19 février 2017

Dimanche en poésie : " S'il existe des fleurs" Cécile Guivarch

  « de nos yeux nous ne pouvons voirtout ce que le vent emporte avec luiseul le cœur pourrait encore soufflerce qu’il manque aux hommes »  Au loin les canons grondent mais sur le sol, les animaux et les hommes restent. Cloués. Le jour se lève donnant le bleu, la lumière douce du jour. Dans la campagne, le nombre de morts ne se compte pas, plus. Sous le soleil qui s’annonce, « les enfants jouent dans le sable », ils « cueillent des miettes », « n’en finissent pas de finir ». Dans le... [Lire la suite]

31 décembre 2016

" Dernière communication à la société proustienne de Barcelone " Mathias Enard

    « Je t’ai cherché longtemps dans BeyrouthDans la poudre d’or des couchantsAu phareAu haut de la Grande RoueParmi les trois fleurs du jardin publicDans les ruines du centre-villeEntre les herbes folles de la gare abandonnéeDans les wagons de trains fantômesEt longtemps j’ai cherché Beyrouth »  Lire Mathias Enard, c’est partir à la rencontre de nouveaux mondes, perdre sa boussole et entrer dans des dédales aux senteurs orientales, aux mots où l’errance brûle nos yeux, où les fumées sortant des narguilés... [Lire la suite]
04 décembre 2016

"Dessins" Sylvia Plath

  «  Dimanche matin7 octobre 1956  Mon Teddy bien aimé…  Un matin d’un gris lumineux… doux présent d’une heure de liberté supplémentaire la nuit dernière – si seulement c’était tous les jours comme ça. Toutes les nouvelles petites filles, dont Janneen, Dina, Jess et Marie, sont parties pour l’église ce matin après le petit déjeuner, armées de bibles et se hâtant pour ne pas rater le service comme s’il s’agissait d’un bus. Je leur ai souri avec bienveillance au-dessus de ma troisième tasse de café athée... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 octobre 2016

"Des falaises" Mélanie Leblanc

« La loi de la pesanteur qui agit sur la poésie engage non seulement une force vers le bas, mais aussi une attraction vers le haut. » Roberto Juarroz « fragments verticaux »  Des Falaises, Mélanie Leblanc et sentir l'oxygène, l'air, le vent, l'herbe, les embruns, l'océan, les pierres, la craie, les galets, la pluie, la brume... Manger, bouche ouverte, du tout, le tout. S'enivrer des mots-regards, se réchauffer à la lumière qui filtre par les nuages. Boire à plein vent.Grandir le ciel, la mer, la falaise.De... [Lire la suite]
02 septembre 2016

" Petits riens pour jours absolus " Guy Goffette

Poussière d’oubli          « Ce que j’ai vu, je l’ai écritcomme la pluie sur les vitreset les larmes des roses, et toutce que j’ai oublié demeure  là, dans ce grand sac de voyellesposé contre le pied de la tableoù le temps passe entre ma vieet moi sans  blesser personne.  Quand plus rien ne chante au-dehorsje puise dans le sac et sèmesur la page un peu de poussièred’oubli et le jour parait comme  un musicien qui tend son chapeau. »   Guy Goffette.... [Lire la suite]
11 juillet 2016

"Ecrit dans un jardin" Marguerite Yourcenar

  « Un jardinier me fait remarquer que c’est en automne qu’on perçoit la vraie couleur des arbres. Au printemps, l’abondance de la chlorophylle leur donne à tous une livrée verte. Septembre venu, ils se révèlent revêtus de leurs couleurs spécifiques, le bouleau blond et doré, l’érable jaune-orange-rouge, le chêne couleur de bronze et de fer. »  On ne résume pas Marguerite Yourcenar non parce que cette romancière, auteure est au-delà des mots, au delà de la statue d’icône, immortelle de l’écrivaine mais parce... [Lire la suite]

08 juillet 2016

"Une femme de ferme " "Le livre des poules " David Dumortier

  « Elle ne va pas bien vite, elle prend le temps de venir : les cochons se vendent à huit mois, les poulets à quatorze semaines, les radis sont gros à vingt et un jours. ça va pas toujours comme on veut quand on est une femme de ferme. En un bon coup de bêche, elle vous retourne un champ et après, son poème a de l’allure, même s’il n’a plus la bougeotte comme certains ! »  Depuis deux jours, je cherche comment vous parler de ce recueil de poésie, de ces mots à l’écriture sensible et fragile, forte et... [Lire la suite]
04 avril 2016

" Je Tu Nous Aime" Albane Gellé

  « il lui a dit je t’aime avec tellement de conviction, elle, dans un premier temps, en a oublié de partir en courant. »« elledonc, n’en a pas fini avec ses ils, comme un millier de deuils à faire en même temps, et pour quelques-uns, les dents serrés, elle résiste. »  Comment vous parler des œuvres poétiques d’Albane Gellé. Un mot : sublime. Poésie rare, silencieuse et vivante. Furieusement vivante. Tendrement vrai.   Loin des  grands clichés, Albane écrit dans « je te... [Lire la suite]
02 avril 2016

" Pipi, les dents et au lit" Laetitia Cuvelier

  « Pipi, les dents et au lit.Le bruit de la chasse d’eauEt de leurs pasQui courent dans l’escalierUn câlin qui serre fortEt douze petits bisous dans le couY’a école demain ? »  Ce livre, je le dévorais des yeux depuis un bout de temps. Je tournais autour. Une envie de le toucher, de le lire. Une couverture superbe. Un format mystérieux. Du vert à l’intérieur. Et surtout un titre qui me titillait, à la limite du réducteur, du régressif à souhait. Etait-ce un livre pour enfant, une ode à ce... [Lire la suite]
06 mars 2016

" Un thé dans la toundra " Joséphine Bacon

  Ouvrir un livre. Le poser. Caresser la couverture. Laisser le regard, les yeux, les mains infiltrer les couleurs. Plonger. Sentir l’encre s’ancrer tout en douceur dans le cœur. Entendre le chant des mots se mettre en place. Laisser encore ces tons vert tendre, gris souris, vous raconter une histoire. Prendre ce temps, s’offrir la surprise au mot "poésie". Entendre dans la cuisine chanter la bouilloire posée sur le feu. Infuser le thé. Ni trop vert, ni trop noir. Les feuilles se développent, prennent leur ampleur, diffusent... [Lire la suite]