Il arrive au détour des blogs de rencontrer des êtres qui d'une plume, d'une larme ou d'un rire se laissent aller à composer quelques textes, rimes ou phrases.

Il arrive, oui, de rencontrer des plumes légères qui s'emparent d'un stylo, d'une feuille et qui composent avec grâce et sensibilité ce petit quelque chose qui vous touche.

Merci à la Femme de l'Etre. Touchée, émue. En silence, merci. Merci pour ces mots. (photo : Michael Kenna)

 

MKretz

Orpheline

 

 

Dieux impavides, l’automne frémit

Aux souffles misérables d’octobre désolé

Sous la caresse dépouillée

Le dérisoire envol d’une brindille transie

.

Dieux impavides, l’automne soumis

Aux ombres orphelines de sa couche rousse

S’immole aussi, s’immole en douce

Le noir envol d’un oiseau trahi

*

 

Retrouver cette Dame de L'Etre sur Lire Et Merveilles : http://www.lireetmerveilles.org/