16 août 2018

Alice Zeniter "Jusque dans nos bras"

  « Je suis de la génération qui s’appauvrit, je suis de la génération qui paie les retraites, je suis de la génération qui apprend à avoir peur des vieux, je suis de la génération qui perd ses fonctionnaires, je suis de la génération à qui on a brandi le modèle scandinave, je suis de la génération qui a honte de faire des fautes en anglais puisque ce n’est plus une langue étrangère pour personne, je suis de la génération qui passe à droite par désespoir devant le paysage de gauche, je suis de la génération devant qui on... [Lire la suite]

06 août 2018

Claudine Galea - Le corps plein d'un rêve

  « … c’était fini,  Patti ne me quitterai plus, je ne le savais pas et j’allais tout faire pour qu’elle ne me quitte pas, mais je l’avais, greffée dans le cœur sous la peau, la voix de Patti. Lorsque Redondo beach est arrivé, j’ai cru que ça allait être gai, et puis j’ai eu envie de pleurer, quelque chose d’autre encore était passé de Patti à moi et c’est ça que j’allais essayer de virer, elle m’avait fichu la nostalgie et les larmes plutôt que la rage et le cri, voilà pourquoi la fille sans voix, n’est pas devenue... [Lire la suite]
31 juillet 2018

Pascale Pujol Je vous embrasse

  Paris, à l’ombre des cœurs. Des cœurs qui palpitent, se cherchent, se séduisent, espèrent, se rejettent. Paris, à l’ombre du peut-être ou du jamais, des relations qui se trouvent, languissent, jouent au jeu du chat et de la souris, des illusions et désillusions, des promesses qui ne disent pas, des gestes qui s’attardent, des baisers qui se croisent.   Paris, à l’ombre des jeux d’un amour, d’une histoire qui se signe par ces mots chargés de sentiments, de vœux pieux. « Je vous embrasse ». Des mots rares sur... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 juillet 2018

Joël Egloff L'étourdissement

  « Le matin ne ressemble pas à l'idée qu'on se fait du matin. Si on n'a pas l'habitude, on ne le remarque même pas. La différence avec la nuit est subtile il faut avoir l'œil. Juste un ton plus clair. Même les vieux coqs font plus là distinction. Certains jours, l'éclairage public ne s'éteint pas. Le soleil c'est levé, pourtant, forcément, il est là, quelque part au -dessus de l'horizon, derrière les brumes, les fumées, les nuages lourds et les poussières en suspension. Il faut s'imaginer un sale temps par... [Lire la suite]
16 juillet 2018

Mylène Bouchard "L'imparfaite amitié"

« On désir davantage ce qu’on ne possède pas et ce qu’on a perdu. Posséder tue le désir, à moins d’aimer extrêmement fort. Plus fort que tout, repousser toutes les tentations. Résister infatigablement. A tous les autres, tous les hommes, toutes les femmes, à toutes les offres, à tous les autres lièvres qui surgissent des fourrés et bondissent jusqu’à toi. Choisir à nouveau l’être aimé, aussi longtemps que possible, jusqu’au bout de l’histoire. Quand on parvient à choisir, on peut aimer encre, aimer très fort, et résister, et... [Lire la suite]
25 juin 2018

Jean François Beauchemin "le jour des corneilles"

  « Nous logions, père et moi, au plus épais de la forêt, dans une cabane de billes érigée ci-devant le grand hêtre. Père avait formé de ses mains cette résidence rustique et tous ses accompagnements. Rien n’y manquait : depuis l’eau de pluie amassée dans la barrique pour nos bouillades et mes plongements, jusqu’à l’âtre pour la rissole du cuissot et l’échauffage de nos membres aux rudes temps des frimasseries. Il y avait aussi nos paillasses, la table, une paire de taboureaux, et puis encore l’alambic de l’officine, où... [Lire la suite]

07 juin 2018

Stéphanie Chaillou "Le bruit du monde"

  « Marilène se souvient de la force qu’elle a mise à exister. La force qu’elle a déployée pour simplement accomplir cette chose-là, à l’époque, exister. Une force sombre et animale. Une force obscure qui pouvait tout balayer. Parce qu’il y avait quelque part en elle, elle ne savait pas où, une envie brute d’exister. C’était le mot. Exister. Un désir fou de s’affirmer. D’être là avec les autres. De ne pas être effacée. De participer. D’être là. De vraiment compter. »  Il y a des livres qui vous explosent au... [Lire la suite]
02 juin 2018

Pauline Desnuelles " 200 mètres nage libre "

 « Tu n’as pas compris, tu ne peux pas comprendre le peuple cap-verdien. Qui es-tu pour nous donner des leçons ? Je t’ai vu débarquer de ton Irlande froide, je t'ai vu t’acclimater ici. J’ai aimé ton regard sur les gens, tes échanges avec eux. Je t’ai senti bienveillant, sans jugement. Nous t’avons accueilli les bras ouverts. Ce soir, je suis déçue. Ton orgueil d’Européen te rattrape. Avais-tu besoin d’ensorceler Elea ? Reste à ta place, Liam, ton rôle est celui de l’étranger qui enseigne le kitesurf et se nourrit... [Lire la suite]
25 mai 2018

Françoise Héritier "le sel de la vie"

  Certains livres sont comme des rendez vous importants, des rencontres qui ont lieu au moment où elles devaient se faire, sans bruit ni fracas, sans heurt ni tempête. Des rencontres solaires, lumineuses, puissantes dans ce qu’elles transmettent, véhiculent, donnent, offrent. Des rencontres comme des sels de vie, des épices qui donnent le piment, rehaussent nos quotidiens. Des rencontres comme des ingrédients qui deviennent nécessaire à nos souvenirs, nos petits bouts de rien qui organisent nos pas, qui subliment nos... [Lire la suite]
18 mai 2018

Raphaëlle Riol "Tanguy Colère a disparu"

« J’ai lu un article, récemment. Il y aurait en France environ 40 000 personnes qui disparaissent chaque année. Les trois quarts sont retrouvées. Reste un quart d’entre elles dont la disparition demeurera non élucidée pour toujours. Il y a des gens qui s’évaporent au beau milieu d’une fête, d’autres qui ne reviennent jamais de la boulangerie où ils étaient partis chercher une baguette. Certains blogs sur Internet échafaudent des théories foireuses sur des enlèvements par des extraterrestres, des trous noirs, des zones... [Lire la suite]