68 PREMIERES FOIS EDITION 2016

Depuis vendredi soir ou plutôt samedi matin, je cherche mes mots pour vous exprimer mes émotions, mon cœur qui déborde devant toute cette chaleur, cette générosité, ce bonheur de vous avoir enfin croisé à cette grande parade de clôture des 68 premières fois qui a eu lieu dans les locaux de Babelio vendredi 09 décembre. Si j’osais, je vous dirais que ce fut magique, incroyablement bon, chaleureux, humain, simple, tendre, enthousiasment, féérique mais je crois que les mots me manquent et me manqueront encore pendant longtemps.
Il y a des moments qui restent gravés dans les mémoires, les 68 premières fois, édition 2016 en feront partie. Elles feront partie de ces toutes premières fois où dans la vie, on ose s’aventurer sur un chemin dont on ne maitrise rien, où on brave les doutes, les incertitudes parce que rien de planifier, de certain et cela est très bien.  

Charlotte avait au fond de son cœur cette petite graine de mettre en avant les primo-romanciers , de décortiquer leurs mots et de les approcher, les suivre, les partager auprès de lecteurs aussi dingues et doux(ces) qu'elle. En 2015, elle se lançait le challenge de lire tous les premiers romans  de la rentrée de septembre. 68 d’entre nous décidions de la suivre.
Ainsi commença l’aventure des 68. Un truc de dingues déjà. Un truc de doux aussi. Des livres sillonnèrent la France entière reliant les quatre coins de l’hexagone et défiant toutes les lois de la Poste et des Facteurs en vélo, mobylette, 4L usagée. Pas une semaine sans voir dans sa boite à lettres, des livres arrivés. Un truc incroyable.  Mais cela n’était pas assez parfait pour notre insatiable qui se posait des questions…  

« Pourquoi certains premiers romans sont ils installés sur le devant quand d’autres sont laissés sur le carreau ? Pourquoi certains auteurs bénéficient-ils de presses, de prix dithyrambiques quand d’autres sont laissés sur le bas côté des étagères, des librairies et des bureaux de ceux qui ont pour métier de parler des livres, tous les livres ? Qu’est ce qui fait un premier roman ? »

Ainsi est née la sélection des 68 premières fois, édition 2016. Aller au devant de la passion, de ce qui anime la lecture, sans chercher à mettre en avant une maison d’édition, un auteur particulier, mais en laissant parler son cœur, son enthousiasme, son envie de découvertes littéraires. Donner la parole, la libre expression à ceux qui font vivre la littérature : ses lecteurs. Cela sans contrainte, sans émettre de prix ou de couronnement et laisser aux primo-romanciers le bonheur d’être lus, découverts, partagés, de nous apporter cette part de féerie qui est propre à cette première écriture, ce premier essai. Sélectionner des romans et les faire découvrir.

Un collectif, une énergie, un truc de fou s’est crée. Incroyable ce que ces lecteurs nous ont apporté à nous, Charlotte, Eglantine (la fée gestionnaire des envois et suivis de colis), Nicole (la reine de la lecture et des idées de génie) et moi-même. Nous qui avions décidé de rejoindre Charlotte, de la suivre pour partager cette idée incroyablement humaine et généreuse.
Plus de 70 passionnés nous ont suivi, nous ont poussé, transmis leurs émotions, leurs fougues. C’est grâce en grande partie à eux, que cette première année des 68 premières fois fut grandiose. Ils nous ont contraints à redoubler de partages, d’envie, d’enthousiasmes et d’essayer des choses incroyables. Il y eut ainsi la toute première fois : Le Mans, la toute première rencontre autour de 4 primo-romancières et de Serge Joncour encore plus intimidé que nous (et pourtant le trouillomètre était à zéro). Une première fois incroyable, monstrueuse et incroyablement chaleureuse, généreuse, tendre. Des souvenirs nous en viennent encore. 

