28 mars 2018

Laurent Bonneau "On sème la folie"

  « S’amuser, se sentir compétent, aimer en se sentant aimé… Un besoin autant qu’un exercice tout ça ! Entretenir chacun un système stable pour semer l’image d’une continuité. Après tout, une relation remplit aussi ce rôle. Nous promenons notre humeur. La joie, la colère, nous les ressentons, mais nous les donnons aussi, comme une contagion. Un va-et-vient qui tire sur le cordon de cette stabilité. Mais est-ce que seul, vraiment tout seul, nous pouvons dire qui nous sommes ? »  Ils sont 5 potes, 5... [Lire la suite]

14 mars 2018

" Les gens honnêtes " - Durieux et Gibrat

  Il y a des bandes dessinées qu’on ouvre tout doucement de peur de voir les mots et le temps s’envoler, de sentir le cœur s’exprimer à foison et la vie s’écouler de façon si belle que de ne pas la ressentir ainsi serait ce quelque chose qui manque à la beauté des choses simples, des choses évidentes.   Le jour de ses 53 ans, Philippe reçoit un super vélo (cadeau familial) et perd tout, son emploi (cadeau de son boss), sa maison dans laquelle il n’était que locataire, une partie de ce qui le tenait debout. 53 piges et... [Lire la suite]
07 mars 2018

"Un peu de bois et d'acier " Chabouté

  C’est l’histoire d’un banc au cœur d’une ville. Un banc classique, simple, fait d’un peu de bois et d’acier. Un banc comme on en trouve dans les jardins publics, au pied des arbres, à l’abri des rayons du soleil et des gouttes de pluie. Un banc sans chichis. Un banc. Un banc qui abrite les amoureux, ceux qui n’ont plus rien à perdre, ceux qui s’essoufflent, ceux qui rêvent. Un banc qui s’en fout pas mal du regard oblique des gardiens poètes et des gens pressés.  Un banc qui apporte un répit, un instant où se poser, se... [Lire la suite]
28 février 2018

" La tendresse des pierres " - Marion Fayolle

 « On a enterré un poumon de papa. C’était un jour de printemps, les arbres étaient chargés de cerises et la nature était  belle. » Par où commencer, mon dieu. Par où commencer sans vous donner l’envie de vous ruer sur cette bande dessinée sans voir et comprendre toute sa subtilité, sa beauté, la poésie dégagée et les larmes qui perlent et se répandent au fur et à mesure de la lecture. Un roman graphique serait d’ailleurs et largement plus élogieux, plus sincère et proche du rendu de cet ouvrage qui m’a laissé un... [Lire la suite]
21 février 2018

Daishu Ma "Feuille"

Une ville où toute vie semble s’être arrêtée, où la moindre particule d’air semble s’être dissoute dans un semblant de canalisations transformées en un vaste réseaux de tuyaux urbains, où la poussière, la polluution, la saleté, les détritus prennent le pas sur le bruit sonore et ambiant, détruisant la nature, le vol des oiseaux et les feuilles restantes. Une ville où le temps s’éternise, s’écoule au rythme lent de ce qui ne se passe plus, ne s’entend plus, ne se regarde plus. Une ville où finalement les habitants s’habituent à ne... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 04:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
14 février 2018

Yunbo "Je ne suis pas d'ici"

  « C’est au début de l’automne que j’ai quitté toutes ces choses familières… Et pour la premières fois de ma vie, je suis partie loin. Très loin. »  Je suis rentrée dans cette bande dessinée sur la pointe des pieds, la pointe du crayon de papier qu’Yunbo utilise. Une couverture qui ne m’attirait pas, me laissait perplexe même, un dessin étrange entre manga et graphisme européen, un mélange d’univers, de mondes, de styles. Un quelque chose d’indéfinissable et d’étrange même. Et puis je me suis prise au jeu, à la... [Lire la suite]

07 février 2018

Calvin et Hobbes "la flemme du dimanche soir"

  Rien à faire, je suis fan de Calvin et Hobbes. J’aime leur humour, leur tendresse, leurs jeux consistant à faire hurler les parents, pétrifier cette peste de Suzie blanc bec, devenir un héros aux supers pouvoirs intergalactique-soniques anéantissant toute une planète et quelques étoiles avec. J’aime les lire, me fendre la poire, me laisser percuter par deux ou trois blagues digne des plus belles parades de la vie. J’aime leur philosophie, les petits instants qui sont de grands moments, des épisodes qui bâtissent une enfance.... [Lire la suite]
31 janvier 2018

Julie Rocheteau - Normand Grégoire " La petite patrie"

  La Petite Patrie est un quartier populaire de Québec des années 40/50, un de ces quartiers où traine encore des gamins qui se chamaillent, jouent aux patins à glace ou roulettes suivant la saison. Un quartier où pour faire sécher le linge, la mère ou les filles de la maison l’étendent sur le fil qui pend aux poulies attachées entre deux piliers, escaliers-échelles qui ornent les coins de rues. Un quartier où on entend encore jurer le charretier vendant ses légumes  à la criée « de la rhubarbe, des oignons, des... [Lire la suite]
28 janvier 2018

Vidal, Bertrand, Parada, Pinel "Les petites marées"

Tout a commencé avec une histoire d’amour, d’un amour impossible à vivre, à dire, à concevoir. Un amour de jeunesse auquel on se raccroche comme on se raccroche à une bouée pour ne pas sombrer, affronter la vie, la mort qui pointe son nez alors que l’on n’est pas préparé, ou du moins  pas complètement. Un amour nos quatorze, quinze ou seize ans qui s’égrène au fil du temps, sur lequel on s’appuie, on espère toujours autant. Un amour comme un ami à qui l’on tient. Un amour comme un été, un automne, un hiver, un printemps qui... [Lire la suite]
24 janvier 2018

Denné et Ladame "Bleu amer"

  Les Iles Chausey, ilot posé à quelques miles des côtes normandes, des iles un peu perdues, délaissées, un no-man’s land. Des iles qui possèdent leurs propres histoires, leurs propres vécus comme un peu toutes ses iles qui se balancent au gré des vents et du rythme des marées. Un ilot au milieu des courants et de des vies.  1944. La guerre fait rage un peu partout autour. La France est occupée par l’Allemagne nazie. L’Angleterre vit sous le joug des bombardements et des avions qui se déployent dans le ciel normand. La... [Lire la suite]