08 mars 2015

le printemps des poètes - Prière aux masques

  PRIERE AUX MASQUES   Masques! Ô Masques! Masques noirs masques rouges, vous masques blanc-et-noir Masques aux quatre points d’où souffle l’Esprit Je vous salue dans le silence! Et pas toi le dernier, Ancêtre à tête de lion. Vous gardez ce lieu forclos à tout rire de femme, à tout sourire qui se fane Vous distillez cet air d’éternité où je respire l’air de mes Pères. Masques aux visages sans masque, dépouillés de toute fossette comme de toute ride Qui avez composé ce portrait, ce visage mien penché sur l’autel de papier... [Lire la suite]

18 janvier 2015

"L'oiseau - Maurice Carême"

  L'oiseau   Quand il eut pris l’oiseau,Il lui coupa les ailes.L’oiseau vola encor plus haut.Quand il reprit l’oiseau,Il lui coupa les pattes.L’oiseau glissa telle une barque.Rageur, il lui coupa le bec.L’oiseau chanta avec Son coeur comme chante une harpe. Alors, il lui coupa le cou.Et de chaque goutte de sangSortit un oiseau plus brillant.   Maurice Carême    
Posté par sabeli à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 janvier 2015

"Liberté" Paul Eluard

Liberté   Sur mes cahiers d’écolierSur mon pupitre et les arbresSur le sable sur la neigeJ’écris ton nom  Sur toutes les pages luesSur toutes les pages blanchesPierre sang papier ou cendreJ’écris ton nom  Sur les images doréesSur les armes des guerriersSur la couronne des roisJ’écris ton nom  Sur la jungle et le désertSur les nids sur les genêtsSur l’écho de mon enfanceJ’écris ton nom  Sur les merveilles des nuits Sur le pain blanc des journéesSur les saisons fiancéesJ’écris ton nom  Sur tous mes... [Lire la suite]
18 décembre 2014

Parce que Hugo - Les contemplations

  Demain, dès l'aube...   Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.J'irai par la forêt, j'irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées, Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit, Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées, Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, Et quand... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 09:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 décembre 2014

Dimanche en poésie - Haikus

    L'automne s'en va - Une bogue de chataigne fendue comme des mains entrouvertes   Bashô, seigneur ermiteL'intégrale des HaïkusPointséditions bilingues   Beethoven - Silence   Traduire, c'est trahir. Impossible de le renier, surtout au moment de transmettre la quintessence d'un poème aussi bref que le haïku japonais.        
07 décembre 2014

"Les Hautes Herbes " Hubert VOIGNIER

«  Aller à la découverte des hautes herbes, au détour de paysages repeints aux couleurs de la reverdie annuelle, est un bonheur comparable à celui de se lever tôt pour constater que le soleil règne en maître absolu sur la campagne, avant que ses rayons, frappant de plein fouet les yeux du promeneur matinal, à peine éveillé, ne le jettent, l’esprit à moitié sonné, sur le carreau éblouissant des routes… Leurs apparitions aléatoires à la fenêtre d’une voiture, au gré d’une promenade le long d’une voie secondaire ou d’un sentier de... [Lire la suite]

05 novembre 2014

"Dialogue du thé et du vin" Wang FU

  « Comme il est impossible de raconter dans les moindres détails ce long développement de la civilisation, je vais aller à l’essentiel : aujourd’hui j’ai demandé au thé et au vin de comparer leurs propres mérites et de juger qui l’emporte. » Qui du thé ou du vin aura raison ? Qui du thé ou du vin sera ce breuvage divin remplit de sagesse qui abreuvera et apaisera les palais les plus sensibles ? Qui du thé ou du vin sera menée l’âme à découvrir les richesses  fabriquées grâce au terroir,... [Lire la suite]
02 novembre 2014

Morceaux qui s'éparpillent, Tieri BRIET

En m'écrivant je raconte comme je peux l'emmêlement d'herbes vives,un sac de noeuds où viennent crever les couleuvres à l'automne. [...] La terre forme un ventre, encore une peau, les herbes une toison où les bêtes laissent une trace de leur fuite.    Morceaux qui s’éparpillent   Tu peux toujours gueuler, et moi t’envoyer tous les mots qu’on ramasse, pas grand-chose mais quand même, c’est pas rien tous les mots qu’on ramasse. Entassés dans les feuilles quand on fait collection d’écritures en pagaille,... [Lire la suite]
26 octobre 2014

"Le bayou" Joseph Castel

      Le bayou   Sur le devant des longs prés, à l'arrière des soutes voûtées par le vent, Je me glisse hors des cabanes abîmées Par les coteaux saillants de boues noires, Allongé comme un caïman Qui guette patiemment sa proie, Contemplant sur sa fin l'arrivée De la lune et de ses milliers de fées, Luminescentes effarouchées par le bouillon Du bayou et ses bulles de lentilles vertes Qui éclatent de rire au nez du reptile rêveur, Hébété par son trop plein d'humanité et gavé Par la magie de ses nuits... ... [Lire la suite]
21 septembre 2014

" Bruits " Ivan PEÏTCHEV

Bruits    Dans cette chambre aux  poutres noirciesl’obscurité douce glisse sans bruit,mais souvent le silence aussim’oppresse de sombres histoires Le silence avec mes pensées.Horreur, ces fils blancs sur mon front,pourtant un éveil me répond :les vignes frappent, doigts légers, à la croisée.Je tends l’oreille et tout à coupm’entourent les bruit éternelstous ces murmures dans lesquelsun monde nouveau naît pour nous. Des murmures d’ailes, de plantes,ce savoir si simple et si fortcrée de la vie émouvanteque l’on... [Lire la suite]