On me demande souvent la genèse du Petit Carré Jaune, du pourquoi un blog, du comment et pourquoi les livres, pourquoi la lecture ? On me demande son histoire, son parcours, ses rencontres, ses habitudes, sa vie. Et j’ai beau chercher ou tenter de trouver une réponse cohérente, je ne sais pas le pourquoi, le truc qui lui ferait un vrai costume, une véritable identité à lui tout seul, sans moi derrière. Je sais le comment de sa naissance, ses deux marraines de cœur (L’insatiable Charlotte et la facétieuse Lucie) et d’un peu plus encore mais je n’ai toujours aucune définition exacte à vous soumettre au pourquoi un blog. 

 

logo amegraphique


 

Qu’est qu’un blog ?  

C’est vrai finalement. Qu’est ce qu’un blog, qu’est ce que blogguer ? Si je prends la première définition trouvée sur internet, « un blog est une page personnelle ou d’entreprise comportant des avis, des liens ou chroniques périodiquement crées par son ou ses auteurs sous forme de posts. » (Source L’encyclopédie illustrée du marketing).
Cela serait donc un produit conçu à des fins commerciales ou/et de communication. Une forme de story-stelling de nos lectures, puis que littérature nous y parlons. Donc blogguer ou bloguer, suivant les sources, serait ni plus ni moins parler d’un livre dans le cadre d’une promotion.  

Vu sous cet angle, blogguer n’est pas ma motivation, ni ma conviction de l’histoire du Petit Carré Jaune, ni des lectures que j’aime et du partage que j’ai envie d’effectuer. Car pour moi, la première chose indispensable pour comprendre mon univers, est le partage, la générosité, l’ouverture d’esprit et de livres, la complicité, la sensibilité, l’émotion que procurent la lecture, ces moments uniques et merveilleux de découvrir un livre, les mots, la complexité de la phrase, la facilité de l’histoire, le ressenti, l’ivresse, le jeu de construction, la volupté, la tendresse, le phrasé, le fond et la forme. 

 

Car qu’est ce qu’un livre avant tout ? 

Sans ceux-ci il n’y aurait pas de blogs littéraires et donc par anticipation pas de Petit Carré Jaune (non ne pleurez pas, il est encore bel et bien là). Juste lire est un véritable besoin, un loisir, un passe-temps comme nous aurait dit il y a quelques années nos parents, une manière de s’enrichir, de se cultiver.
Oui mais il n’est pas que cela. Le livre est aussi un acte de résistance, une insoumission à croire tout ce que l’on nous dit, à se forger son opinion, sa quête, tenter de comprendre les mécanismes de notre monde, se laisser porter par le rêve l’histoire, contribuer à développer son imagination, être curieux de l’écriture, des sons et des émotions qu’il nous procure.  

Lire est donc un véritable besoin, un véritable objet de stimulation et d’ouverture à la vie. C’est à cela que doit servir un livre, à s’ouvrir, à partager, à ouvrir les portes et les clés des autres univers, hommes, mondes. Le livre comme un véritable outil à la générosité et d’humilité, à la gloire des mots et des lettres offertes, aux émotions éprouvées.

 

Et c’est cela qui fait la nature même de ce blog, du Petit Carré Jaune. Le partage d’un objet, de mots et de celui, celle qui les a composés, mis en musique, alignés sur la portée de la page blanche. Ces mots qui sont devenus histoire, poème, illustré, roman ou autre…. Une histoire, un partage, une rencontre. Un livre, un blog, une union. Un Carré Jaune. Petit.

 

Le Petit Carré Jaune.
Le Livre. Son Amegraphique.

 

IMG_1111 nb

Sabine

IMG_0739

Sabine

Ce moi ci, ce fut Camille et moi-même qui avons ouvert notre librairie d'AmeGraphiques Livresques !!
Et pour être livresques, elles y furent. Des livres en veux-tu, en voilà ! Des livres partout, sur les murs, sur les étagères, dans des lits, sur des tables ou des canapés, des lecteurs ou lectrices mis à nus au moment de leur captivante randonnée littéraire.
Des livres comme s’il en pleuvait !! 

 

Laetitia : chut c’est l’heure de se coucher. Oui mais jamais sans mon livre. Non mais !! D’ailleurs que lisent-elles pour être aussi bien absorbées ?

laetitia

Laetitia 

Ennalit : Tel l’aventurier solitaire, Bastien le roi de la Terre…. et de l’univers livresque, preux chevalier à l’armure feuillets ! 

Gaelle : Ma Libraire… Voilà c’est dit. Avec elle, les mots tiennent chaud, les pages tournent et nous lecteurs… on entre dans sa danse de passeuse de rêves, passeuse d’histoires belles.

gaelle

Gaëlle 

Manika : où la petite bibliothèque voyageuse. Une fine lectrice qui ne s’arrête de lire que pour dormir. (et encore je la soupçonne de lire dans ses rêves) 

Céline : où le rat (enfin la souris plutôt) de bibliothèque !!

céline

Céline 

Martine : attention séquence poésies, mélancolie et beauté. Chez Martine on aimerait juste des fois y mettre le bout de son nez, sentir la chaleur et piquer dans sa bibliothèque, ces livres qui lui ont fait battre son cœur. 

Christine : je l’ai toujours dit que mes amies de Romandie ne faisaient jamais les choses à moitié. Chez eux lire est un exercice périlleux à faire hors des conventions et des cadres imposés (de préférence à la manière de Heidi en chantant des yodels.

christine

Christine

Blondie : « C’était une douleur pour rien, de celles dont on ne peut même pas faire un poème. » – « Je vais continuer d’égrener mes années, sans nostalgies mais d’une voix précipitée. Ce n’est pas de ma faute si les mots se bousculent. Il faut faire vite, ou alors ne n’en aurai plus le courage. »

Camille :
A deux grandes passions dans sa vie. La première lire, des livres e encore des livres (et pis écrire aussi mais pas que..) et depuis peu photographier et là croyez moi la donzelle se débrouille comme une Queen. Une vraie Extra-Terrestre, ma zébrette à moi !!

camille

Camille

Victoria : Victoria c’est l’âme québécoise du groupe et donc qui dit Québec dit littérature et ce petit accent que nous autres âmes bien française, adorons entendre chanter, lire, imaginer, chercher, feuilleter.

Et comme l’été arrive c’est avec un thème estival que je vous invite à Amegraphier. Liberté absolue mais en rapport avec une histoire de tongs, de parasol, de chaussures de rando, d’apéro et de petits légumes frais, de crème solaire, de lunettes noires, de maillots séchant au soleil, de coups de chaud, de vagues, de bouée, de montagnes vertes, de roulottes ou de caravanes, de doigts de pieds en éventail… Bref … thèmatique estivale exigée !! 

Rendez vous le 29 juin pour commencer à tout oublier…  (Vacances, j’oublie tout…)

 

Livre
Amegraphique
Le petit carré jaune