un gout de noisette couv« Je n’ai jamais su réellement d’où Chloé puisait cette force pour profiter de chaque instant. Celle qui te fait comprendre que la vie est avant tout un cadeau plutôt qu’un dû. Mais elle était hautement contagieuse ».

Qu’est ce qui fait l’amour : un regard, une sensation, un toucher, une odeur, une parole, un souvenir, un joli minois, un moment suspendu, précieux… 

 

Il y a là Corentin, Manon, Barnabé, Eléonore, Aymeric, Margaux, Benoit, Abderrazak, Luna, Marlène, Christophe et Azul. Tous cherchent ou connaissent une histoire d’amour, qu’elle soit d’une nuit, d’un jour ou d’une vie. Tous ont en commun cette quête, ce moment ultime où nous lâchons prise dans les bras de l’autre. Tous ont en commun la relation amoureuse qu’elle soit avec un grand A ou non, la solitude, la recherche, la rencontre, l’instant précieux, parfait, suspendu.

« Je ne sais pas ce qui fait l’amour, c’est la dernière magie du monde. Le jour où on saura l’expliquer, nous ne serons définitivement plus que des petites mécaniques sans mystère ».

 

un gout de noisette 1

Et il n’est nullement facile de parler d’amour sans tomber dans le cliché de la relation justement. C’est là que le talent de Vanyda intervient. Sans mièvrerie, elle peint avec justesse, poésie, douceur une touchante série de portraits, de l’adolescente trop jeune pour l’amour à l’adulte solitaire qui recherche sa princesse sur les réseaux en passant par les amours de jeunesse et ceux qui restent, qui marquent nos vies.

Bande dessinée chorale (chose encore moins évidente à mettre en place), chacun des  personnages croisés prend de l’épaisseur et nous ramène à notre propre destinée ou à celle croisée dans le destin précédent : flirt, jalousie, tromperie, rencontre, mystère, Don Juan ou Maryline… tous les jeux de séduction et de l’amour s’entremêlent.

D’une merveille poétique et sensuelle, tout en finesse du trait et des couleurs utilisées (une par histoire), Vanyda nous distille un petit goût de noisette, frais, vert, éclos, mûr, subtil, fin. Des histoires qui sentent bons ces petits chemins de vie, ces tracés solitaires ou à deux.

un gout de noisette 4

Les dialogues sont distillés au compte gouttes comme pour mieux laisser le silence et la complicité, la relation s’installer. Nul besoin de paroles pour les êtres qui se comprennent et s’aiment. Nul besoin : un regard, une main qui effleure, un sourire, un moment et l’amour suspend son vol sur un petit chemin qui sent la noisette. Un ton juste, concis, où les émotions sont à fleurs de pages, de peau, où l’intimité et la poésie s’installe tout en douceur.

Le dessin est vraiment beau, à la limite de personnages mangas mais qui correspondent bien à cette nouvelle génération d’auteurs croqueurs. Vraiment tout en finesse et en beauté délicate. L’utilisation des crayons aquarelles donnent cette touche de lenteur et de mystère qu’est l’amour.

 

Une bande dessinée que je vous conseille vivement de découvrir tellement elle a été un coup de cœur pour moi. Une vraie pépite, un vrai bonheur et d’instants suspendus, de désirs inavoués, d’occasions à ne pas laisser s’envoler, de premières fois, d'aimer tout bonnement sans savoir, sans attendre, sans...

 

« Mais si ! Un moment parfait, tu sais, c’est un moment un peu suspendu… un peu entre deux… Tu te rappelles ? Comme quand les jetons sont tombés de la machine à la fête foraine ! Juste après qu’ils ont commencé à tomber mais avant qu’ils touchent le bac. Tu vois ce que je veux dire ? Je crois oui. »

 

A retrouver chez Moka qui en parle divinement bien, Marion, Noukette, Lucie (la tentatrice) et le blog de l'auteur Vanyda : http://vanyda.fr/ .