Mélanie CHAPPUIS est une drôle de femme. Sous ses airs policés et son écriture subtile se cache une véritable tornade de rires et d'espièglerie, de discrétion et de douces pensées, paroles.  C'est un jeu d'ombres et de lumières. Une femme éprise de justice, d'humanité.
Je l'ai découvert grâce à Mélanie Richoz (mon filon suisse, je lui dois en grande partie). Elle m'a incitée farouchement à découvrir ses romans, son style, son écriture. 

Et que vous dire... Mamamia...!!!

Mélanie CHAPPUIS c'est une rencontre avec sa Maryam, sa femme maculée, son écriture si fine, si farouche aussi, si tendre et si humaine.
C'est un sérieux coup de pied dans la peau des personnages.
Une véritable plume douce, sensuelle et si présente, sensible, à fleur de peau.
Bref j'étais tombée dans la potion magique de son personnage, de son écriture et de cette grande Dame.

Nous nous sommes rencontrées au Salon du Livres de Paris. Et si tu me le permets, ma chère Mélanie... coup de foudre !! Boum-boum. Un véritable récital d'émotions et une prise en main directe vers le stand litttérature Suisse. Une farandole de sourires, d'étoiles, de rires, de mots, d'écritures et de boum-boum. Impossible d'en repartir indemne !
En fait, Mélanie CHAPPUIS est une diablesse (là je l'ai vraiment découvert) !!

Puis ce fut un moment magique : Mes deux Mélanie réunient pour un tchat à distance au delà des frontières. Des fous rires, des réflexions sur l'écriture profondes et pudiques, des moments irrésistibles et de confidences sur les mots, être écrivain... Bref un magnifique moment.

 

Mais Mélanie CHAPPUIS c'est aussi une personne qui m'a énormément touchée cet hiver. Qui a été présente, m'a fait parvenir un magnifique cadeau que je garde précieusement. Une magnifique femme oui. Merci Mélanie pour tout cela. Merci

 

97805722_o

 

Deux jours en été

 

Train. Je hais les gens qui toussent. Surtout quand j'ai pris un billet première classe pour avoir la paix. Je hais l'expectoration bruyante du tousseur qui s'insinue dans mon silence, irrégulière, imprévisible, exaspérante. C'est bon, il en a fini.... Non! Le revoila avec sa quinte. Avec ses munitions de soldat chétif et recroquevillé. Le regarder. Le regarder pour le prendre en peine. Pour voir en lui le frère humain qui n'y peut rien. Pour l'aimer bien et être moins irritée par ses salves sèches et rauques de microbes galopants. Allez... Le regarder... Non. Tant pis pour lui. Je préfère le haïr encore un moment. Ne plus en pouvoir. Me lever brusquement, bruyamment, quitter le wagon, hautaine, pour signifier ma rage et mon mécontentement. Qu'il me traite de pétasse lorsqu'il m'entend partir. Peu me chaut, cher Monsieur, moi ça fait une heure que je vous déteste. Et je vous quitte.

Il y a de la place en première. Pas besoin de rester à côté du tout maigre qui tousse nerveusement. (Si ça se trouve, il était gros et impassible). Silence, enfin. Je peux m'entendre penser. 

Je m'éloigne de l'homme que j'aime pour qu'il s'inquiète un moment. Je m'éloigne de notre maison, de notre ville pour l'imaginer en colère puis triste puis désespéré. Jusqu'à ce qu'il me revienne, le cœur dans la main, le genoux à terre, les projets en commun, pour le meilleur, pour le pire, il est mon amour et je suis le sien.

Il ne trouvera pas sa gentille petite femme à son retour. Bien fait.

Il aura mal comme moi. De le savoir me remonte le moral.

 

Montagne. Pour trouver Dieu. C'est peut-être trop demander. Pour trouver la quiétude pendant que  l'homme s'inquiète.

Je marche vite. Je grimpe beaucoup pour épuiser mon corps. Et le raffermir en vue de nos retrouvailles.

Je ralentis. Je ne suis pas sûre, dois-je passer par là, ou par là, pour gravir ce sommet? Je sais pourquoi les hommes ne demandent jamais leur chemin. C'est parce qu'ils sont moins cons que moi. Moi, je demande sans penser aux conséquences. Les conséquences, en l'occurrence: Une dame qui ne m'indique pas le chemin mais le parcourt avec moi. C'est tellement plus sympa! Faire trois heures de train pour trouver la solitude et l'inspiration sur une montagne le plus déserte possible et se retrouver affublée d'une dame. Une de celles qui sont gentilles et en mal de compagnie. Je l'écoute. Je l'encourage avec de petits ah bon? et de longs mais non!. Je me dis qu'elle est âgée et que je vais bien finir par la semer. Ça dure depuis une heure. Elle est en sacrée forme. Le tousseur, au moins, il la fermait. Je vais devenir mal élevée. Je respire. Sourire embarrassé... Vous savez je suis venue ici chercher la solitude. Elle comprend. J'en suis si soulagée que je l'embrasse. Et une et deux et trois bises. Et merci, et pardon et bon vent. Elle me laisse seule à mon chemin. Seule à la fête d'être avec moi-même. C'est bon bon bon. Je peux ne penser à rien. Je peux penser à toi que je vais retrouver demain.

 

 Hôtel. Tu n'as pas hésité à sauter dans un train pour me rejoindre. Tu m'aimes. Il a beaucoup plu et la nuit fut belle.

 

 

Retrouver Mélanie Chappuis sur son blog : http://www.melaniechappuis.com/

Le fameux tchat Franco/Suisse avec Mes Mélanie : http://lecarrejaune.canalblog.com/archives/2014/08/04/30310433.html

Et son roman Maculée Conception paru chez les Editions Luce Wilquin : http://www.wilquin.com/

Sans oublier ses chroniques dans le Temps (quotidien Suisse) chaque mardi qui sont vraiment une mise en bouche, en peau de son écriture et de son grand Art. : http://www.letemps.ch