« Nous sommes rares
nous sommes riches
comme la terre
nous rêvons » 

Joséphine Bacon est une poète des terres innues, des terres persécutées et en voie de disparition du grand nord côtier canadien. Son histoire est à elle seule la trace de son peuple, l’empreinte du chemin qu’elle a tracé jusqu’à nous, nous a légué comme on offre ses racines, ce qui nous fait, nous tient, nous maintient debout à l’abri des vents et des routes contraires. 
Lire Josépine Bacon, c’est entrer dans une lumière ancestrale, cette beauté naturelle que la terre nous a permis de voir, regarder. Ces mots sont cette mémoire, la mémoire d’un peuple, le rappel incessant d’une vie, la nôtre, celle qui nous renvoie à la beauté primaire de la vie, cette communion avec l’œuvre terrestre.  

« Je dis aux chaînes du cercle :
Libérez les rêves,
comblez les vies inachevées,
poursuivez le courant de la rivière,
dans ce monde multiple,
accommodez le songe. »

Lire Joséphine Bacon, c’est pénétrer dans une infinie paix avec ce qui est nous. On entre dans son territoire, recompose notre communauté, écoute la voix des sages, des esprits qui nous entourent et nous laissent présager notre destinée. On pénètre nos terres oubliées, on reconquit notre âme et redécouvrons nos chemins de vie, ceux qui nous mènent vers l’Est, l’Ouest, le Sud ou le Nord. Nous chantons des incantations aux divinités qui nous guérissent de nos souffrances intérieures, nous chérissons nos douleurs et retrouvons notre identité, nos chemins de passions. Nul trace de mysticisme, juste un appel à se retrouver, à renaitre dans cette lumière que la voute céleste nous offre.

« Ma douleur
devenue remord,
est un long châtiment
qui courbe le dos. 

Mon dos ressemble à une montagne sacrée
courbée d’avoir aimé
tant de fois. » 

Lire Joséphine Bacon et entendre la force, la beauté, le cri, la douceur et la tendresse qui grandissent en nous, ce bâton de message que nous ont transmit nos ancêtres, ce départ de vie qui nous mène vers nos propres explorations, découvertes avec toujours ce respect à celle qui nous offre la valeur, la terre sur laquelle nous déposons nos pas.
On touche les couleurs de la vie, du blanc de l’eau, au jaune feu, en passant par le rouge de la colère, le noir de l’inconnu. Nous gravissons nos montagnes, passons d’hier à demain en empruntant les virages sinueux d’aujourd’hui.

 « Mon rêve ressemble
à une paix
qui se bat
pour sa tranquillité » 

Si le soleil amène la lumière, Joséphine Bacon nous amène la grâce, la puissance céleste du vent, le silence profond de la terre, le sillage profond que l’eau laisse à son passage sur la roche. Elle nous transmet la force de son peuple, l’histoire issue de ces bâtons à message et servant de lien entre les ancêtres, leurs paroles transmises, héritées et nous, humble marcheurs, vivants sur cette terre à qui nous devons tout. 

«  Les ancêtres m’ont dit :
Ton âme a rêvé bien avant toi.
Ton cœur a entendu la terre. » 

Bâtons à message est une invitation à dialoguer avec nos ancêtres et avec soi, à retrouver nos valeurs, nos acquis et connaissances, à prendre force dans la terre qui gravite sous nos pieds, à s’octroyer un moment de paix assis, seul, dans la toundra, cette herbe rase qui s’offre à notre regard. C’est une ode à la mère nature, à la transmission, la relation, le partage, l’écoute et le don de soi envers l’autre, celui qui nous précède et celui qui nous continuera, nous succédera.
C’est aussi et surtout un apaisement à nos souffrances, nos cris, nos batailles intimes, celles qui nous ravagent, qui nous éloignent de nos vies, nos chemins, espaces vitaux à nos reconstructions.

Bâtons à message de Joséphine Bacon est un ouvrage lumineux. Un ouvrage qui nous donne accès à nos clés intérieures, nos chemins reconnaissant à tous ces regards transmis, rencontrés, ces itinéraires, ces traces qui nous ont été léguée, une parole que l’on ne peut oublier et devenue nôtre. C’est fort, doux, puissant, évocateur, courageux, beau, transmetteur, inoubliable, comme on ne peut enterrer ceux qui nous ont légué la vie.  

« Dans mon sommeil,
mes rêves me rappellent
qui je suis »

Et relire de ce pas « un thé dans la toundra ». Partir loin, m’assoir auprès du feu, me réchauffer aux mots de Joséphine Bacon, entrer dans la puissance de son écriture, la douceur de la mère nature.  

 

 

jade

 

©Nathalie Magrez – Jade
Mondes Sensibles

 

Bâtons à message - Tshissinuatshitakana
Joséphine Bacon

Mémoire d’encrier