product_9782075076975_195x320

«  Le jour de la rentrée des classes, je suis tombé amoureux. C’était la première fois. »

Certains livres sont de réelles invitations à entrer dans un autre univers et cela dès la page de garde. On se sent irrésistiblement attiré par le crayonné, les couleurs, le dessin à la fois mystérieux et onirique. On s’y sent bien, tout en douceur et tendresse. On ressent la trame, le fil qui relie les pages, le tissu de papier rouge jauni, picoté, à la limite du tissu. On a plus qu’une envie : entrer dans ce monde.

Alors on tourne la page. Et on lit.  

«  Le jour où je suis devenu un oiseau ». Ingrid Chabbert et Guridi.

Une page blanche et un dessin d’oiseau en bas à droite. Un drôle d’oiseau d’ailleurs. Un corps énorme reposant sur des jambes/pattes frêles, un long bec qui est loin d’être celui des échassiers. Un oiseau tout en ombre chinoise, et crayonné. Un oiseau mystérieux à souhait.
De cet oiseau on ne sait pas grand-chose. Simplement une première phrase qui nous explique qu’en ce jour de rentrée, « je suis tombé amoureux » et que c’était la première fois. Alors comme toutes les premières fois, on est fébrile de découvrir la suite, cette histoire d’amour où un oiseau est évoqué, un oiseau crayonné, un oiseau au drôle de comportement, une ébauche de corps qui se construit comme un amour se bâtit, une ossature d’osier et de plumes. Tout en fragilité.
La dite damoiseau se nomme Candela,  l’intense lumière, la chaleur de la flamme amoureuse. « Avec des cœurs et des soleils qui sourient. ». Assis devant « moi » dans la classe, elle est passionnée par les oiseaux et « refuse de les voir vivre en cage ». Je la soupçonne d’ailleurs d’être un oiseau,  une colombe, une tourterelle ou que sais-je encore. Quand elle parle, si on tend bien l’oreille, on entend son chant mélodique, doux. Et moi « quand je la regarde, j’oublie tout, y compris mes copains ou le foot. »

« Alors un matin, je décide de me déguise en oiseau. Un grand, avec un beau plumage. Un qui sent bon la forêt en été. Je me trouve beau avec mon costume. Et il tient chaud. Je rêve qu’un jour, je pourrai me poser quelque part sur les Rocheuses ou tout en haut d’une pyramide. Avec Candela, peut-être… » 

18699261_1793923354255626_296322855563272498_o

Des fois on découvre une auteure par l’intermédiaire d’un livre ou d’un ouvrage qui vous frappe intensément le cœur, qui vous transporte et vous donne envie de continuer la découverte au fil et à mesure des livres édités. On découvre et on aime. De plus en plus. On aime l’écriture, les mots déposés et lus. On aime et on tourne les pages. On se relit à cette délicatesse, à cette bienveillance. 

C’est ce qui m’est arrivée avec Ingrid Chabbert. Découverte dans Ecume, j’ai aimé le scénario tout en retenue et sensibilité. Et « Le jour où je suis devenu un oiseau » n’échappe pas à la règle.
C’est une véritable petite poésie que l’on découvre au fil des pages : les premiers émois amoureux et la transformation qui s’empare de nous, le vol du cœur qui s’échappe vers la personne à qui l’on veut plaire. Les mots sont juste ce petit quelque chose qui vient se poser là, entre nos deux ventricules, sur la paroi battante de cet organe rouge amour.
Adressé aux enfants, on s’y retrouve, ressent l’oiseau venir en nous, les plumes nous poussent, les ailes se déploient, le cœur bat la chamade et on tombe amoureux. C’est beau, chaud, doux, sensible… « Je n’ose plus bouger, ni penser.»

Quant à l’illustration de Raùl Guridi, c’est là aussi une jolie découverte. Il y a la force et la poésie du dessin. Le crayonné gras et à la fois fin, le mystère de l’oiseau et l’onirisme dévoilé. C’est tendre, simple, sans fioriture, presque discret sur certaines pages. D’autres sont un vrai bonheur à découvrir, une illustration digne d’une encyclopédie et puis il y a ce vert sépia en fond de toile. Un vert sépia, un vert-amande, tout en douceur et qui nous invite au repos, à la pause, à s’envoler vers d’autres horizons, à devenir piaf, oiseau, à déployer ses ailes et apprendre à voler. 

Une très belle découverte que « Le jour où je suis devenu un oiseau ». Un coup de charme et de cœur. Un petit livre illustré qui nous donne l’envie irrésistible de tomber amoureux, de devenir à notre tour oiseau et nous envoler. 

 

Le jour où je suis devenu un oiseau
Ingrid Chabbert

Guridi

Gallimard Jeunesse Giboulées.