15 mars 2018

" Assommons les poètes " Sophie G.Lucas

  « – Devinez ce que fait Sophie ? Un métier pas comme les autres.– Astronaute !– Magicienne !– Des ménages !– …– Qu’est-ce que vous apprenez par cœur à l’école ? – Je sais !…. Elle est poésienne ! (Des amies et les enfants des amies…) »    « Et à part écrire, vous faites quoi dans la vie ? » On le sait tous « les poètes, ça ne fiche pas grand-chose ». Ils vous racontent les heures qu’ils passent à tenter de trouver la rime, à ponctuer la bonne virgule qui accompagnerait la bourrasque de... [Lire la suite]

05 mars 2018

Guillaume Siaudeau " Inauguration de l'ennui "

  « Prem’s Le premier rayoncelui qui n’a pasattendu les autresCelui qui ne brûlepas encoreQui réchauffe juste un peujuste ce qu’il fautQui ne ferait pascuire un œufsur un capot de voitureCe premier rayon-làa valeurde sourire » Il y a des petits livres qui nous arrivent comme ça, comme un beau jour de hiver/printemps. Un jour un peu bizarre, entre deux giboulées. Ils se glissent entre une ondée et une éclaircie, viennent nous chatouiller la joue, le regard, nous ébouriffer nos cheveux qui jusqu’à-là étaient cachés... [Lire la suite]
04 mars 2018

Dimanche en poésie - Thierry Radière " Les samedis sont au marché"

  « Les petits pois  La mémoire ne revient pas comme ça : j’ai passé mon temps à oublier qui j’étais. Maintenant j’y vois plus clair, je m’invente des souvenirs pour être comme tout le monde. Avant je croyais que j’étais faite pour rester une morte vivante ; à patiner dans la choucroute jusqu’à la fin de mes jours. Les marchés le samedi matin avec toi sont des attendrisseurs : ils font venir au fond de ma gorge un goût de partage que je ne connaissais pas. Les petits pois écossés en ta compagnie bien... [Lire la suite]
24 février 2018

Comme résonne la vie - Hélène Dorion

  « Parce que le ciel souffle sur le feuillage de nos silenceset que battent les saisons, parce quela rosée bientôt nous rendra au petit matin et que les heures glissententre nos mains des orages et des falaises  parce que tant de beautéscontinuent de vivre et que nous sommes aussitant de beauté, chaque jour, on traversejusqu’à l’instant sublime où la terre, lentement la terreson doux visage d’éveillée, remonte de sa nuit  remonte de sa nuit. »  Nous le savons tous que vivre est une caisse de... [Lire la suite]
18 février 2018

A Camus et M Casarès "Correspondance 1944 - 1959"

    «  lundi 6 février 1950  Au fond, très au fond de moi, j'ai toujours gardé, naturellement la certitude de te retrouver ; sinon comment aurais-je pu supporter ces longues heures mornes qui passent, qui glissent impitoyablement dans leur course effrénée et devant lesquelles, je me suis arrêtée, stupide et épouvantée ? Oui, quelque chose de plus profond, de plus grave et de plus véritable que mon imagination déjà usée et impuissante, m'ont retenue à toi, à nous, à moi-même ; c'est la terre, le ciel, la mer,... [Lire la suite]
26 novembre 2017

Dimanche en poésie - Jeanne Bénameur "Géographie absente"

  « L’enfance de nos mères est une terre sans aveu.  nous y marchons pieds nus. Empesés, silencieux nous entrons dans la géographie absente.»  Lire Jeanne Benameur, c’est entrer à tout jamais dans les silences, les sons absents, la langue qui reste collée au palais, qui ne se délie que sous le souffle ultime de l’embrasement, du délitement, d’un chuchotement. Rien n’est plus beau que cette langue qui ne dit rien ou peu, mais qui laisse échapper la vie, le bruissement du cœur, l’or. Rien n’est plus fort que... [Lire la suite]

05 novembre 2017

Dimanche en poésie : Jean Baptiste Pedini "Trouver refuge"

« C’est déjà insensé de parcourir ces terres pauvres. Presque beau de marcher sous la pluie à la recherche de soi. Avec la brume qui colle aux pieds et alourdit les mots, le chemin d’un coup trop étroit pour y passer entier.Avec les petites terreurs qui se réconfortent seules. C’est presque une habitude. L’eau qui tombe du ciel donne assez de lumière. » « Trouver refuge » … trouver refuge…  Dès les premières pages, le titre vient nous questionner, nous hanter, nous prendre par la main et nous donner... [Lire la suite]
22 octobre 2017

Charles Baudelaire - Mathilde Magnan "L'albatros"

    Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage,Le navire glissant sur les gouffres amers.  A peine les ont-ils déposés sur les planches,Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,Laissent piteusement leurs grandes ailes blanchesComme des avirons traîner à côté d'eux.  Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !L'un agace son bec avec un brûle-gueule,L'autre... [Lire la suite]
01 octobre 2017

Dimanche en poésie - Cécile Guivarch " Sans Abuelo Petite "

  « Abuelo » souvenirs d’enfance de celui qu’elle n’a pas connu, de celui qui est un jour parti pour cette île au nom paradisiaque mais pourtant loin d’être un paradis, Cuba. Abuelo ce grand père inconnu, l’exil volontaire de ceux qui n’ont plus rien à perdre, de ceux qui cherchent fortune ailleurs en espérant revenir aux pays couvert d’or et d’argent, d‘amour et de fortune. Abuelo, « tu me  coules dans le corps avant même ma naissance »…  « Tu es parti avec la malle faite à la hâte.Ne la... [Lire la suite]
20 août 2017

Dimanche en poésie - Brigitte Fontaine " Chute et ravissement "

«  Cher Arthur, Je te souhaite une belle mort. Tu l’auras. Tu as mis les pieds là où les nages n’oseraient pas s’aventurer. Et toi, c’est moi et c’est tout le monde.Pour toi et pour le mystère de l’inconnaissable Unique.Tout, tout, te dis-je. Je me permets de déposer sur ta joue hâveet tes yeux fermés sur l’infini intérieur et extérieurun baiser de buisson ardent et de fraternité. Le voici : » C’est par ces mots que s’adresse Brigitte Fontaine à celui qu’elle nomme Arthur, son unique poète, celui qui lui a donné... [Lire la suite]