Le-repos-du-guerrier

« Il est libre Max, il est libre Max…… »  

Que seront  nos étés sans la famille Faldérault, sans notre smala belge préférée ? Que seront nos vacances sans les leurs, sans cette tendresse qui émanent, sans leur douce dinguerie, leurs riantes mésaventures aventures, sans Miss Esterel toute rutilante de rouge vitaminé. Que seront nos petits moments de bonheurs hilares sans les beaux étés ?
Rien.
C’est que cette famille, on l’aime et pas qu’un peu. Elle a cette douce image de notre enfance, ces relents de souvenirs que l’on préserve, nostalgique de notre jeunesse désinvolte.
 

Et après nous avoir baladé aux 4 coins de la douce Méditerranée en 4 L rouge, campings et autres nuits d’hôtels improvisées, les parents Faldéreau ont décidé de connaitre les joies des beaux étés au Repos du Guerrier.  

beauxetets_T4_horiz01

Il faut dire que papa Faldereau a acquis en, copropriété avec son frère, une maison au sein du Périgord. Le genre de villégiatures qu’on ne peut refuser, surtout lorsqu’en plus elle promet le nec plus ultra moderne et tout confort qui feront de ce  « repos du guerrier » un petit palace de joies vacancières. Le must du must pour les Faldérault, les doigts de pieds en éventail et la terre promise d'un coin de Dordogne.
Et quand notre dessinateur de BD est à jour dans le rendu final de la planche, que Julie Jolie, est revenue de l’université, son année de droit validée en poche, qu’en tout bien tout honneur Nicole, ma chérie, approfondie le maniement des langues vivantes en compagnie de Jean-Manu, son petit ami, que Pépette n’en fait qu’à sa tête, celle d’une donzelle qui rêve pouvoir d'avoir des lolos dignes de ce nom, que Louis, l'ado boutonneux, tente tant bien que mal, de passer sa crise sans faire trop de bruit, les oreilles collées sous le casque mousse du walkman diffusant Pink Floy, que la madame mère est décidément la seule à faire face à tous, les vacances ne peuvent que s'annoncer de manières estivales.

Bref le repos du guerrier, c’est le summum du bonheur des vacances en famille, le paradis sur terre, ce petit coin qui sent bon les la tranquilité, loin du stress.
Sauf qu’avec les Faldérault, les vacances ne sont jamais tout confort. Tatammmmm. « Banana Banana na banana split hum».

 beaux-etes-tome-4-repos-guerrier-L-RZFVlE

Et c’est parti pour de nouvelles aventures toujours aussi géniales, tendres, croustillantes des "beaux étés". Et malgré l’avancé dans l’âge, malgré les crises et autres mésaventures aventures, les Faldérault ne changent pas. Ils sont toujours aussi fantasques, irrésistibles, indémodables. 

La plume de Zidrou est toujours alerte, nous rappelant les années 80. Le scénario nous balade au gré de cases dans l'histoire, cette bouffée nostalgique des années passées, aux papiers peints couleurs psychédéliques, les cheveux longs brushingés et autres coupes à la  « Drôles de Dames »…. La tendresse et les rires fusent sans tomber dans la miévrerie ou la mélancolie. Bref Zidrou nous chatouille les oreilles et c’est d’une douce drôlerie.
Quant aux illustrations de Lafebvre, elles sont toujours aussi justes, fines. On retrouve les relents des eighteens, des Pink Floy et quelques pattes d’eleph’ qui trainent encore un peu, les T-shirt logotés et duvets-campings, les couleurs vives. Le dessin est à la fois classique et à la fois déluré, tendre. Un bonheur à regarder et à se souvenir.

 

Encore une fois la famille Faldérault est ma famille préférée et je reste complétement fan de cette série même si ce tome est un brin en dessous des autres. Vivement la suite qui, d'après le "the end"  devrait se dérouler à Noël. Je m'attends au pire !! 

 

Les Bd de la semaine sont à retrouver chez dame Noukette et en bande son : remix des années 80

 

Les beaux étés
Le repos du guerrier
Zidrou – Lafevre
Dargaud

Les-Beaux-Etes_480x249