31 janvier 2017

"Prends le temps de penser à moi" Gabrielle Maris Victorin

  « Nous portons nos morts. Nous les emportons. Ce sont des enfants indociles et capricieux, que nous protégeons. Ils s’approchent, ou s’éclipsent sans que nous n’y puissions rien. Ils grimpent sur notre dos et continuent ainsi à traverser le monde. »  Des livres parlant de cette fameuse journée du 07 janvier 2015, de la rue Nicolas Appert,  des endormis de Charly Hebdo et des traumatismes qui ont suivi, je m’en méfie comme d’une plaie, une cicatrice, un mal que tout le monde s’approprie sans en porter... [Lire la suite]

29 janvier 2017

" Le fil de soie " Cécile Roumiguière et Delphine Jacquot

  « Une caravane, une famille. La mère, le père et deux enfants, un bébé et une fille. La famille autour d’un feu de bois, le père joue du violon. Debout, la mère chante.La caravane en feu, des soldats.La mère, le père et les deux enfants emmenés, mains liées. Une clôture de fil barbelé, une haute cheminée. La mère pousse sa fille sous le fil de fer. […]Une vielle femme, une enfant, dans une pièce. La vieille femme coud, l’enfant la regarde.»   Marie-Lou passerai bien ces journées à regarder coudre sa Mamilona. Un... [Lire la suite]
27 janvier 2017

"Ce qu'il faut de terre à l'homme " Martin Veyron

  « Deux mètres de longueur sur un mètre cinquante de largeur et de profondeur… voilà ce qu’il faut de terre à l’homme. »   Sur son lopin de terre au fin fond de la Sibérie vivent Pakhomm, sa femme et leurs enfants. Paysan à la solde de la Barynia, Pakhomm se contente du peu de ses ressources, de ses terres. Heureux dans ces valenki, sa vie se limite aux bornes et à la volonté dictée par celle qui possède le manoir et les terres communales.  Quelques vaches, cochons, des terres où le blé pousse, un... [Lire la suite]
26 janvier 2017

Amegraphique : NEUF

Neuf : adjectif numéral, nom commun ou encore huit plus un sept plus deux ou dix moins un. Bon avec ça j’étais servie pour trouver l’Amegraphique proposée ce mois-ci chez Martine. Comment allais je me dépêtrer de cette histoire de calcul quand déjà les dates et moi, on se mélangeaient les pinceaux. Crénom… je devais trouver une parade.     Neuf : dialecte normand…. NEU. NOTE en Bourgogne ! Bon voilà que je me retrouvais entre deux mots à imager. NEU, NOTE … hummm non rien à faire je n’y voyais point.... [Lire la suite]
24 janvier 2017

" Anchise " Maryline Desbiolles

  « Il se fout du tiers comme il se fout du quart […], il y a longtemps qu’il ne cherche plus à prouver quoi que ce soit, à passer pour tout ce qu’il est ou ce qu’il n’est pas ni même à être quelqu’un, on pourrait penser qu’il est un peu juste, un peu crétin qu’il ne vole pas très haut et en effet il n’est pas dans les hauteurs, il ne croit pas qu’il y ait quelque chose en haut ni même au-dedans, il croit qu’il faut se tenir au plus près, à fleurs de peau, de tête, d’eau mais à fleur, il n’y a rien à trouver en haut ni... [Lire la suite]
Posté par Sabeli à 18:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 janvier 2017

"Il n'est plus d'étrangers" Catherine Leblanc

  Il n’est plus d’étranger que son propre soi. Il n’est plus éloigné que sa propre identité, ce portrait que l’on ose regarder, tirer la photo, composer. Pourtant c’est grâce à ce kaléidoscope d’images que l’on grandit. C’est grâce à nos visages, nos silences, nos croquis dessinés au lavis ou à l’orange sanguine que l’on comprend nos sentiments profonds, cette émotion que rien ne nous est étrangé. Par le reflet d’une ombre, d’un passant, d’un bruit furtif, on porte nos vies le long des chemins, des pavés, des rues et des... [Lire la suite]

20 janvier 2017

" Max Winson " Jérémie Moreau

  « Tu peux parler fort, exhiber ton savoir, assener tes arguments, brandir ta culture… Mais la conversation est à sens unique et tristement stérile. Au terme de l’échange, tu demeures exactement le même, tu n’as pas évolué d’un pouce. La rencontre n’a pas eu lieu.Ou bien tu peux laisser l’autre s’exprimer, l’écouter. Et alors te hisser sur la marche qu’il érige puis en poser une. A ton tour. Vois la balle de tennis comme le lien qui te rattache aux autres. Cultive-le tant que tu veux. Ne cherche plus à lutter contre les... [Lire la suite]
18 janvier 2017

"Ne parle pas aux inconnus" Sandra Reinflet

  Ma rencontre avec Sandra Reinfelt date du début de ce blog. Je suis ses aventures multiples et rocambolesques depuis qu’elle a décidé de prendre la tangente des rayons de supermarché et autres routines quotidiennes. La trentaine rayonnante, le sourire XXL et le regard rieur, Sandra est le genre de personne que l’on rencontre et qu’on ne peut oublier.  Après avoir commencé comme chanteuse au sein de Marine Goodmorning, Sandra a capturé un appareil photo et nous a livré son regard, ces images, portraits, morceaux... [Lire la suite]
17 janvier 2017

"Les garçons perdus " Arnaud Cathrine et Eric Caravaca

  « Et, ce faisant que je ne connaissais rien de l’amour, je ne connaissais pas le moins du monde à ce qui s’était bâti entre lui et moi.Je ne sais pas si c’était une forme d’amour. Un lien de dépendance très certainement. Et, au final, une forme d’amour. Que je cherche aujourd’hui encore sur le visage de mes amis, en dépit de tout ce qui est advenu par la suite. Je le vois apparaître parfois en filigrane. Je ne m’en suis aperçu que récemment. »   C’est un fait : l’amitié entre hommes est un sujet peu... [Lire la suite]
15 janvier 2017

" Frapper le sol - Tatsumi Hijikata sur la voie du Butô " Céline Wagner

  Comment vous parler de ce roman graphique ? Comment vous faire découvrir ce qu’est le butô quand moi-même je ne connaissais ni le terme, ni l’influence qu’a eu celui qu’il a inventé cette danse contemporaine, moderne sur les générations actuelles ?.   Le Butô est donc une danse japonaise consistant à frapper le sol, à se mettre à nu, exerçant sur son corps et son esprit une controverse impitoyable. Elle fut initiée à la fin des années 1950 par celui qui en est le maitre incontesté et absolu : Tatsumi Hujikata... [Lire la suite]