait déjà ? Vastes questions, vastes champs contre lesquels nos esprits cartésiens se heurtent et s'ouvrent à une âme contemplative, humaniste et finalement si méditative.

"On part du vieux Bordeaux, d'une fabrique de filets de pêche, on traverse Culoz, où se sont échoués des immigrés, on traverse les jardins ouvriers de Saint-Etienne, puis on croise Rodin, Rimbaud et leurs territoires, et cap sur Lorient, Beaugency, la Vézère, le Nord... Inlassablement, Bailly laboure les pays et les gens. Ses Voyages en France sont les carnets d'un voyageur en liberté, d'une curiosité insatiable et contagieuse. On se laisse guider avec bonheur" (Fabienne Pascaud - Telerama n° 3211)


Alors pour une fois, je n'ai pas envie de vous faire un long billet. Non pour une fois, j'aimerai juste entendre le bruit de mes pas sur l'herbe, la mousse chanter à mon passage, le ciel s'ouvrir et m'envoyer ces plus beaux rayons... Et m'enivrer de ces voyages qui rendent riches sans posséder.
Lire la France ainsi et me dépayser. La France : un chemin de poésies, une enjambée symbolique en enjambées métaphoriques, un baton de pélerin en plume vagabonde.


Un très bon livre à mettre en évidence sur son coin de chevet. Un bon livre où il fait bon picorer des mots, anecdotes, phrases et se dire : demain je reprends le chemin !!