07 juin 2018

Stéphanie Chaillou "Le bruit du monde"

  « Marilène se souvient de la force qu’elle a mise à exister. La force qu’elle a déployée pour simplement accomplir cette chose-là, à l’époque, exister. Une force sombre et animale. Une force obscure qui pouvait tout balayer. Parce qu’il y avait quelque part en elle, elle ne savait pas où, une envie brute d’exister. C’était le mot. Exister. Un désir fou de s’affirmer. D’être là avec les autres. De ne pas être effacée. De participer. D’être là. De vraiment compter. »  Il y a des livres qui vous explosent au... [Lire la suite]

06 juin 2018

Michel Rabagliati "Paul à Montréal"

Pour célébrer les 375 printemps de la cité québécoise Montréal, La Pastèque a décidé de demander à son plus célèbre dessinateur de croquer l’histoire de la ville. Et quand Michel Rabagliati s’empare de ses crayons, c’est pour laisser la parole à Paul, mon grand amour québécois.   Parce que mon Paul, c’est correct !Mon Paul et sa Blonde. Mon Paul, mon choum !Et c’est juste charmant comme idée, juste comme il faut, juste la plus belle et douce, tendre et facétieuse idée que pouvait avoir La Pastèque.Pensez donc, Mon... [Lire la suite]
04 juin 2018

PolaroïdS " Prie-dieu"

Tu m’as dit assieds-toi. Ta voix était douce encore. J’ai regardé la chaise. Tu as toujours eu le goût des mises en scène. Je n’ai pas obéi. Je ne voulais pas me plier à ton petit jeu. Je savais très bien où tu voulais en venir. Tu as saisi mon poignet. J’ai grimacé. Assieds-toi!   Tes yeux durs soudain et ta voix grinçante. Je ne l’ai jamais aimée ta voix. Nasale, haut perchée et fausse. Mais comme tout ce qui t’appartient, tu veux la croire belle et séduisante. J’ai obéi. Mon sac sur les genoux. Hier, ici même, on enterrait... [Lire la suite]
02 juin 2018

Pauline Desnuelles " 200 mètres nage libre "

 « Tu n’as pas compris, tu ne peux pas comprendre le peuple cap-verdien. Qui es-tu pour nous donner des leçons ? Je t’ai vu débarquer de ton Irlande froide, je t'ai vu t’acclimater ici. J’ai aimé ton regard sur les gens, tes échanges avec eux. Je t’ai senti bienveillant, sans jugement. Nous t’avons accueilli les bras ouverts. Ce soir, je suis déçue. Ton orgueil d’Européen te rattrape. Avais-tu besoin d’ensorceler Elea ? Reste à ta place, Liam, ton rôle est celui de l’étranger qui enseigne le kitesurf et se nourrit... [Lire la suite]