29 septembre 2017

Thomas Flahaut "Ostwald"

    « Sur les sites Internet des journaux, les articles répètent les mêmes informations, maigres et partielles, les mêmes déclarations, les mêmes discours. Ils ne parviennent pas à cacher qu’ils ne sont construits que d’incertitudes. Tout est inconnu. Tout est invisible. Les événements se passent sous terre ou dans l’obscurité et la chaleur d’un réacteur nucléaire. On ne sait rien de ce qui se passe. Et dans les phrases qui défilent sur la page LIVE du Monde se terrent les mots que je croyais réservés à des pays... [Lire la suite]

27 septembre 2017

Grégory Mardon " Prends soin de toi"

« Marseille le 10 août 1976,  Suzanne mon amour,  Marseille est une ville lumineuse à la hauteur de ce que nous pouvions imaginer lorsque nous parcourions les photos de magazine en rêvant d’aller y vivre un jour, toi et moi.Mais ce n’est plus un rêve à présent et tu peux venir me rejoindre le plus vite possible que tu pourras. Tout est prêt pour t’accueillir. J’ai trouvé un petit appartement dans le quartier du panier. Je suis sûr que tu sauras le décorer avec goût…Je t’aime ma belle. Tristan. »  ... [Lire la suite]
25 septembre 2017

Merlieux l'Enchanteur - 25 ans !

  Merlieux l’Enchanteur a ce quelque chose que j’aime des salons simples et chaleureux. Et bon sang que c’est bien et bon. Une ambiance de rêve d’anarchistes aux cœurs énormes et généreux, une douceur énergique se diffusant à chaque coin et recoin, une chaleur humaine se dégageant de chaque membre, de chaque bénévole, des sourires, des gestes, des discussions, des tables rondes sans table mais autour de chaises où la parole est libre et sans contrainte, des repas où se mêlent la gentillesse et les rires, les discussions... [Lire la suite]
22 septembre 2017

Sonia David "David Bowie n'est pas mort"

  Encore une fois j’aurai pu passer à côté de ce roman si ce n’est que l’auteur me tendait un diable de miroir, une histoire qui me renvoyait dans mes cordes, dans mes retranchements, dans une psychologie de bazar. J’aurai pu l’éviter, tout faire pour ne pas le lire, pour ne pas me prendre en pleine figure cette histoire qui pourrait être la mienne, la notre, une histoire qui nous raconte, nous laisse un goût de réconciliation avec les nôtres, ceux de notre sang, ceux qui nous connaissent peut-être le mieux et qui pourtant ne... [Lire la suite]
20 septembre 2017

Aude Mermilliod " Les reflets changeants"

  « J’ai 22 ans, je suis fraichement diplômée, je suis brillante. Et très amoureuse. Et tout disparait derrière ça. A la question : « Comment vas-tu ? , je réponds : « en ce moment il va plutôt bien […] Il m’a fallu du temps pour accepter que je ne serais pas cette fille. Celle qui intrigue, celle sur qui on se retourne. Cette fille souriante, gracile, mystérieuse… Tout ce blablabla.». « A quel moment  elle a commencé à m’emmerder comme ça ? A quel moment  est-ce que... [Lire la suite]
16 septembre 2017

Sophie Lemp " Leur séparation"

  « Sur la première ligne du cahier bleu dans lequel j’ai pris des notes tout au long de l’écriture de ce texte, j’ai inscrit Pourquoi écrire sur le divorce de mes parents ? Puis juste en dessous, Rien ne sera jamais réparé. L’essentiel s’est joué en dehors de moi, même si, enfant tant désirée, tant aimée, j’ai toujours eu l’impression d’être au centre. Quelque chose m’a échappé. Mais je suis le fruit de leur rencontre et celui de leur séparation, je suis le fruit de cette histoire, la leur. Aujourd’hui, au bas de la... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 septembre 2017

Timothée de Fombelle "Neverland"

  « Il y a dans les hauts territoires de l’enfance, derrière les torrents, les ronces, les forêts, après les granges brûlantes et les longs couloirs de parquet, certains chemins qui s’aventurent plus loin verse le bord du royaume, longent les falaises ou le grillage et laissent voir une plaine tout en bas, c’est le pays des lendemains : le pays adulte. »    La rencontre aurait très bien pu ne pas avoir lieu. Le livre aurait pu passer dans d’autres mains que les miennes. J’aurais pu ne pas retrouver... [Lire la suite]
13 septembre 2017

L'Eté Jaune carré

Difficile de reprendre le chemin du blog après un Eté Jaune Carré si bien entouré. L’heure est la rentrée et à la floraison de titres et de romans qui s’étale, telles des feuilles, sur les tables des librairies. Et malgré tout, ce sentiment d’être encore dans vos mots, de ne pas tourner tout de suite la page, de ranger immédiatement vos textes dans un nuage virtuel ou une bibliothèque poussiéreuse. Cette envie de vous relire, de vous retrouver, de poursuivre vos partages, ce que vous avez mis de votre cœur et votre générosité, vous... [Lire la suite]
09 septembre 2017

L'Eté Jaune Carré - Charlotte Milandri "Elle avait abrité mes jeux d'enfant"

Elle avait abrité mes jeux d’enfants, les cache-cache à avoir peur de nos ombres, les ronces écorchant nos genoux. Les cris trop aigus, les souffles haletants, et les histoires inventées, toujours un prince pour nous sauver, une méchante sorcière terrassée. La main de Clémentine dans la mienne à la nuit tombée et le lent frisson qui nous parcourait le dos avant de rejoindre en courant les lumières qui donnaient vie à la cuisine de maman. Adolescente, le cache- cache se finissait en caresses et en baiser, la peur au ventre était... [Lire la suite]
08 septembre 2017

L'Eté Jaune Carré - Gaelle Josse " Couleurs du temps"

Nohant, lieu d’enfance. Le pays de ma mère. La Vallée noire, en Berry. Terre de mystère, d’obscur, de jeteurs de sort et d’exorcistes. C’est un lien  particulier qui me lie à cette grande demeure, que j’ai si souvent visitée. L’impression d’avoir approché, ici, au plus près, la réponse à une obsédante question. Dans le parc, derrière les deux cèdres immenses plantés à la naissance de ses enfants, Maurice et Solange, la maison de George Sand est restée intacte. Autour de la table, sous le grand lustre de Murano, on attend que les... [Lire la suite]