Et voilà après deux mois de pause, l’Amegraphique reprend son chemin de regard, de tendresse, de ces instants où l’on prend le mot définit pour lui laisser une place, un droit à l’image. Car que serait ce mot, cet adjectif sans son double visuel ? C’est cela l’Amegraphique, accorder le droit, la possibilité pour ce mot de vivre au sein du regard, de l’instant où il se colle à notre vue, notre sensation, émotion, sensibilité. Lui accorder la possibilité de devenir autre chose que feuille de papier ou encre déposée, lui donner une apparence, une âme, un graphisme, une image.
Vaste sujet, vaste projet et cette incroyable et immense plaisir, bonheur que je partage avec vous, vous qui devenez ces âmes.

 

logo amegraphique

 

Ce mois ci, le mot en question venait de Suisse et plus exactement de Zurich (merci Marianne Brun). SEVE. Et là devant la multitude d’images qui m’est venue, il m’a fallu canaliser mon émotion et partir à la source de ce mot, ce qu’était pour moi la SEVE (Source officiel Le Littré).

  • D’un point de vue botanique, la SEVE est ce liquide que les racines puisent et absorbent au sein de la terre afin de se procurer la nutrition nécessaire à la croissance d’une plante. La sève descend et monte afin de favoriser le substrat.
  • D’un point de vue viticole, la SEVE est la force qui rend le vin agréable, qui lui donne ce goût vivace, cette douceur ou robe.
  • Il en va de même en littérature. Si le vin a de la SEVE, un ouvrage, un roman peut contenir cette force, cette matière littéraire  qui nous élève nous autres lecteurs et nous donne corps. 

Passé ces recherches, mes interrogations sont restées vives. Quid de la SEVE pour moi ?

Et là, déclic de l’instant où mon regard s’est posé sur ma sensibilité, mon émotion, moi qui était assise sur cette plage, sur ma plage de sable doré, de sable ligérien.
Ma SEVE, mon eau-de-vie, mon vin, mon roman fluvial, ce liquide qui m’apaise, me construit, me procure des plaisirs infinis, me fait puiser en moi et absorber ces paysages… MA LOIRE !

Comme une évidence…

 

111654420

 

Et vous quelle est votre sève ? Quel est votre substrat, cette force, cette racine qui vous fait vibrer, regarder, rendre l’instant véritablement présent, beau, vrai ? 

-------------------------------

Je l’attendais… vous l’avez fait !!

Ennalit : Avis aux amateurs de sève fraiche !! Miamix est arrivée dans la maison et à apporter sa sève butineuse et remplie d'oxygène... Merci Bastien !

Martine : Martine c'est un avre de paix, un bouquet de jaune soleil, une âme qui ne demande pas grand chose juste de la laisser s'épanouir au milieu de ce bouquet, cette allée. Et quelque soit, le temps, Martine est comme le phénix, la sève... Elle renait

Gaëlle : Gaëlle… la poète. Gaëlle, la réincarnation de Giono et de sa Provence, de ces arbres plantés en toute liberté, de cette sève qui coule et qui donne l’envie de déposer l’encre. Mots marmots, mots enfants, mots tout beau. Gaëlle : des livres, le ciel, les arbres, le Lubéron .
« Dans le bois de l’arbre, dans ce qu’on appelle l’aubier, monte la sève brute. Toute l’énergie de l’arbre est là. La vie de l’arbre. Elle va être transformée par les feuilles, l’air, la lumière, et redescendre sous la forme de cette sève différente qui coule sous l’écorce. Mais l’origine est dans la sève montante, cette sève brute que je venais de découvrir dans le cœur de l’arbre. » Timothée de Fombelle

gaelle

Aifelle : « Je veux peindre l’air dans lequel se trouve le pont, la maison, le bateau. La beauté de l’air où ils sont, et ce n’est rien d’autre que l’impossible. » Claude Monnet 

Saxaoul : chut. Lisez. Un mot : boum boum ! 

Laetitia : Sève-nous le coude pour mieux boire ce vin. Sève-nous à boire jusqu’à entendre des gosiers couler la sève de la joie de se retrouver ensemble. Sève-nous et donne nous la force, la robe, le goût de faire de cette eau, l’eau de vie, l’encre des cordeliers

laetitia

François : François m’a donné du fil à retordre, un miroir à éclater, une ribambelle d’interrogations à écrire. La sève reflet, la sève mère nourricière d’un monde bétonné, l’oxygène qui circule malgré ces barreaux dressés. La sève comme une boule immaculée qui ne pourra jamais se terrer… La sève philosophie d’un monde de luttes populaires, histoire d’un monde que l’on ne doit pas oublier.

Blondie Madame : Mademoiselle (j’ose encore un peu le dire… soyons folles et désuette) vous me manquiez. Votre plume est ma sève, celle de mes petits plis qui se glissent aux commissures de ma bouche, se plissent et dans un joyeux mot de vous s’accompagnent d’un rire. Vos galipettes verbales me procurent l’ivresse, la raison bien garder d’ouvrir une bouteille et de boire à n’en avoir plus soif, à connaitre cette force qui vient du vin et me donne l’envie d’ouvrir une bande dessinée. Laquelle… à vous de cliquer

Gwenaëlle : La racine qui monte vers le ciel alimenté par cette sève. L’olive qui en découle, l’huile de joie, l’huile de lumière. La branche coupée. Mais l’idée que quelque soit l’ombre portée, l’encre continue de couler, la sève poursuit sa destinée. « Ecouter un arbre vaut mieux que tout. » Jean Chalon

gwenaelle

Céline : sève comme l’encre rouge qui coule dans nos veines, comme ce sang qui irrigue notre cœur, comme ces lignes qui sont nos empreintes, qui marquent, ondulent sous notre peau, dansent au gré de nos battements de cœur. La sève : celle qui lie à nos émotions, notre vie.

Sandrine : je n'ose dire ce que cette amegraphique à provoquer en moi. La larme ? Le renouveau ? La sève qui coule ? La beauté de la transparence ? La vie ? Superbe

Nathalie Magrez : Et puis toujours, sans savoir quoi dire de plus, sans savoir où Nathalie va me mener, m'emmener, me donner l'envie toujours plus forte de grandir, de prendre possession de l'instant où la sève jaillit, où l'instant se pose, et le regard qui l'accompagne, prend son essor. Toujours Nathalie, ma Chaman, celle qui est aussi à l'origine de cette AmeGraphique, cette sève qui coule en moi. Merci Nathalie pour ces cadeaux que tu nous offres à chaque fois. (si jamais vous croisez Nathalie et ses expos.... un conseil , n'hésitez surtout pas. Vous comprendrez pourquoi j'aime tant son regard, son âme, sa poésie photographiée, sa dentelle chamanique. Puissante et si douce à la fois. Si belle)

 

nathalie

 

 

Le  prochain atelier AmeGraphique aura lieu (comme d’habitude maintenant), le dernier jeudi de chaque mois, c'est-à-dire le 27 octobre. Et le mot choisi est…. tatatam… : ENCRE (merci Julie Moulin… )En attendant, buvez, regardez, nourrissez-vous et capturez la SEVE qui coule en vous.

 

SEVE
Amegrahique
Atelier photo

Le blog du petit carré jaune

Tez Cadey - Seve (Official Video)