23 février 2018

Christian Bobin "Le Christ aux coquelicots"

  « Tu viens quand plus personne ne peut nous consoler : tu enterres secrètement celui que nous aimons au fond de notre cœur – bien à l’abri du temps. » J’ai ouvert ce petit livre à la couverture jaunie comme on ouvre un délicat trésor, une précieuse lettre vivante de mots, de consonnes et voyelles, de cet espace chantant, sensible, poétique, quasi divin. J’ai ouvert lentement, découpant page par page, feuillet par feuillet. Là doucement, dans le silence du jour naissant, les phrases se dévoilaient dans la clarté naissante de... [Lire la suite]

21 février 2018

Daishu Ma "Feuille"

Une ville où toute vie semble s’être arrêtée, où la moindre particule d’air semble s’être dissoute dans un semblant de canalisations transformées en un vaste réseaux de tuyaux urbains, où la poussière, la polluution, la saleté, les détritus prennent le pas sur le bruit sonore et ambiant, détruisant la nature, le vol des oiseaux et les feuilles restantes. Une ville où le temps s’éternise, s’écoule au rythme lent de ce qui ne se passe plus, ne s’entend plus, ne se regarde plus. Une ville où finalement les habitants s’habituent à ne... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 04:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 février 2018

A Camus et M Casarès "Correspondance 1944 - 1959"

    «  lundi 6 février 1950  Au fond, très au fond de moi, j'ai toujours gardé, naturellement la certitude de te retrouver ; sinon comment aurais-je pu supporter ces longues heures mornes qui passent, qui glissent impitoyablement dans leur course effrénée et devant lesquelles, je me suis arrêtée, stupide et épouvantée ? Oui, quelque chose de plus profond, de plus grave et de plus véritable que mon imagination déjà usée et impuissante, m'ont retenue à toi, à nous, à moi-même ; c'est la terre, le ciel, la mer,... [Lire la suite]
16 février 2018

Cruschiform "Colorama"

  « Du bleu délicat d’un ciel découvert au rouge puissant du coquelicot, du vert des lichens au jaune musqué des engins de chantier, du plumage du flamant rose au violet de la betterave qui laisse ses empreintes, du kaki des uniformes militaires au beige duveteux des moutons, du noir parfumé d’ne pastille de réglisse au jaune orangé d’une perle d’ambre, du gris bleuté des torrents glaciaires au gris poli des galets sur la plage, du bleu profond d’une nuit étoilée au blanc immaculé des paysages enneigés… » Qui a-t-il... [Lire la suite]
14 février 2018

Yunbo "Je ne suis pas d'ici"

  « C’est au début de l’automne que j’ai quitté toutes ces choses familières… Et pour la premières fois de ma vie, je suis partie loin. Très loin. »  Je suis rentrée dans cette bande dessinée sur la pointe des pieds, la pointe du crayon de papier qu’Yunbo utilise. Une couverture qui ne m’attirait pas, me laissait perplexe même, un dessin étrange entre manga et graphisme européen, un mélange d’univers, de mondes, de styles. Un quelque chose d’indéfinissable et d’étrange même. Et puis je me suis prise au jeu, à la... [Lire la suite]
12 février 2018

Adeline Baldacchino "Celui qui disait non"

« Et j’avais vu Dachau, Bergen-Belsen et Buchenwald, vu Auschwitz et pleuré dans la lumière du crépuscule, quand j’essayais encore de comprendre comment il était encore permis d’écrire de la poésie, comment il fallait justement en écrire parce que prier, non, ce n’était plus possible – qui voulez-vous prier : celui qui ne répondit jamais, quand on le suppliait dans les chambres à gaz ? Et les mésanges de Bernburg, et les pivoines d’Auschwitz, n’étaient-elles pas indécentes ? »  Lui c’est August... [Lire la suite]

09 février 2018

Lettre à Angélique Villeneuve "Maria"

  Chère Angélique Villeneuve,    Je vous écris en écoutant une émission de Kathleen Evin, L’Humeur Vagabonde. Vous connaissez je suppose. Vous allez me dire pourquoi et quel est le lien avec votre roman,  vos mots ? J’aime ce vagabondage, cette ouverture d’esprit et de culture à laquelle nous amène Kathleen Evin. J’aime cette voix mais surtout le chemin qu’elle nous fait prendre, le regard ou l’attention qu’elle dissimule, guide. J'aime ce que vous nous écrivez en filigramne et ce que vous nous amenez à... [Lire la suite]
07 février 2018

Calvin et Hobbes "la flemme du dimanche soir"

  Rien à faire, je suis fan de Calvin et Hobbes. J’aime leur humour, leur tendresse, leurs jeux consistant à faire hurler les parents, pétrifier cette peste de Suzie blanc bec, devenir un héros aux supers pouvoirs intergalactique-soniques anéantissant toute une planète et quelques étoiles avec. J’aime les lire, me fendre la poire, me laisser percuter par deux ou trois blagues digne des plus belles parades de la vie. J’aime leur philosophie, les petits instants qui sont de grands moments, des épisodes qui bâtissent une enfance.... [Lire la suite]
06 février 2018

"La revenue" Donatella Di Pietrantonio

 « J’étais orpheline de deux mères vivantes. L’une m’avait cédée, son lait encore sur ma langue, l’autre m’avait rendue à l’âge de treize ans. J’étais fille de séparations, de liens de parenté faux et tus, de distances. Je ne savais plus de qui j’étais issue. Au fond, je ne le sais toujours pas. »  « La Revenue », celle que l’on a oublié et qui revient dans sa famille d’origine un beau jour. Celle que l’on avait effacée comme on efface à l’éponge le dessin d’un enfant abandonné.  Une gamine, qui... [Lire la suite]
04 février 2018

Fabienne Swiatly "Boire et plus"

  «  A treize ans, je bois ma première bière, une Kronenbourg en bouteille 33 centilitres. Je bois au goulot comme cela se fait chez nous. Les verres, c’est pour les invités. Je n’aime pas particulièrement le goût amer de la bière, mais très vite je prends conscience de l’effet que cela produit dans mon corps. Sur tout dans ma tête. Pour la première fois, je ne m’ennuie pas en famille, j’ai envie de rester avec eux, de parler avec eux. J’entre dans la bulle. Je suis en lien et l’ennui a disparu. Le même soir, mon... [Lire la suite]