Derrière ma fenêtre ouverte sur une fin de mois de mars ensoleillée, je tente de capturer quelques gouttes de PLUIE, de cette eau, cette trace humide qui soulage la peine des nuages, trop lourds de porter une charge.
Juste en face de moi se dresse un nid de corbeaux, ces oiseaux noirs de mauvais augure et qui attendent comme une délivrance, l’arrivée du nouveau venu. Dans l’arbre encore dénudé, ils paressent, ailes déployées, ventres bombés, et couvent l’oisillon encore installé dans son œuf. Nul bruit autre que celui d’un croassement et d’un gazouillis lointain. Un coucou affirme que cet œuf est le sien.  Pagaille sous un ciel ensoleillé.

 

logo amegraphique

 

La PLUIE giboulée du célèbre Mars, semble éloignée, enterrée, évaporée dans les derniers rayons de soleil filtrant. Le rouge orangé du soleil couchant a gagné.

 Je tente d’imaginer la PLUIE, l’odeur de terre humide, les gouttes qui tombent et s’éparpillent sur les carreaux de mon cahier, les vitres de ma fenêtre ouverte. J’entrevois dehors les passants armés de parapluies colorés, de pardessus déployés, d’impers capuche et bottes bariolées. Je ris des couleurs, de cette lumière grise unie au jaune couché. J’entrevois la poésie du moment, la danse musicale du temps. Sur le sol, le trottoir humide joue des claquettes et les gouttes dansent une gigue endiablée.  

Mais rien à faire, la PLUIE n’est pas au rendez-vous, j’ai loupé mon âmegraphique, j’ai raté les larmes nuageuses. Il fait beau. Il fait chaud. Le chat dort sur le fauteuil dressé face au soleil. Etalé comme un pacha, il donne des coups de pieds en direction des corbeaux qui croassent. La PLUIE peut tomber, le soleil jouer de ses rayons, rien y fait, le chat ronfle. Et moi comme une damnée, je cherche mes gouttes entre deux larmes déposées par la pomme d’arrosoir utilisée… PLUIE d’un soir, PLUIE d’un regard. Petite musique d'un clapotis jazzy. Un petit coin de parapluie pour un coin de paradis. Souvenir d'un soir giboulées douarnenistes ensoléillées.

17553703_1761523130828982_886234459111312271_n


Retrouver l’
Amegraphique du mois chez ENNALIT qui accueille ce mois-ci les images de la PLUIE. Merci Enna de poursuivre cet atelier et merci à vous tous de croire qu’il est possible de faire de la pluie, une joyeuse et bien chouette équipe de regards et d’instants croisés.

 

Amegraphique
Atelier photo un mot une image
Le blog du Petit Carré Jaune

 

Et petit clin d'oeil personnel...

Remi Panossian - Paint It Black