1982085_10203528333914727_312692847_n

« L’absence… quand ça dure trop, ça efface les visages… faut faire gaffe. […] On dirait que c’est le bon moment de revenir non ? On pourrait bien avoir besoin de moi dans les temps qui viennent surtout avec ces nouvelles têtes qu’il va falloir connaître... […] Mais toi mon frère, ta vie, elle est pas ici pour le moment. »

 

Comment dire que cette bande dessinée est juste un bijou, une pépite, une véritable histoire entre deux frangins que tout oppose.

 

Come prima où ce quelque chose qui fait que les fratries sont et restent toujours des fratries, que les histoires de familles quelque soit le passif restent des histoires de famille où tout peut se modifier, revivre, évoluer.

 

« Come prima », comme avant.1958232_10203528332674696_1729782505_n

Comme avant la fuite, comme avant les pertes, comme avant les incompréhensions,  comme avant les absences. Comme avant l’Italie décomposée. Comme avant, come prima !

 

Début des années 60 quelque part en France et en Italie. Quelque part sur la route. Deux frangins… Suite à la mort de leur père, Giovanni décide de retrouver ce frère qui un jour a fui l’Italie et sa famille. La fuite pour ne plus être retrouvé, pour ne plus être un incompris, la fuite pour tenter de vivre.

 

Au détour d’un ring, il met enfin la main sur Fabio, looser et frangin au passé incertain.

 

14499_10203528333314712_756002248_n

Tout les oppose, rien ne les rassemble… Faciès d’écorché vif contre bouille ronde et douceur.

Ces retrouvailles sont sous tensions extrêmes, comme un combat de boxe. Uppercuts, crochets, visages cabossés, bras en écharpe.

 

Fabio et Giovanni ne se sont pas vus depuis une dizaine d’année. Plus de contacts, perdus de vu. Ils prennent la route au volant d’une vieille et brinquebalante Fiat 500. Routes caillouteuses, lacets en n’en plus finir, horizon bouché par les montagnes… un road-movie où tout peut exploser (au sens propre comme au figuré).

 

Une bande dessinée qui nous ramène sur l’histoire noire de l’Italie fasciste, les chemises noires. Une bande dessinée qui nous plonge dans les pages que chaque famille camoufle, oublie. Une bande dessinée qui prend aux tripes et au cœur. Tout n’est pas noir mais tout n’est pas blanc. Nul n’est parfait : les deux frères cachent chacun un secret. Une bande dessinée qui possède des qualités graphiques indéniables, des ruptures de tons et de traits.

 

Bref Come Prima... Come prima... Comme avant... et comme un autre soi