29 mars 2017

" Jacques Prévert n'était pas un poète " Cailleaux - Bourhis

" La Poésie, c'est le plus joli surnom que l'on donne à la vie. "   Jacques Prévert n’est pas un poète… Allons donc !! Comment peut-on penser une telle chose ? Jacques Prévert, ce cancre de la vie, cet anarchiste de la liberté, ce libertaire des verres et des pieds… Allons donc. Jacques Prévert. Cet éternel photographie d’un homme aux cheveux blanc brossés en arrière, cigarette amarrée au coin droit de ses lèvres, regard lourd et à la fois espiègle, canaille des bons mots qui se déversent.  Prévert, ce drôle de... [Lire la suite]

22 mars 2017

" Momo " J Garnier et R Hotin

  Momo est une jolie demoiselle de 5 ans. Un brin caractérielle, un brin espiègle, malicieuse, gouailleuse, un brin têtue et ne se laissant pas conter fleurette facilement. Mais c’est bien connu « à 5 ans, on fait ce qu’on veut ! » et personne ne peut nous contredire, nous interdire de faire ce que l’on souhaite. Nà ! Parce que oui, à 5 ans, on est encore une enfant et on n’est pas sérieux quand on est une enfant. Et ce qu’aime avant tout Momo, c’est partir explorer sa campagne portuaire, jouer sur la digue,... [Lire la suite]
15 mars 2017

" Corps sonores " Julie Maroh

« Chaque fois qu’on parle d’amour, c’est avec jamais et toujours. Viens, viens, je te fais le serment […] qu’avant toi, il n’y avait pas d’avant. Il n’y avait pas d’ombre et pas de soleil. Le jour et la nuit s’était pareil. Y’avait pas au creux de mes reins, douce, la chaleur de mes mains. »  Dans « Corps sonores », Julie Maroh nous entraine dans la valse des histoires d’amour, qu’elles finissent mal ou bien. Elles nous entrainent dans ces rencontrent d’un jour, d’une nuit, d’une semaine ou d’une vie, dans la... [Lire la suite]
08 mars 2017

" Madame - un temps de chien " Nancy Peña

… Pour vos oreilles pendant la lecture…     [Le petit carré jaune] Entre moi et Madame tout a commencé comme ça Illico presto je me suis senti concerné moi Mitsumi surnommé Mitsou par ma maitresse car crête en l’air dès mon plus jeune âge qui me donnait un air samouraï, zen, éclairé. Je partis donc de mon pas félin et de ma queue dodelinante à la conquête de ma dulcinée. Je comptais sur cette journée pluvieuse pour déclamée ma « flamme » et convaincre Madame que j’étais son Monsieur, son miaou de la... [Lire la suite]
22 février 2017

" Collaboration horizontale" Navie et Carole Maurel

  Tout commence sous une couverture, une page de garde qui illustre la vie d’un immeuble avec ses personnages, ses solitudes, ses amours, ses curieux, ses indélicats, ses tentations, sa concierge, ses enfants, ses chats et ceux qui sont sur le perron entre attente et envie de partir. En une page double, Carole Maurel, nous dresse le tableau, ce quasi huit-clos qui servira de décor à cette « Collaboration horizontale ».Car loin du front de guerre, loin des lignes où les fusils exprimaient leurs chants funestes, loin... [Lire la suite]
15 février 2017

" La fugue " Pascal Blanchet

  Tout commence dans la tristesse absolue d’une maison corbillard, d’une maison où un piano droit semble être enterré. A son seuil, un vieil homme aux cheveux hirsutes et grisonnants, nœud de papillon rouge au cou, redingote noire et mine affligée. Un rosier grimpe sur les murs, vestige d’un jardin oublié.  Au loin, la ville gronde sous des immeubles buildings. Quelques touches de rouge rappellent la vie, une porte, un calisson sur le mur mais on devine la peine, la tristesse, la lourdeur d’une solitude écrasante, le... [Lire la suite]
Posté par Sabeli à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 février 2017

"Mémoires d'un ouvrier" Bruno Loth

  « Quand on entend cent fois les mêmes histoires, on en rit, on se lasse et on ne fait plus attention, puis un jour on se rend compte qu’elles font partie de vous, qu’elles vous appartiennent un peu, mais qu’elles vous échappent indubitablement. »  Et pourtant. Cent fois on a entendu ces rengaines sur la vie d’ouvrier, sur cette mémoire qui se meurt à petit feu aujourd’hui, sur ces bleus de travail qui bâtirent notre monde, martelèrent à coups de poing rageurs une société nouvelle, autre, emplie d’espoirs,... [Lire la suite]
01 février 2017

" Les brumes de Sapa " Lolita Séchan

  « Quand j’étais petite mon plus grand rêve était d’avoir un poulet rien qu’à moi. Un jour en travaillant comme guide, j’ai pu me le payer. Je l’ai mangé tout entier jusqu’au plus petit bout de chair et j’ai été malade. Ensuite mes rêves ont grossi… Je voulais aller à l’école et j’y suis allée. Mon plus grand rêve était de prendre l’avion et tu es arrivée. Maintenant j’aimerais découvrir le monde, venir te voir à Paris. Mais je sais que plus mes rêves grossissent moins j’ai de chance d’être heureuse. »  Les... [Lire la suite]
27 janvier 2017

"Ce qu'il faut de terre à l'homme " Martin Veyron

  « Deux mètres de longueur sur un mètre cinquante de largeur et de profondeur… voilà ce qu’il faut de terre à l’homme. »   Sur son lopin de terre au fin fond de la Sibérie vivent Pakhomm, sa femme et leurs enfants. Paysan à la solde de la Barynia, Pakhomm se contente du peu de ses ressources, de ses terres. Heureux dans ces valenki, sa vie se limite aux bornes et à la volonté dictée par celle qui possède le manoir et les terres communales.  Quelques vaches, cochons, des terres où le blé pousse, un... [Lire la suite]
20 janvier 2017

" Max Winson " Jérémie Moreau

  « Tu peux parler fort, exhiber ton savoir, assener tes arguments, brandir ta culture… Mais la conversation est à sens unique et tristement stérile. Au terme de l’échange, tu demeures exactement le même, tu n’as pas évolué d’un pouce. La rencontre n’a pas eu lieu.Ou bien tu peux laisser l’autre s’exprimer, l’écouter. Et alors te hisser sur la marche qu’il érige puis en poser une. A ton tour. Vois la balle de tennis comme le lien qui te rattache aux autres. Cultive-le tant que tu veux. Ne cherche plus à lutter contre les... [Lire la suite]