Couv_335543

Mars 1956, un enfant vient au monde au PearceHealth Medical Center, Ketbhikan, Alaska. Dans sa chambre, un mobile aérien et spatial, une certaine idée déjà de la galaxie. Sur la commode, qui se dessine dans l’ombre de la porte que l’on ferme, une fusée. L’enfant s’endort. Chut.

Chaque étape de la vie passe ainsi.

De la fenêtre de sa chambre, le petit garçon observe la vie, dans son grand émerveillement et les petites découvertes. Chaque chose devient le reflet d’un instant de vie. De l’intérieur à l’extérieur, de l’infiniment petit à infiniment grand, de la loupe grossissant l’insecte à la lunette d’astronomie attrapant les étoiles et autres planètes, de l’hydravion s’envolant dans le ciel à la navette spatiale qui se scratch sous ses yeux. 

Ainsi passe la vie à Ketchikan en Alaska entre joies et remords, entre heureux évènements et peines, entre l’apprentissage et les désillusions, avec toujours dans les rêves, cet espace, l’au-delà, la conquête d’un autre monde, l’univers et sa galaxie. De l’infiniment petit à l’infiniment infinie, la vie de la naissance aux derniers jours dans la ronde des planètes et des étoiles.
A travers. Fenêtres et lucarnes, lunettes et écrans, focales et jumelles. La vie qui défile et le temps qui s’espace accomplissant la grande boucle de l’apprentissage, du devenir adulte, grandir, revenir, partir, s’enfuir, accomplie, mourir. Le simple et le grandiose. L’espace. La vie.

Avril 2006, Mud bay, Ketchikan, Alaska. The end.

711x400_decembre_1963_mud_bayketchikan_alaska_illustration_extraitre_du_livre_a_travers_a_paraitre_aux_editions_thierry_magner

L’univers de Tom Haugomat est singulier, unique, réaliste et à la fois emplit d’une grande poésie, d’un dessin que seul lui maitrise à la perfection. Des silhouettes qui se découpent dans un paysage ou un intérieur, des ombres et des visages sans expression véhiculant un panel d’émotions qui nous touchent, des couleurs quasi primaires et qui pourtant reflètent une vraie palette nuancée. Des bouts de vignettes vues à travers le prisme d’une lunette, d’un appareil d’optique, fil d’une vie, d’une existence humaine.

On ne sait si on est dans une bande dessinée, un roman graphique ou jeunesse. On regarde, vibre de page en page, se gorgeant d’un vrai univers visuel, de plans, de découpes cinématographiques, d’une mise en scène. C’est d’une poésie douce, tendre, humaine comme un langage que seul lui possède, nous offre et nous donne par la même occasion, la clé de son univers, de sa maitrise sensoriel et son pouvoir narratif muet.

 

A travers
Tom Haugomat
Editions Thierry Magnier


thumbnail_large-39266