19642391_1815572635424031_963713963302871208_n

« Amadeo est conducteur de tram à Lisbonne, mais pas un conducteur de tram comme les autres. Au cours de sa longue carrière, il a aidé plein d’amoureux timides dans son Electrico 28. Et comme vous le savez, des amoureux timides, il y en a beaucoup ! »

Lisbonne. Pour qui connait, il y a Belem et sa tour, les pastel de Nata, Le Rossio, son sanctuaire du Christ visible de l’autre côté du Tage et ses restaurants cachés où le fado se chante à pleine voix.
Mais c’est surtout son quartier aux rues pavés, le Bairro Alto et son mythique funiculaire jaune qui ondule dans la vieille ville au rythme lent de ses montées et fou de ses descentes, glisse dans un bruit assourdissant mais tellement joyeux qu’il en devient le jeu des amoureux. 
 

Amadeo est un des conducteurs de l’Electrico 28. Et comme tous les jours, il s’en va le cœur guilleret accomplir son métier. Amedeo est un bon vivant et ce qu’il aime encore plus c’est rendre amoureux les gens. Les timides, les frileux, les qui n’osent pas, les indécis. Ceux qui sont assis derrière ou à côté de l’élu(e) de leur cœur et qui n’ont pas le courage de lui parler.
Alors suivant où ils sont assis, Amadeo a des techniques imparables : les arrêts en haut des collines et d’un coup la descente à toute vitesse. Hop dans la brusquerie du mouvement, les cœurs se rejoignent (technique n°1). Ou encore la manœuvre du virage qui rapproche les amoureux. Bim encore un bisou qui s’échange (technique n°2). Et puis il y a la manœuvre dite du premier pas : bam ! Amado est là et d’un coup de frein aide le jeune soupirant à rattraper sa dulcinée dans ses bras (technique n°3).

Mais voilà… aujourd’hui c’est le dernier jour de travail d’Amado. Dès demain, plus personne n’aidera les amoureux à se rencontrer. Surtout ceux qui sont vraiment des cas désespérés. Alors comme un dernier défi, Amadeo décide de transformer ce dernier voyage comme le plus beau des rendez-vous.
Le dernier baiser. 
le der des der.

 

19247764_1815572492090712_4594290544122931180_n

 

Un petit livre jeunesse qui fait un bien fou. Rieur, farceur, tendre, doux, dynamique et qui sent merveilleusement bon Lisbonne et les amours naissants. C’est bon comme une pastels de nata, comme une queijada, les bola de berlim ou encore les toucinho do ceu. 

Electrico 28 donne envie d’emprunter de nouveau le funiculaire au bruit assourdissant et à son rythme typique, de tomber amoureux d’une façon complétement folle au rythme swinguant d’un conducteur de tram emplit de générosité, bonté et un poil taquin.
Les dessins de Magali Le Huche accompagnent divinement bien les mots de Davide Cali et les deux réussissent à faire de cette histoire un hymne à la vie, l’amour, au fado et à Lisbonne.

Une belle histoire, des dessins emplis de générosité et un Lisbonne qui sent bon la vie, l’amour, le fado, les rires et les bisous. C’est gagné ! 

 

Electrico 28
Davide Cali et Magali Le Huche
ABC Melody

 

19665553_1815572578757370_2678229088292300197_nd