10320538_310928755723082_2085053575466079027_n

 «  -J’ai une idée ! Je crois que j’ai une idée !

Tous les regards s’étaient tournés vers le facteur de Patelin… […]

 -On t’écoute Paco, dit le Maire avec un visage qui exprimait la sympathie mais gardait dans le coin de son sourire en coin, le sentiment que cet administré était un doux rêveur, un poète en roue libre, inoffensif à force de faire des tours de bicyclette dans sa tête. […]

- si les docteurs aiment tant s’établir à la mer, on n’a qu’à dire qu’il y a la mer à Patelin !! »

  

Jérôme ATTAL c’est le plus grand, le plus magnifique des destriers poètes, fins, racés de l’univers, un doux et merveilleux rêveur, un Pierrot au talent fou qui d’un mot, d’une phrase vous embarque au delà des étoiles filantes, au-delà du firmament, un Jacques Tati - Prévert - Woody Allen,  un génie (celui de la lampe…). Jérôme ATTAL c'est une phrase accrochée à mon âme : " on ne peut pas demander la lune à une personne qui, quand on la regarde, n'a pas d'étoiles dans les yeux ". 

Jérôme ATTAL, je l’ai découvert au détour d’une conversation entre blogueuses, il y a un peu plus d’an maintenant… : une histoire de caddie jaune et d’un déménagement hors du commun qui a signé une amitié. Depuis j’ai rattrapé mon retard ! Du caddie, je suis passée au Bordel, découvert une Pagaille monstre (il faudra que je vous en parle d’ailleurs tiens) et revisité mon Histoire de France façon ATTAL.

  

L'histoire

10308313_10203966351984905_6475275779688582916_n

Prenez un village perdu au milieu du désert géographique français et répondant au doux nom de Patelin.

Dans ce village, le docteur prend sa retraite. Pas d’hôpitaux proches, pas d’infirmières, pas de maison de santé, rien, désertification sociale et médicale. Partant de ce constat, les villageois trouvent une idée de génie, surprenante, étonnante, et décide de faire croire à un jeune docteur que Patelin se trouve au bord de la mer ou du moins vraiment pas loin.

Ce village à la Tati se métamorphose. Par décret municipal, le maillot de bain devient la tenue officielle, les parasols et lunettes de soleil obligatoires à chaque sortie dans la grande Rue.  On repeint les champs de colza qui entourent Patelin  en bleu marine couleur azur et les corbeaux deviennent des mouettes. Les commerçants refont leur devanture façon station balnéaire et l’institutrice enseigne le jokari aux enfants du village

Un soir un jeune médecin,  tout juste diplômé, arrive par le dernier train. Sera-t-il pris par cette supercherie, par ce doux et poétique mensonge d’un village où les âmes sont si humaines, si belles dans cette fable burlesque, incroyable ? Et si dans ce village se cachait la princesse aux petits pois, une princesse qui ne rêve plus du prince charmant depuis qu’un goujat lui a retourné l’estomac ? 

 

10307221_10203966351264887_8236296450612781592_n

Je ne vous en dirais pas plus… pas plus parce que je meure d’envie que vous découvriez ce roman, que vous le lisiez dans les mêmes conditions que moi.

Je l’ai attrapée au vol, me suis installée à une terrasse de café, j’ai sorti les lunettes de soleil, dégusté un thé et tout d’un coup, j’étais à Patelin… Devant moi, les gens se baladaient en short, les enfants riaient, le soleil brillait et j’étais bien… j’entendais la mer pas loin. J’étais vraiment bien et loin de mon quotidien.

Lisez « Presque la mer » de Jérôme ATTAL et je vous  promets de passer un moment où le bonheur sera en ligne de mire, où des larmes scintillantes s’égareront sur vos joues, où des sourires et des rires s’autoriseront à sortir de votre corps ankylosé.  

Je vous promets de passer le plus merveilleux des moments avec un livre qui fait un bien fou, un de ces livres que vous gardez précieusement quand les rêves frappent à votre porte, un de ces auteurs Pierrot Lunaire qui d’un sourire triste vous apporte la joie dans votre âme.

Je vous promets des petites phrases qui s’autorisent à faire de vous quelqu’un d’autre, une petite lumière au creux de votre âme, de votre cœur, quelqu'un de bien.

Je vous promets de rencontrer un auteur qui vous parlera, qui semera en vous des petits bonheurs qui semblent dérisoires mais qui font la beauté, l'humanité dans un monde où l'indifférence et la mesquinerie des plus forts cassent, brisent les corps et les coeurs.

Je vous promets la douceur et les étoiles...

 

Jérôme ATTAL « Presque la mer »… le livre à incorporer obligatoirement dans votre valise cet été au même titre que la crème solaire, le maillot de bain, les lunettes de soleil et le Mickey Parade du petit dernier. Merci Jérome, merci Stéphane Million (ton éditeur) pour ce moment de bonheur que vous m’avez offert, merci infiniment. Vous êtes des nobles troubadours mes chers. Et retrouvez le billet de Blablablamia qui en parle divinement bien.

 

10157395_311524522330172_4167004262198421475_n