les-vieux-fourneaux-tome-4-la-magicienne

On avait laissé les trois vieux shnoks, les papy grincheux, les révoltés du troisième âge, à l’aube d’une nouvelle histoire, d’un suspens infernal. Nul ne savait ce qu’il adviendrait de nos trois compères de sans yeux ni Maitres et de leur pitchounette magicienne d’un théâtre de marionnettes et d'une histoire de loup en slip. Nul ne pouvait croire que derrière la camionnette rouge, il en avait encore sous le capot des manifestations, des bombes à retardements éclats de rire, des bus à faire pâlir toutes les sociétés de bus macrons mis sur le marché depuis l’ouverture à la concurrence.

Ah c’est qu’ils en sont pas prêt à mis au rebut, aux déclassés de la société, aux amateurs de chaises longues et de jeux télévisés. Ils en ont encore plein la barbe, dans le ciboulot les vieux grincheux pour trouver une parade à la morosité ambiante de l’économie actuelle. Ils en ont plein les mains et les fauteuils roulants…
Et ils ne sont pas prêts de baisser les bras pour se faire rouler, nos fameux génies des maisons de retraite, nos tontons flingueurs des baltringues, nos supermans aux dentiers et lunettes loupes noires. Non mais… il ne faudrait pas jeter Antoine, Mimile et le Pierrot dans les orties et se prendre pour celui qui pourrait les rouler dans la farine.

 

17155781_624611407740127_7829394759947809986_n

Parce que figurez vous que cette fois-ci, il y a le feu au lac ou plutôt un œuf de magicienne aux normes européennes dans le pré (bah oui … il n’y a pas que l’amour… quoi que !!!). Et quand la dite magicienne est une sauterelle qui se passe du mâle pour copuler, croyez moi que nos trois vieux fourneaux vont trouver la parade pour empêcher ce maudit Garan-Servier de construire sur cet espace protégé, une toute nouvelle usine qui amènerait prospérité économique et sociale dans ce village reculé du Gers (Le même que « Le bonheur est dans le pré » justement).
Alors quand le dit village de notre magicienne marionnettiste voit débarquer une bande de babas cools, rastaquouères, zadistes à moitié romanichels, gitans, gens du voyage, écolos bobos ou on ne sait pas trop, il n’y a pas trente six mille chemins pour que la bande des vieux farceurs reprennent leur bâton de pèlerin anarchiste et se reconnecte au monde de demain. En guerre vade retro satanas ! Sus aux changements et à l’envahisseur écono-libéral. Vive les sauterelles, vive l’amour est dans le pré, vive les vieux fourneaux et leur bus déglingué. Vive Antoine le grincheux, Pierrot le révolté, Mimile l’amoureux éconduit et notre Sophie la secrète sensible. 

Les-Vieux-Fourneaux-Tome-1_480x249

 

Décidément rien à dire j’adore Lupano et j’adore nos 3 vieux déglingués mais pas du ciboulot, nos trois vieux fourneaux qui à coup de répliques bien placées me font hurler de rire, réconcilier avec la vie, me donne envie de prendre ma carte au parti de ni yeux ni Maitres. Quel trésor, quel bouquet de saveurs, de volupté, de tendresse, de griserie que ces trois vieux loustics. Rien n’est laissé en suspens, tout est à décortiquer, à lire, à intégrer.
Lupano tire à boulets rouges sur les tentacules infernales de la pieuvre économique néo libérale. Il analyse avec brio tous les écarts, les démons, les plans machiavéliques. Il kidnappe nos idées de citoyen bien rangé pour en décortiquer des thèses qui méritent qu’on s’y attarde. Il est fort le bougre, très fort. Et on redemande.
On redemande ces répliques qui font mouches, ces petits grincements de paupières qui nous prennent pour regarder de plus près une scène, de ces répliques à la Brigitte des Saintes Croyances, des récits cultes des  vieux piliers de comptoirs, des yeux doux de biches et de torse velu de nos écolos bobos, des Duchesses au caractère et « tupérouère » bien trempés. On en veut de ses domaines bien propres, bien écologiques où la prospérité se lit dans les piscines creusées dans le jardin. On en veut de ces clins d’œil disséminés un peu partout et qui nous font éclater de rire.
On en veut encore de ces vieux grincheux pas piqués des vers ni des maisons de retraite, des vieux machins, des vieux édentés, des tontons flingueurs de la bande dessinée, des chasseurs au litron de rouge dissimulé dans la besace. On en veut plein des anars, des petits coins de Picardie (Merlieux l'enchanteur si tu lis cette chronique je te la dédicace) qui sentent bon le Gers. On en veut d’autres des révoltés du crayon et des couleurs, des parades de la vie et de bonnes pensées et manières.  On en veut plein des Duchesse roulants en Chrysler 300h décapotable, des paradis édens aux pommes bien rouges amours, des troquets Chope permanences de villages. On en veut d’autres des moustachus aux ventres bedonnants, des bô-gosses qui donnent envie de se pencher dans les prés et d’admirer les sauterelles dentelées. On en veut plein les oreilles de cette sagesse « boucanière », pirate des campagnes et des villes, des petits séants bien installés. 

Et on veut plein de Cauuet qui dynamise à l’aide de la palette de Gom, le scénario de Lupano. On veut de ces traits fins et superbes, de ces petits trucs qui font que le regard s’arrête, de ces détails qui tracent la scène, la rendent encore plus riches, plus tendres ou irrésistibles. On en veut plein, des tome 5, 6 et pourquoi pas 7 le chiffre du diable. 

16473288_609436132590988_4437121988465414636_n

Bref vous comprenez que je n’ai qu’une envie … me plonger dans le tome 5 et commencer le plus vite possible ce fameux Loup en slip tome 2 qui vient lui aussi de paraitre et qui donne déjà de la belle matière à nos chers têtes blondes, rousses, brunes.

N’hésitez pas, filez donc acheter les vieux fourneaux et brandissez haut et fort le poing. Révoltez vous crénom de sans yeux ni Maitres. Et riez aux éclats devant les ces trois vieux démons qui sont peut-être finalement ceux que nous souhaiterons être. Vive les vieux fourneaux, vive Lupano et Cauuet, vive Le Loup en slip !! Vive les crabouillis. 

« Bande d’égoïstes ! Les champignons, la Chope ! C’est bien la France, ça ! Vous passez votre temps à râler que rien ne change et quand ça change, vous gueulez que ça ne sera plus comme avant !
Eh ben quoi ? On veut le changement dans la continuité. C’est notre droit. »

Ce tome 4 a été lu en même temps et au même moment avec ma Mo du pilier de comptoir blog Bar à BD. Et quelle poilade de lire à ses côtés, de commencer nos lectures en photographiant nos pieds et nos chaussettes (notre rituel), de rire aux mêmes moments des répliques et traits, de détailler les cases et de se révolter le poing levé (pas trop haut quand même.. la crampe, ce truc qui te fait tordre les côtes et reposer ton verre). 

Les vieux fourneaux "Ceux qui restent" - tome1
Les vieux fourneaux "Bonny and Pierrot" - tome 2
Les vieux fourneaux "Celui qui part" - tome 3
Le loup en slip - tome 1

 

Retrouver toutes les BD de la semaine chez Stéphanie et ses frasques.

 

Les vieux fourneaux
La magicienne,
Tome 4
Lupano et Cauuet
Dargaud