27 août 2018

Caroline Lamarche " le rêve de la secrétaire"

  « Cette nuit, je ne dors pas. Je descends à la cuisine et je mange. Beaucoup. Ça ne m’arrive pas très souvent, mais quand je le fais, je pense toujours à notre gouvernante, celle que mes frères et moi nommions Mademoiselle quand nous étions enfants. Elle était mince et jolie et nous apprenait à dessiner. Maintenant elle ressemble à une boule, son mari est alcoolique, elle refuse de le quitter et son vrai nom est Yvonne. »  La nuit est là, sombre et pluvieuse comme peut l’être l’obscurité lorsqu’elle nous... [Lire la suite]

24 août 2018

Pascal Manoukian "Le paradoxe d'Anderson"

  « Aujourd’hui la France y est presque. Une grande partie des infirmières, des professeurs, des artisans, des médecins a déjà les pieds dans l’eau. Plus personne ne se sent au sec. Chacun tremble de devoir renoncer à sa manière de vivre, d’être obligé de sacrifier la scolarité d’un enfant sur deux, de ne plus pouvoir s’occuper dignement de ses parents. La marée monte, inexorablement, inondant les classes moyennes. Les familles réclament désespérément les secours. Elles espèrent des bouées et on leur jette des modes... [Lire la suite]
21 août 2018

Mélanie Richoz "Le bus"

  Il est toujours délicat de parler d’une auteure pour qui on éprouve une réelle sympathie. Etre neutre,  ne pas se laisser emporter par l'amitié ou les émotions. C’est indéniablement ce que je tente de faire à chaque fois que je lis un roman de Mélanie Richoz. Et à chaque lecture, je me le répète. Je ne cède pas facilement… Alors oui je ne serai pas neutre, je ne serai pas sans vous dire que « Le bus » est encore une fois, un vrai roman dans lequel la puissance, beauté, force, poésie, musicalité, la façon... [Lire la suite]
20 août 2018

Loulou Robert - Sujet inconnu

  « Des jours en vrac. Ils comptent. Ils marquent. Ils frappent. Ils blessent. Ils renforcent. Ils s’entrechoquent. Des chiffres. Des litres. Des kilogrammes. Des kilomètres. On compte. On décompte. Tic-tac. Le chrono avance. Il ne s’arrêtera jamais. Tic-tac. Même le jour où c’est terminé, il continue sa route. Pour les chiffres, il n’y en a qu’une.J’aurai pu être comptable. Des plus et des moins. Un résultat. C’est clair et simple. Pas droit à l’erreur. Cocher. Vérifier. Taper sur des touches. Revérifier. Tout est rangé.... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 août 2018

Dimanche en poésie Rainer Maria Rilke " Notes sur la mélodie des choses"

  « Quand deux ou trois personnes s’assemblent, ce n’est pas pour autant qu’elles sont déjà ensemble. Elles sont comme des marionnettes dont les fils sont de différentes mains. Sitôt qu’une main les manipule tous, il leur survient une communauté qui les fait s’incliner ou se sauter dessus. Et les forces de l’être humain, elles aussi, sont là où vont finir ses fils dans une main souveraine qui les tient. »  Ils vous arrivent de lire des livres, des recueils sans savoir si ce que vous allez lire, si les mots qui... [Lire la suite]
06 août 2018

Claudine Galea - Le corps plein d'un rêve

  « … c’était fini,  Patti ne me quitterai plus, je ne le savais pas et j’allais tout faire pour qu’elle ne me quitte pas, mais je l’avais, greffée dans le cœur sous la peau, la voix de Patti. Lorsque Redondo beach est arrivé, j’ai cru que ça allait être gai, et puis j’ai eu envie de pleurer, quelque chose d’autre encore était passé de Patti à moi et c’est ça que j’allais essayer de virer, elle m’avait fichu la nostalgie et les larmes plutôt que la rage et le cri, voilà pourquoi la fille sans voix, n’est pas devenue... [Lire la suite]
05 août 2018

Marcus Malte Cyrille Derouineau "Mortes saisons"

 « La plage est livrée à elle-même. Les établissements sont vides, dedans, dehors, terrasses désertes, cannisses arrachées. Le sable et les algues envahissent les planches. Quel fléau ? on se demande. Quelle menace, quelle dévastation annoncée a poussé la population à fuir ? Quel danger imminent a pu conduire à pareille exode ? Rien de tout cela. Rien d’autre que l’hiver. La météo. Le calendrier. Une histoire de congés payés. Il en faut si peu, parfois. […] Nul ne se dore au soleil de février sinon peut-être... [Lire la suite]