camille

 

 

 

Je tape sur mon clavier la suite de mon histoire, puis je me rends compte que peu à peu cela devient déséquilibré.
Je décide donc de laisser ce travail pour plus tard et me dirige vers le parc où Lucie ma professeur de théâtre m'attend pour que je lui donne les scénarios que j'ai écrit pour la prochaine pièce. Je les lui tends. Elle me remercie puis je pars.

La première scène raconte l'histoire d'un noble de la renaissance qui rencontre un homme du tiers-états et lui fait vivre une vie de luxe.

Je ne sais pas si Lucie appréciera car elle souhaitait une histoire un peu plus laborieuse et combative, mais généralement elle n'abjure ni mes écrits ni mes pièces de théâtre.            

Je ne fais pas parti du club, ce n'est pas parce que Lucie ne veut pas c'est que je ne veux pas lire ou apprendre ce que j'ai écrit, car je me dis que c'est épouvantable. Je n'aime pas ce que je produis, et c'est ce qu'on me reproche, donc à chaque fois que j'écris pour Lucie elle ne veut pas me laisser relire et c'est elle qui corrige mes fautes.
Je rentre chez moi, et je vais poursuivre mon histoire.
Au bout d'une heure, mon texte devient de plus en  plus captivant, ce qui fait apparaître de la satisfaction sur mon visage.

 

Je fais parti d'une communauté d'écrivains amateurs sur internet, ce qui me permet de me faire connaître et de partager mes écrits. C'est comme ça que j'ai connu Lucie et beaucoup d'autres personnes comme Lena, Arthur... Qui, comme moi ont osé écrire en public leurs histoires, poèmes...
D'ailleurs, nous nous retrouvons tous les samedis à un endroit précis où un professeur de français bénévole vient nous donner des conseils pour retravailler les textes publiés dans la semaine. Je trouve ça tellement génial que j'ai même décidé d'en parler au lycée.
Ma professeur de français à tellement adoré quelle a décidé de participer à ce projet.

Pour conclure : J'ai des meilleures notes en français, j'ai eu un petit job et je rencontre plein de personnes  géniales !

Quoi de mieux ?!  

 

La communauté des écrivains amateurs
Camille (13 ans)

 

*******************

 

mathilde

 

Il était une fois un escargot qui se promenait dans le jardin le matin. Il rencontra son ami le papillon qui se promenait dans le potager de Lucie : son surnom était Lulu.

Lucie n'aimait pas les escargots, elle aimait beaucoup jeter des escargots très loin de son jardin dans les champs car il y a des serpents.

Un jour elle se fit fâcher par ses parents car elle jetait  des escargots. Heureusement que Bubule ne s'est pas fait jeter. Depuis Ce jour Lucie ne jette plus des escargots et au contraire elle était très gentille avec les escargots.

 

Lulu
(Mathilde P. 7 ans)

 

*******************

 

Parce que des fois on rencontre des toutes petites fées que l’on voit grandir, pousser, devenir feux follets, fées zébrées. Des fois à l’orée des forets ou des couvents des cordeliers, on rencontre des sosies et on retombe en enfance, on se reconnait.
Et puis, des fois il y a dans cette association de fées, des drôles de merveilles, ces petits êtres qui osent, se transforment, décortiquent les mots et les couleurs. 

Lorsque j’ai reçu les textes de Camille et Mathilde, mon cœur a fait boum 3 fois de suite, des boums d’étoiles et de sourires espiègles. Des boums fiers d’elles, très fiers. Des boums de me dire « bon sang elles sont douées ! »  

Alors oui Camille, oui Mathilde, continuez d’illuminer mon chemin, continuez d’exprimer vos  mots et envies, rêves et imaginations ; Continuez de créer, de croire que peut-être qui sais… demain vous serez des fées… 

Mais n’en doutez pas, vous y êtes déjà !