12004937_1499653750349256_8278157058281202722_n

« Tout est mieux avec toi que sans… » 

Une bande dessinée connue et reconnue par ses pairs et ses aficionados. Une bande dessinée qui ne raconte rien d’autres que la vie au jour le jour, ce combat que l’on mène avec soi, avec les autres, avec l’humanité pour vivre un peu plus, pour respirer, se sentir libre et aimer.

 

Un été, une année, une vie, une brise, un vent qui balaie nos peurs, un sourire qui se dessine sur le visage aimé, des bons gros copains qui d’un coup de pattes vous font aimer la vie, des brèches, des coups au cœur, la mer, des collines, l’herbe fraiche, la tendresse, l’amour, une vieille bâtisse où il fait bon se réchauffer à deux, à trois, des coups de cœur, la famille, les potes, des ombres, des soleils, les rires, les pétards, les cons, la tristesse, les mains qui se posent sur les épaules pour mieux nous soutenir les jours où les pas vont de côté, des enfants, des chats, un voisin étrange, les amis, les emmerdes mais une « putain » de belle vie, un « putain » de beau combat,  la richesse de ce que l’on possède, de ce que l’on est et la vie, ce combat ordinaire, cette beauté quotidienne. 

« Le combat ordinaire ». Un scénario  fait de silence magnifique, de lignes de vie fragiles mais véritablement belles, de cicatrices qui laissent filtrer les lumières, de clichés d’hommes et de femmes tous plus beaux les uns que les autres, tous plus humains les uns que les autres, tous défaillants, tous forts.

Un magnifique ouvrage regroupant l’intégralité de ce combat paru en 4 tomes. Du grand, très grand Manu Larcenet, du beau très beau Manu Larcenet. 

Et pour une fois, je n’ai pas envie d’en dire plus tellement cette bande dessinée mérité d’être lue, relue, feuilletée amoureusement au quotidien et de faire de ce combat une vie remplie de ces instants fugaces de bonheurs et de cette course folle à la beauté du temps qui passe.

  

« Si vous changez de vie, vous devrez être plus attentif à tout ce qui vous entoure parce que, comme pour un enfant, votre survie en dépendra… »

 

 

Le combat ordinaire
Manu Larcenet
Dargaud

 

137-l1280-h800-c