les liszt

« Les Liszt dressent des listes. Grifgrif, grafgraf. Des listes parfaitement ordinaires. Et des listes tout à fait insolites. » 

Comme tout le monde il vous est arrivé de dresser des listes, des to do. Des listes de courses à faire, de choses à ne pas oublier, de rêves à construire, de livres à lire, d’autres à ne pas oublier, des listes de cadeaux, des listes de choses et d’autres.

« Grifgrif grafgraf » 

Mais des listes de listes. Des listes de mots, de choses épouvantables, de maladies imaginaires, de footballeurs, de terribles corvées ou bricolages en attente, d’insectes volants. Des listes tous les jours sauf les dimanches parce que le dimanche est fait pour se reposer. Des listes qui fatiguent, rendent insomniaques, s’étendent sur 31 pages pour calmer les  terreurs nocturnes, les peurs d’ennemis redoutables. Des listes brouillonnes, des listes propres, des  listes perduess, des listes affichées au mur.

« Grifgrif grafgraf » 

Des listes, des kilomètres de listes qui s’allongent et se multiplient. Des listes à remplir la maison, couvrir les meubles, les murs, servir de support... Des listes de saisons qui passent interminablement. Des listes qui empêchent de voir plus loin que le bout de son jardin, le pas de la porte qui s’ouvre. Des listes qui n’en finissent jamais tellement il y a de choses à lister.

Des listes chez les Liszt. A longueur de temps et de journée. A longueur d’année. Même le chat s’y met. Quand un jour sur le pas de la porte….

« Grifgrif grafgraf » 

The-Liszts-2a


Que se passe-t-il quand un inconnu franchit le pas d’une maison, que celui-ci n’est ni attendu, ni envisagé dans une liste de choses à faire, à comprendre, à entendre, à se fier ? Que se passe-t-il quand les questions fusent et s’assemblent, quand la peur frappe à la porte  sous les traits d'un homme mi monstre mi humain ? Et si cela n'était pas marqué sur une liste mais méritait d'être envisagé ? Si pour une fois...
 

Vous avez aimé la famille Adams ? Vous avez crié devant Frankenstein ? Vous avez chocotté en découvrant le yéti velu et tout en rondeur ? Vous adorerez les Liszt. J’en mets ma main (ou La Chose pour celles et ceux qui suivent) à skater ! Les Liszt ou l’univers farfelu, déjanté, complètement décalé mais oh combien poétique, beau, tendre, ironique de Kyo Maclear et Jùlia Sardà.

71Ryvi0cn1L

Un petit texte farfelu de Kyo Mclear, à rire, à se pencher sur ce qui n’est pas lister justement. Un petit livre pour celles et ceux qui n’aiment pas les changements, des fans de listes, monomaniaques des tâches, des ennuis à éviter, des choses sérieuses en somme. Un éloge à l’ouverture, à la spontanéité, à l’imprévu et aux choses non conseillées, non écrites , à l’aventure, aux rêves irréalisables à réaliser, aux surprises, aux bannissements de nos vies, nos « to do list » et autres méthodes pour bien gérer ses tâches, au temps-surprise, à l'ennui qui n'est après tout que nécessaire à nos vies bien trop remplies.

Le dessin de Jùlia Sardà n’est pas en reste. On rentre de plain-pied dans le gothique, le transcendant d’une famille Adams improbable. On s’attend à voir surgit Morticia ou La Chose. C'est finalement un être velu, un visiteur munit de ballons colorés venant de loin qui « frappe » à la porte et entre. Le crayonné est singulier reflétant les années 20 et ses étranges univers à la Klimt. Les décors font penser à une pièce de théâtre d’un Guitry hongrois avant-gardiste. L’angle de vue fait ressortir les éléments géométriques mais aussi les rondeurs, les cernes encerclant les yeux en amande ou des détails improbables.

Une vraie réussite qui vous donnera l’envie de faire des listes mais pas n’importe lesquelles… des listes déjantées, des listes catastrophiques, des listes extraordinaires, des listes insolites, des listes où rien n’est jamais finalement listé, des listes de questions ouvertes et surtout pas fermées. 

« Grifgrif grafgraf »

 

A découvrir chez les Petits Mots, La Soupe de L’espace.

 

Les Liszt
Kyo Maclear et Jùlia Sardà

La Pastèque

lisztsinterior-v1-7x11-20_orig