20 avril 2018

Maëlle Guillaud "Une famille très française"

  « J’ai fait d’eux une famille idéale dans laquelle je pouvais me lover, je les voyais comme ils aiment se présenter, ou comme j’avais envie qu’ils soient, une famille très française qui malgré moi m’ensorcelait. » Les romans parlant de l'amitié ne sont jamais une source facile à écrire. Trop de pathos, d'amour ou de rejet, de résilience à rechercher. Et pourtant avec Maëlle Guillaud il y a encore une autre source, un autre domaine à lire. Tout commence un premier jour de classe où Charlotte, jeune adolescente,... [Lire la suite]

12 avril 2018

Anne Collongues "Le gant

  « Elle déballe agenouillée ses affaires tandis que les gens se dirigent vers on ne sait où d’un pas qui semble fuir quelque chose qui les talonne. On ne lui prête pas attention. Elle préférerait perdre sa carte d’identité, ses clés, son passeport, sa carte de crédit, tout ce qui se copie l’identique en quelques formalités pénibles, plutôt que ça. L’inventaire est presque terminé, tout est étalé par terre, mouillé – tant pis – elle retourne la besace vide : barrettes, médicaments, poussières et stylos en tombent,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2018

Fabienne Juhel "La femme murée"

« A contre-jour, la bâtisse a plutôt l’allure d’un château médiéval, mais, avec sa façade toute couturée c’est bien autre chose. Une termitière, une tanière, un bunker. Cela dépend de l’ngle sous laquelle la maison apparait au promeneur. S’il l’aborde de front ou de côté. De la course du soleil. Des saisons et de la vitesse des nuages. Cela dépendra aussi de sa sensibilité, cartésien, esthète, pragmatique ou bien poète ? »  Elle s’appelait Jeanne. Jeanne Devidal. Mais tout le monde dans le village la surnommait... [Lire la suite]
05 avril 2018

Arnaud Dudek "Tant bien que mal"

  « Je lui dois le petit peuple de mes cauchemars. Je lui dois une myriade de troubles obsessionnels. Je lui dois mon inaptitude chronique à la décision. Je lui dois des litres de sueur. Je lui dois des idées noires et quelques crises de nerfs. » D’Arnaud Dudek, j’ai quasi tout lu, non parce que je suis fan, mais parce que tout simplement Arnaud est mon bon génie, mon antihéros, cet être qui donne envie d’embrasser la vie, le monde, son voisin, sa voisine. Cet homme qui d’un coup de pirouette, vous donne la grâce, le... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 04:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2018

Elisabeth Laureau-Daull "Et l'ombre s'est épaissie"

« Le ciel rosit. Jeanne rosit. Jeanne attend la fin de la nuit. Les yeux ouverts, elle murmure, on dirait une prière : « Eva-Jeanne Szlomowicz est née à Lublin, en Pologne, le 12 mars 1922. Aviva Glazov, sa mère était pianiste et Simon Szlomowicz, son père, universitaire… Eva-Jeanne Szlomovicz est née à Lublin… » Rien de tel que cette litanie pour meubler ses insomnies. Depuis longtemps elle ne dort plus, elle veille, on ne sait jamais. Et quand par hasard elle s’assoupit, c’est le cœur battant qu’elle se... [Lire la suite]
09 mars 2018

"Grands lieux" Hélène Gaudy

« On m’avait prévenue que ce lac invisible, fermé par les marécages, était le grand absent, dont on sent la présence mais qu’on ne voit que par fragments. C’était même précisément ce qui m’avait donné envie de le découvrir : la perspective d’un lieu éclaté auquel ses rives sauvages ne ménagent que peu de points d’accès. Un lac-puzzle, toujours à reconstituer, à l’aide de morceaux qui ne laissent sur lui, comme sur le déroulé de nos vies, que des incursions brèves, des échappées. »  Il y a en nous des territoires... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 04:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 février 2018

La ballade silencieuse de Jackson C. Franck - Thomas Giraud

 « Dans cinquante ans, quand l’histoire n’aura laissé de ces années que de blocs de quatre ou cinq années, quand l’urgence de la nouveauté n’aura plus de sens, on l’écoutera différemment. On entendra la souffrance pudique, la dignité des détails précieux de cette mélancolie sans outrance et l’application émouvante à vouloir bien-faire. Bien faire voulait dire pour lui Une brise fine, une légèreté appliquée, le contrôle sur à peu près tout. Ça aussi on l’entendra, avec le temps, et on comprendra ce qu’il y a de beau dans... [Lire la suite]
06 février 2018

"La revenue" Donatella Di Pietrantonio

 « J’étais orpheline de deux mères vivantes. L’une m’avait cédée, son lait encore sur ma langue, l’autre m’avait rendue à l’âge de treize ans. J’étais fille de séparations, de liens de parenté faux et tus, de distances. Je ne savais plus de qui j’étais issue. Au fond, je ne le sais toujours pas. »  « La Revenue », celle que l’on a oublié et qui revient dans sa famille d’origine un beau jour. Celle que l’on avait effacée comme on efface à l’éponge le dessin d’un enfant abandonné.  Une gamine, qui... [Lire la suite]
04 février 2018

Fabienne Swiatly "Boire et plus"

  «  A treize ans, je bois ma première bière, une Kronenbourg en bouteille 33 centilitres. Je bois au goulot comme cela se fait chez nous. Les verres, c’est pour les invités. Je n’aime pas particulièrement le goût amer de la bière, mais très vite je prends conscience de l’effet que cela produit dans mon corps. Sur tout dans ma tête. Pour la première fois, je ne m’ennuie pas en famille, j’ai envie de rester avec eux, de parler avec eux. J’entre dans la bulle. Je suis en lien et l’ennui a disparu. Le même soir, mon... [Lire la suite]
05 janvier 2018

Ahmed Kalouaz "Demain c'est le beau monde"

« Demain c’est le beau monde, nous allons partir tous les deux sur les routes comme avant. Longer les lacs, les rivières, regarder le ciel comme celui qui nous troublait certaines nuits. Je suis émue à cette idée. Tu m’as appris à voir. Si tu pouvais, tu me dirais qu’une histoire, ça ne se raconte pas par la fin. Peut-être que oui, je vais remonter le temps pas à pas, souffle après souffle, et essuyer de ma paume la buée qui veut se coller aux vitres. Offrir ou vendre des souvenirs, il ne s’agit pas de cela. »  ... [Lire la suite]