Aujourd’hui c’est Camille que j’ai invité sur le blog. Camille est une zèbrette à l’imagination féconde et l’intelligence développée. Agée de 10 ans, elle dévore les livres, lit et écrit des histoires. Elle aligne sur son cahier ses mots et ses phrases. Elle bâtit son roman, gomme, revient dessus et ose. Et qui sait si dans quelques années, je ne serai pas sous son charme, si juste en la lisant je ne me dirai pas… waouhh ça c’est signé Camille et son club des gars (titre de son roman avec dans le désordre Erwan Larher, Philippe di Folco,  Cécile Coulon, Serge Joncour et Christophe Gervais).

Mais en attendant je la laisse nous parler de « Max et les poissons » de Sophie Adriansen, une histoire que j’ai envie de découvrir depuis un bout de temps tant on m’en parle en bien. Une histoire destinée aux enfants mais pas que et je dirai même loin de là.
(Nous avons eu une discussion (en aparté) autour de ce livre et ce qu’elle m’a dit prouve que Camille a de grandes lectures qui l’attendent en grandissant et que s’épanouit en elle,  une petite flamme qui s’appelle  la créativité, l’âme artistique, la vérité, la curiosité et que ce ne sont nullement ses peurs, craintes et celles qu’elle connaitra plus tard, qui l’empêcheront de découvrir le monde et de construire son chemin à l’aide de crayons, de plume et de cahiers.)

Allez Camille c’est à toi. Je te confie les clés du petit carré jaune.

 

11182161_954331247923381_7681429630075560807_n

 

« J’ai mon poisson ! Il est rouge, avec un peu de jaune. Ils sont tous rouges ou argent, mais le mien est le seul qui soit tacheté de jaune. C’est ma récompense : à l’école, j’ai reçu un prix d’excellence.  
Je l’ai appelé Auguste, parce que ses couleurs me rappellent celles du chapiteau du cirque, et que le clown si drôle s’y nommait Auguste. Je le rapporte dans une poche en plastique pleine d’eau. Je le tiens fièrement. Qu’il est beau ! Ces grandes vacances vont être incomparables.
L’eau se met à faire des petites vagues. Maman serre ma main un peu plus fort. Au bout de la rue passent des Allemands. Ça fait un bruit du tonnerre. Les Allemands, ce sont des gens en uniformes vert foncé qui portent des fusils et ne sourient jamais. Ils marchent souvent tous en même temps et font trembler les rues avec leurs bottes en fer.

La guerre, ça fait marcher les Allemands dans les rues et serrer fort les mains des petits garçons. »

 

De quoi parle ton livre ?

Max un garçon a un poisson rouge. Il l’a eu comme récompense à l’école. Il a une étoile jaune cousue sur son tee-shirt. Mais ses camarades se moquent de lui. Ils disent qu’elle ne sent pas bon et il ne comprend pas pourquoi.
Comme l’histoire de «rafle » dont ses parents parlent. Ils disent qu’elle se passera demain. Mais demain c’est  l’anniversaire de Max ! Et il espère avoir un autre poisson …

 

Qu’est-ce qui t’a plu dans ce livre ?

Ce petit garçon ne comprend pas trop ce qui se passe car normalement il va dans un endroit, Les Lilas, qui devrait être plutôt sympathique (note : Les Lilas est un lieu où on enferme les juifs) et là ça ne l’est pas. Les gens n’ont plus de liberté, ils n’ont rien à manger, à boire. Il y a beaucoup de bruit, la vie est difficile.

« On s'entasse. Je n'ai plus revu Daniel. Je ne sais pas ce qui se passe, mais j'ai peur. Parce que papa, maman et Hélène ont peur eux aussi. Je le sens. Et quand les grands ont peur, c'est comme une couverture toute râpée par laquelle passe le jour : ça ne protège plus de rien. »

Ce qui est terrible c’est que les gens qui les arrêtent ne sont pas juifs. Ce sont se sont les Français et Max ne comprends pas pourquoi ils sont méchants puisqu’ils ne sont pas allemands. Pourquoi sont-ils arrêter ? Les juifs ne sont pas différents. Max est obligé de porter une étoile sur ses habits parce qu’il est juif et  il ne comprend pas non plus pourquoi cette étoile le rend différent de ces camarades de classe.

« Est-ce qu'il y a des poissons juifs et d'autres pas juifs? Nous, on est juifs. C'est pour ça qu'on a des étoiles cousues à nos habits. Papa et maman me répètent qu'être juif, ce n'est pas avoir fait quelque chose de mal. Mais je n'arrive pas à les croire.
J'ai l'impression que ce n'est pas bien, d'être juif maintenant. » (page 18) (un de mes passages préférés)

Ce qui m’a plu c’est la fin du livre, car Max et d’autres enfants sont en sécurité dans la maison, puis ils sont heureux. Et puis elle ne se termine pas comme les autres livres parce qu’il y a plusieurs émotions à exprimer : la tristesse et la joie (pleurer parce qu’il ne retrouve pas ses parents et être heureux parce que s’il était resté avec ses parents il ne serait plus là.)

 

Quel est ton ou tes passage(s) préféré(s) ?

 « La guerre, ça remplace les vacances à la plage par des jeux dans l’impasse avec Daniel et Bernard.» page 16

« Quand on ne veut aucun mal à un enfant, on n’a pas besoin de le dire, normalement. » page 47

 

Que dirais-tu à un(e) ami(e) pour qu’il ait envie de lire ce livre ? 

Je lui raconterai un peu le livre. Ce livre est pleins d’aventures, quand je l’ai commencé j’ai eu tout de suite envie de connaître la suite. Ce livre se lit très vite tellement il est bien. Les explications à la fin m’ont beaucoup aidé pour comprendre ce qui s’est passé à la guerre.

 

Merci Camille et maintenant je sais ce qu’il me reste à faire : courir pour acheter ce livre le découvrir et l’offrir autour de moi. Sophie Adriansen merci d’avoir écrit ce petit bijou qui sans nul doute  devient un classique de la littérature jeunesse.

 

A découvrir sur divers blogs : Charlotte l'insatiable, Noukette, Blablablamia, Culturelle, Meelly lit ...

  

Max et les poissons rouges
Sophie Adriansen
Editions Nathan

 

0db9078fd3313432393830333830363439373435

@Marc Lehmann