Puis ce fut ce fameux 09 décembre 2016. Ce vendredi Babelionnien. Ce vendredi Page des libraires. Ce vendredi des 68 premières fois version magie de Noël avant Noël.  

Et là les mots me manquent. Je ne sais plus où je suis, qui je suis depuis vendredi. J’ai dans le cœur cette douceur, chaleur, beauté, simplicité, générosité que vous nous avez offert, vous les primo-romanciers et vous les doux et dingues qui avaient suivi. J’ai dans le cœur des tas de souvenirs qui ne peuvent s’écrire, se dire. J’ai dans les cœurs, des photos, des images que mes yeux ont vu mais que mon appareil à refuser de prendre de peur de livrer l’émotion qui en ressortiraient. J’ai dans le cœur cette magie, cette bonté que vous nous avez offert, partagé, que vous avez offert à chacun d’entre vous, aux auteurs, aux lecteurs, à ceux qui sont passés. J’ai dans le cœur tant et tant de choses à dire que je ne sais l’exprimer.  

Certains diront que ce soir là, il régna dans Paris, un sentiment de bonheur et de bien-être. Il n'en fut rien. Il en fut plus. Ce fut une émotion et une certitude que les 68 premières fois continueront leur chemin parce qu’il ne peut en être autrement devant tout ce que vous nous avez offert, ce qu’on a reçu.

Alors pour tout ce que je ne peux dire et que mes images floues indiquent… Un grand MERCI. UN immense et généreux MERCI. Un grandiose et magique MERCI. Vous êtes incroyables. 
A toi Charlotte qui sans ta passion, les 68 n’auraient pas vu le jour. A toi Eglantine pour tes rires, ton enthousiasme, tes incertitudes Exceliens, tes nuages de beauté. A toi Nicole, pour ton soutien, tes lectures qui nous bousculent, tes aller-retour dans Paris pour nous dégotter un endroit qui nous ressemble.
A vous les Primo-romanciers pour votre présence, vos rires, vos questions déroutantes, vos parties de frisbee comme des boomerangs souriants, vos sourires qui nous tiennent chaud, votre envie de poursuivre ce chemin que vous avez tracé.
Vous les 68 et plus qui avaient été notre moteur, notre soutien les jours de doute, les jours où on se demandait vers quoi on s’engageait.
Vous qui êtes venus en amis parce que pour certains déjà romanciers aguerris mais toujours autant fragiles et humbles.
 

Oui un grand et immense MERCI pour cette soirée où la musique des mots était douce, tendre, chaude, généreuse. Tellement de mercis et encore de mercis qu'ils n'en suffiront pas pour colorier toute cette année. 

Charlotte, nous te disons tous rendez vous pour l’édition 2017 que tu prépares déjà avec Nicole et Eglantine. Pour ma part, je rempile et je te suis. Je vous suis. A très vite et pour tous les primo-romanciers qui nous ont accompagné durant cette année, on vous dit rendez-vous pour les 68 secondes fois (bah oui on ne va pas s’arrêter là…). MERCI et à très très vite pour les 68 premières fois édition 2017. 

Merci à Anne Collongues, Loulou Robert, Rachel Khan, Gilles Marchand, Julie Estève, Maëlle Guillaud, François Bugeon, Julie Moulin, Lenka Hornakova Civade, Colombe Boncenne, Jean Marc Ceci, Stéphanie Dupays, Elisa Shua Dusapin. Bravo à vous. Bravo à tous ceux qui ont contribué à cette année. Continuez, cela en vaut le coup et nous on vous attend avec patience et envie de vous retrouver. A bientôt. (Merci à Dephine Bertholon, Erwan Larher, Elsa Flageul, Sophie Lemp, Sigolène Vinson, Sandra Reinfelt pour votre présence, votre tendresse, votre soutien).

 Et retrouver l'émotion de ce jour chez Nicole.

Les 68 premières fois
Editions 2016.

 

ob_b22222_soiree-68-auteurs