31 janvier 2019

Constance Joly - le matin est un tigre

  « A quoi peut bien servir la beauté ? […] A rien. […]La beauté ne sert à rien, et pourtant elle console de quelque chose qu’on ne sait pas nommer. (..] Pour faire beau. Pour donner de la joie au regard. »  Il est toujours difficile d’écrire sur un roman dont on a extrêmement aimé l’écriture, l’histoire, la transmission, ce que nous sommes, la poésie qui s’en dégage, les émotions qui se sont posées au pied de notre cœur, du plexus solaire, celui qui ouvre la cage thoracique en deux et fait entrer l’air.... [Lire la suite]

30 janvier 2019

Chloé Cruchaudet - La croisade des innoncents

  « Mes pauvres enfants, mais est-ce que vous savez seulement à quoi ressemble le monde ? Jérusalem est par là. Ça, c'est nous. Un tas de petites choses. Si on s'éparpille, il suffit d'un rien.... soit on tombe hors du monde, soit on se retrouve tout au bord, ce qui est presque pire. » Je m’appelle Colas, jeune garçon de quelques années. J’ai commis le pêché de voler une coque de noix à ma petite sœur Margotte. J’ai commis la pire des atrocités, la donner en pâture aux porcs entassés sous ma couche de paille, la... [Lire la suite]
27 janvier 2019

Claire Genoux - Lynx

  « Des nuages qui apparaissent à l’ouest, descendent vers les cimes. La chaleur, après avoir diminué pendant deux ou trois jours, a repris une belle force. Cet amour que Lynx a pour la forêt, ce besoin des arbres, de se couler dans leurs largeurs, lui évite de regarder au fond de lui-même, dans son étrangeté et dans ses manques. Il perçoit pourtant quelque qui craque et se dévisse. Des voix viennent s’introduire dedans son crâne, elles déferlent, font un bruit impossible. »   Lynx n’a jamais vu la lumière... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 janvier 2019

Thierry Murat - Animabilis

  « On dit que l'heure la plus sombre vient toujours avant l'aube. Mais on ne dit jamais rien de la nuit éternelle...On dit aussi que lorsque l'on meurt, on est aveuglé par un grand éclair de lumière blanche au bout d'un tunnel, et que l'on voit défiler toute sa vie passée. Mais c'est faux.Au moment où l'on meurt, tout continue à vivre autour de nous. Et on ne s'aperçoit de rien... Les saisons passent, pareilles à un vol d'oies sauvages qui s'effiloche dans un ciel immobile. Ce n'est qu'après, longtemps après, que tout... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 03:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 janvier 2019

Thomas Vinau - Lettre ouverte au cours naturel des choses

  « Il en faudra des pluies grises, des crachins persévérants, des orages obstinés et des déluges minuscules pour que le fleuve déborde, sorte de son lit et emporte la violence des berges qui l'enserrent avec lui. [...] Les berges resteront des berges, les barges resteront des barges, et la suffisance restera la suffisance. [...] C'est pour ça que je préfère tenter de construire un radeau de miettes plutôt que de m'évertuer de mettre le feu à l'eau sombre. Il y a des ouvrages immenses comme ça qui se bâtissent avec des... [Lire la suite]
18 janvier 2019

Haym Zaytoum - Vigile

  « La mort est comme un diable qui susurre à l’oreille que c’est déjà trop tard, que tu m’as quittée désormais, que je ne vais pas y arriver désormais, que je ne vais pas y arriver. Je lui fais face avec mon corps qui tremble à n’en plus pouvoir, avec ces gestes que j’ai appris comme une prière à laquelle s’accrocher.[…]Je suis une machine à oxygène. Le temps ne compte plus.».    Dans la nuit noire, absolue, silencieuse, la violence éclate. Un déchirement intime comme un drap qui se découpe en deux d’un seul... [Lire la suite]

16 janvier 2019

I Chabbert et L Mazé - Elma, une vie d'ours

  « C’était un jour d’été. Il faisait si chaud que l’air en était irrespirable. Je passais chaque matin par le flanc ouest de la forêt. C’est là que je t’ai trouvée. Tu étais si minuscule. Tu pleurais si fort que les racines des arbres en tremblaient. Et puis nos regards se sont croisés. Dès cet instant tu n’as plus jamais pleuré. »   Au fond de la forêt Papa Ours grognon surveille d’un œil expert et attendrit son petit singe, sa gazelle des arbres, son écureuil à grands poils bleus, sa petite sauvageonne qui... [Lire la suite]
15 janvier 2019

Morpugo - Barroux : Dans la gueule du loup

  « C’est une nuit propice aux souvenirs. Je veux me rappeler toutes celles et ceux qui n’étaient pas à mon anniversaire, qui m’ont accompagné dans la vie, qui m’on tenu la main, qui ont caressé mon front, qui m’ont aidé à traverser les épreuves. Je veux les revoir, être de nouveau avec eux, revivre toute ma vie avec eux, depuis le temps du bac à sable jusqu’à aujourd’hui. Quatre vingt-dix ans.   Comment ne pas être touchée par ce roman sensible, pudique, intime et pourtant universel. Un roman familial qui retrace... [Lire la suite]
12 janvier 2019

Laurence Tardieu - Nous aurons été vivants

  « Elle aimerait parfois saisir le temps, l’attraper comme elle attraperait un poisson, pour le tenir entre les mains, le soupeser, le malaxer, éprouver la matière, son épaisseur, comprendre un peu de quoi il est fait, ce temps qui nous obsède, qui régit nos vies. Oui elle aimerait, une fois au moins dans son existence, le dominer. Mais, en fin de compte, on en parle en permanence et il reste une abstraction, […] à se demander si le temps existe réellement, s’il n’est pas une invention de l’être humain, une invention de... [Lire la suite]
09 janvier 2019

P. Collin et S. Goethals - Le voyage de Marcel Grob

« Sa raison d'être, c'est d'aller chercher celles et ceux qui se sont abîmés dans les périphéries de l'existence. Il est là pour sonder la vérité de votre âme. Nous cherchons la réparation. Nous sommes au-delà du bien et du mal Monsieur Grob. Ayez en vous la vertu et la force d'ouvrir votre cœur. »   Il ne faut pas se faire d’illusions. En temps de guerre rien n’est blanc ou noir, rien n’est crié ou tu. Tout se fait à demi-mots, à demi-pas, comme en terrain inconnu pour lequel vivre, survivre doit se faire au... [Lire la suite]