16 mai 2016

"Dolores " Bruno Loth

« Ma mère c’est vrai, a toujours été secrète. Les quelques mots d’espagnol gravés au fond de sa mémoire et lâchés malgré elle, je les ai reçus comme un message. Il m’a conduit quatre-vingt ans en arrière, sur les traces douloureuses de l’histoire. Ce voyage, au lieu de m’éloigner d’elle, m’en a rapproché. »  Une maison de retraite, lieu de fin de vie, endroit où les souvenirs rejaillissent lorsque la vie s’étiole, s’éteint. A l’heure où la nuit tombe, ceux qui sont partis depuis longtemps, rejaillissent dans les... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 mai 2016

" Le coeur de l'ombre " Amico - Iorio - Ricci

« - Faisons le point, voulez vous ? Le petit aurait disparu pendant qu’il se brossait les dents. Comment a-t-il pu s’évanouir dans la nature sous les yeux de sa famille ? C’est bizarre, non ? […] Et la grand-mère que dit-elle ? - Elle dit avoir vu une Ombre.- ça c’est important, l’ombre de qui ? On a un signalement ?- Euh… non monsieur… Pas l’ombre de quelqu’un. Une Ombre avec un O majuscule… »  Crénom, vous est-il déjà arrivés de vous coucher le soir en tenant dans vos mains un... [Lire la suite]
21 avril 2016

" Ô vous, frères humains " Luz

  « Page blanche, ma consolation, mon amie intime, lorsque je rentre du méchant dehors qui me saigne chaque jour sans qu’ils s’en doutent, je veux ce soir te raconter et me raconter dans le silence une histoire, hélas de mon enfance » Albert Cohen, Ô vous frères humains.   J’aurai aimé vous parler de ce roman graphique que Luz a dessiné, sorti de ses tripes et saisi dans le vif de l’actualité. J’aurai aimé vous dire mais bon sang mes mots ne seront jamais assez forts pour vous raconter toute la beauté,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 14:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 avril 2016

"Macaroni ! " Thomas Campi - Vincent Zabus

  « Macaroni » était pour nous un quolibet familier, pas un drame, juste une taquinerie d’enfant que nous acceptions, en renvoyant, comme de prétendus brûlots, des « Patate frite ! » aussi routiniers qu’inoffensifs. »  Tout commence par une préface de Salvatore Adamo, le chanteur italo-belge celui de « Tombe la neige », « Vous permettez monsieur », « Inch’ Allah », le tombeur des demoiselles des années soixante,s celui des « mains sur les hanches »... [Lire la suite]
23 mars 2016

"Paranthèse Patagone" Aude Picault

  «  Nous aurons passé dix jour en Patagonie, quand une année ne suffirait pas à en saisir les contours. Dix jours, comme une parenthèse ouverte sur l’immensité. »  Hier j’ai dérivé. Loin. Très loin. J’ai largué les amarres. Entrepris une traversée. J’avais besoin d’un souffle nouveau, d’une existence qui ne me ramenait pas à l’humain déshumanisé. Voir ce qui fait que j’existe, je respire, je suis. J’avais besoin d’air, d’oxygène, de vents balayant tout sur leurs passages, de vagues roulis-tangages, de pontons... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 10:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 mars 2016

"it's not a piece of cake " Nancy Peña

Rappelez-vous, déjà dans Tea Party, Nancy Peña nous amenait dans les faubourgs d’un Londres victorien plus vrai que nature. On s’aventurait dans les tripots malfamés et on recherchait, tel le St Graal, le nec plus ultra des breuvages anglais, celui qui parfume les house clubs et autres maisons de l’aristocratie anglaise.  Tel un combat de titans entre Lord Henri Mc Dale et Sir Clifford Barnes, Nancy Peña nous baladait de pages en pages, à la rencontre de son chat du Kimono et de Victor Neville, jeune cookery-counseller employé... [Lire la suite]

01 mars 2016

"La tristesse de l'éléphant" N. Antona - N. Jacqmin

« Mon histoire est malheureusement commune à notre époque. Elle est celle du cycle de notre existence. La naissance, la vie, la mort mais à cela près que je n’ai pas connu certains des moments de la vie d’un homme » « La tristesse des éléphants »  Tout commence par ce titre, une histoire, une couverture au crayonné pastel, crayons de couleurs de nos trousses d’école. Une histoire qui nous donne l’infinie envie d’ouvrir les pages et de nous laisser happer par cette romance douce-aigre que l’on nomme la... [Lire la suite]
21 février 2016

"Les jours sucrés" Loïc Clément, Anne Mortel

  « Je n’ai pas remis les pieds dans le village de mon enfance depuis l’âge de 8 ans. Certains seraient sans doute émus, mais, moi je ne ressens rien. Rien de positif en tout cas, car s’il est question de sentiments en général, la colère n’est jamais loin chez moi.Je ne suis pas née comme ça, faut pas croire. Non. Cette colère, on me l’a patiemment inculquée, savamment inoculée, lentement distillée. Je suis en colère contre le monde, contre les hommes contre moi-même »  C’est l’histoire d’Eglantine Larticho, 28... [Lire la suite]
16 février 2016

"Le retour de la bondrée" Aimée de Jongh

« Toute leur vie, ils allaient être rongés par le remords : « pourquoi a-t-on fait ça… ? Et puis aussi « Que se serait-il passé si… ? » »  Nous avons toutes et tous en nous des souvenirs d’enfance douloureux, ceux qui nous empêchent d’avancer, ceux que nous tentons tant bien que mal de masquer, d’oublier, traumatismes d’un âge ingrat,  cauchemars de nos nuits d’adulte, silence enfuis dans nos cicatrices invisibles.Ces moments douloureux ressurgissent dans les pires moments. Imprimés... [Lire la suite]
11 février 2016

"Give peace a chance" Marcelino Truong

Flap flap flap flap flap…, tchoff tchoff tchoff tchoff…, clomp clomp clomp…, bang, clic-clac…, bom bom rac tac tac…  « where are you now, my son ».   Quels sont le bruit des balles, des bombes, des pieds qui foulent le sol lorsqu’ils sont cadencés ? Quels sont les pleurs, les cris, les silences que l’on entend dans le brouhaha des fusils, mitraillettes, canons tirés de toutes parts et que seuls les civils ressentent, voient. Quelles sont les peurs, les craintes de ceux qui vivent la guerre, de ceux... [Lire la suite]