17 juillet 2017

" La demie de six heures " Marie Hélène Lafon

  Ecrire sur une auteure, une romancière que l’on apprécie pour ses mots, son écriture est quelque chose que je ne sais faire simplement. Je meurs d’envie de dire, narrer, laisser place à mes émotions et mes envies d’emphases, de beautés et celles plus intimes qui sont emplies de silences et d’admiration. C’est l’effet que me procure Marie Hélène Lafon. Le sublime et le silence. La beauté et l’admiration. Marie Hélène Lafon, c’est une écriture qui prend au corps, prend corps, se ponce, se travaille, se bâtit dans le silence... [Lire la suite]

03 juillet 2017

" La cucina d'Ines " Philippe Fusaro

  « Mon année avec Inès se résume à cette complicité immédiate, jamais envahissante, à des plats cuisinés ensemble ou à ces portes ouvertes sur un miracle offert dans une assiette, à nos confidences et à nos fous rires, aux rituels parce qu’il y eut Natale et la Befana dans le même élan, la Semaine sainte et ses processions de femmes en noir, les têtes couvertes d’un voile en dentelle, qui pleuraient la mort du Christ juste avant la Pasqua, il y eut San Giuseppe, San Nicolà di Bari, et chaque fois mille choses à manger... [Lire la suite]
23 juin 2017

" Minuit en mon silence " Pierre Cendors

  « Je murmure des mots nocturnes. Peu à peu, je me rapproche de vous à voix basse. Et parce que la parole ne peut aller beaucoup plus loin, j’écris ce silence qui ira seul ouvrir le chemin. Nul chemin qui n’indique ce chemin. Il faut se porter à sa rencontre, endurer jusqu’au bout le fardeau d’une promesse sans repos. Vous avez aggravé la mienne, arraché les voiles qui estompaient sa noire radiance. Comment vous dire cette voix nue sombrée continuellement sous ma peau ? J’écoute son appel décroître, puis reprendre,... [Lire la suite]
16 juin 2017

" L'enfant qui " Jeanne Benameur

  « Dans ta tête d’enfant, il y a de brusques ciels clairs arrachés à une peine lente, basse, impénétrable. Ta mère a disparu. Elle avait beau ne jamais être complétement là, c’est à son odeur, à sa chaleur, à ses mains silencieuses que tu prenais appui pour sentir que tu existais vraiment. » Il y a des auteurs où quoi qu’il  se passe, est écrit, nous savons que nous serons emportés. Quelque soit notre lecture, les mots nous toucherons, seront des couvertures ou au contraire des uppercuts. Jeanne Benameur est... [Lire la suite]
29 mai 2017

" Le saut oblique de la truite" Jérôme Magnier Moreno

  « Partir pour Corte et s’engager dans la vallée du Tavignono est une expérience étonnante en soi, et encore plus pour un Parisien banlieusard. En effet ici, pas le moindre embryon de banlieue, pas même de centre commercial ou de zone industrielle, pas un seul entrepôt ! C’est un peu comme si, marchant dans le centre historique de la ville, on arrivait devant une porte et qu’en l’ouvrant on se retrouvait soudain en pleine nature grandiose, à la manière de ces tableaux oniriques de Magritte. » Une histoire de... [Lire la suite]
15 mai 2017

" le châle de Marie Curie " Déborah Lévy-Bertherat

« Kahina poursuit le récit de sa vie en France, elle raconte qu'ils ont eu un logement, que les enfants ont grandi, pourtant toujours la Kabylie lui manquait. Tu connais la Kabylie ? Elle évoque la beauté des montagnes, de son hameau perché, elle incline la main pour montrer la pente, depuis sa maison on voit tout le pays, et l'hiver il y a de la neige. Elle ajoute que son village s'appelle Tilist, qu'il est réputé pour les tissages, les femmes fabriquent des tapis magnifiques, des châles.   Elsa regarde Kahina ramener... [Lire la suite]

09 mai 2017

" Lettre à ma fille " Maya Angelou

  « Tu ne peux contrôler tous les évènements qui t’arrivent, mais tu peux décider de ne pas être réduite à eux. Essaie d’être un arc en ciel dans le nuage d’autrui. Ne te plains pas. Fais tout ton possible pour changer les choses qui te déplaisent et si tu ne peux opérer aucun changement, change ta façon de les appréhender. Tu vas trouver une solution. Fais en sorte de ne pas mourir sans avoir accompli quelques chose d merveilleux pour l’humanité. » Maya Angelou est une grande poète afro-américaine et se revendique... [Lire la suite]
30 avril 2017

" Elles quatre une adoption " Nicole Malincoli et Evelyn Gerbaud

  « Au début il n’y a pas de mère. Pas de père non plus. C’est dès le premier jour de la vie de la Petite, dès la première heure peut-être, on ne sait jamais. Il y a une femme inconnue qui vient de la mettre au  monde et aussitôt s’efface, ne laisse sur le petit corps aucune trace que celles qu’elle a imprimées en lui durant neuf mois, façonnant la Petite, faisant que peut-être la Petite lui ressemble – mais cela non plus on ne sait pas. »  Quatre femmes, quatre L, ailes. Quatre femmes qui forment une... [Lire la suite]
10 avril 2017

" Inquiétude " Michèle Lesbre

" Maintenant encore il est ce petit fantôme orphelin qui a peur de la nuit, qui ne sera jamais tranquille, un vieil enfant inquiet." Un homme adulte-enfant ou enfant-adulte, un homme qui n'a jamais pu devenir homme, grandir, devenir lui. Une femme, Barbara, qui ne s'appelle pas Barbara mais qui lui ressemble tant. Un aigle noir, une travailleuse de la nuit. Un père absent, parti loin, très loin. Une mère qui s'est perdue dans les couloirs d'un hôtel. Et ces pas au plafond qui lui rappellent qu'il est seul, homme, enfant, homme. Ces... [Lire la suite]
03 avril 2017

" Le suivant " Sébastien Ménestrier

  « Deux hommes sans arme viennent me chercher, j’ai dix-neuf ans, je les suis. Ma mère me regarde marcher derrière eux depuis la fenêtre de notre appartement. Je me retourne une fois vers elle puis je regarde devant moi, dans les rues il n’y a personne. Le jour se lève ? Je veux partir depuis longtemps, je le demande dans mes mauvaises prières depuis des mois. Ce sera comme ça, avec ces hommes-là. Tous les jours des gens sont emmenés, car ils n’aiment pas assez notre grand pays, car ils ont fait quelque chose, car... [Lire la suite]