10917033_427476470734976_5749860903020348948_n

« pétard de pétard !
Jigusse crailliste !
Palsambleu !
Vertuchou ! Vertuchou !
Bon sang de bonsoir ! J’ai trouvé … !

Pétard de pétard, c’est quoi ce vin ? »

 

Dans toute cave, il nous arrive de retrouver une bonne vieille bouteille qui traine dans des casiers laissés à l’abandon, poussiéreuse, recouverte de toiles d’araignées et dont il est impossible de savoir ce que c’est, d’où elle provient, qui l’a fabriquée, mise en bouteille. On ne connait rien de son histoire mais ce flacon devient quasi mythique, mystique.  On succombe, se recueille, on touche du doigt le Petit Jéus en culotte courte.

Propriétaire d’un domaine viticole dans le Mâconnais, Manu découvre une bouteille couverte de poussières, sans étiquette, sans marquage de propriétaires ni de vignerons. qui croupissait au fond d'une cave.
Cette bouteille, c’est tout le côté charnel du vin, le mystère de la vinification, du terroir, de la terre, de l’origine. C’est tout son désir, son envie, sa part de créativité folle qui réside en lui, tous ses espoirs les plus fous.
C’est sa quête du Saint Graal, cette terre sur les hauteurs de Cruzille, dans le Mâconnais, ce clos mis en vente et qui lui fait les yeux doux, lui procure des envies de planter une vigne qui donnera un vin exceptionnel, un grand cru artisanal, biologique.

 

10858593_427478827401407_4871269954937773370_nManu Guillot et Hervé Richez ont signé tous les deux l’ouvrage. Emmanuel Guillot en est le personnage principal, l’instigateur. Il est le viticulteur, fabrique, donne l’arôme. Hervé Richez lui met en bouteille l’histoire de ce clos.

On sent l’amitié réelle entre ces deux personnages, les bouteilles débouchées pour parvenir à rendre l’hommage à ce grand Bourgogne oublié. 

Le vocabulaire est riche, peut être un peu trop pointu mais on se laisse enivrer. On y croise les amis, les ennemis, les valeurs nutritionnelles et biologiques, les guerres picrocholines du petit Goliath contre les Géants de la SAFER et du monde de l’AOC.

Le graphisme est sobre, tout en  rondeur pour les personnages, aux traits fins pour les paysages. Boris Guilloteau a joué de l’aquarelle et on suppose même qu’il a trempé son pinceau dans un bon cru pour en dessiner avec autant de légèreté, de couleurs et de beauté ses touches de grenat, ses petites incursions dans le fond d’une carafe au moment où le vin se décante, ses grappes de raisins, ses fruits et fleurs qui explosent à l’ouverture d’une des dites bouteilles. C’est fruité, floral, coloré juste à souhait.

Dans la veine d’Etienne DAVODEAU et de sa  mythique bande dessinée  les Ignorants, "Un grand Bourgogne oublié" est un vin dont nous ne saurons jamais vraiment toute l’histoire mais qui nous permettra de découvrir une quête, une aventure, de rencontrer des gens amoureux de leur métier, de leurs bouteilles. Un vrai recueil pour un retour aux valeurs saines et nutritives, aux couleurs naturelles, aux arômes, au temps qui passe, qui donne la rondeur et la beauté du geste et des graines récoltées.

 

Un grand Bourgogne oublié
Scénario : Manu Guillot, Hervé Richez
Dessin : Boris Guilloteau
Editions Grand Angle

Slider_UGBO