22 août 2016

" Du côté des hommes" Fabienne Swiatly

« I say a little prayer » - Aretha Franklin  « Debout près du lit ses contours se précisent dans la lumière de la fenêtre. Il me croît endormie. la veille j’avais demandé au caviste un vin blanc joyeux et nous l’avions bu avant de faire l’amour. Un pouilly-fuissé avec un léger goût d’amande. Un reste de fromage que l’on grignote avec du pain. Des miettes dans les draps, du rire sous cape, des bras poulpes, le corps de l’autre est un formidable terrain de jeux. La nuit ses fesses chaudes dans le creux de mon... [Lire la suite]

19 août 2016

" Les étés " Mrie Hélène Lafon

« J’aurais voulu écrire ça, avec ces mots impeccables, cette poignée de points, les virgules, et le point-virgule ; j’aurais voulu l’écrire au corps avec le geste immémorial et la phrase têtue : c’est « la faneuse dans son pré », celle de Ramuz, qui sait tout dire, au plus serré, sans faire le malin. »  Marie Hélène Lafon … «  Les étés ». Une toute petite maison d’édition La Guêpine qui a décidé d’éditer des textes rares, de qualité, difficile à se procurer. Des textes comme un trésor,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 août 2016

" 76 clochards célestes ou presque" Thomas Vinau

  « Jean Claude Pirotte marche toujours dans le brouillard. Jean Claude Pirotte est né dans la brume, à Namur (1939), et les densités grises ont nourri son muscle cardiaque. Jean Claude Pirotte est un poète et, comme tous les poètes, il a eu mille vies. Il connaît le lait des petites aubes traversées comme un chien féral. C’est un fugitif, un avocat, un buveur, un peintre, un érudit, un vagabond. Souvent, j’écoute sa voix. Une pivoine froissée  me sourit. Aujourd’hui il fait gris. Et c’est comme un hommage des... [Lire la suite]
19 juin 2016

"La solitude du quetzal " Jacky Essirad

  Qu’est ce qui fait que l’on part en voyage à l’autre bout du monde, qu’est ce qui nous pousse à toujours vouloir fuir, penser que la solitude nous donnera l’élan de repartir, retrouver l’énergie, réapprendre à vivre pour nous et loin de tout ? Qu’est ce qui nous fait faire nos bagages, nos sacs à dos, nos valises tout terrain et devenir des apprentis aventuriers touristes d’un monde occidental arpentant un continent inconnu, loin de tous repères et paramètres d’un quotidien ? Pour certains c’est l’appât de... [Lire la suite]
12 juin 2016

"le petit caillou de la mémoire" Monique Durand

  « La goélette prenait le large, débordante de ballots de papier. Comme autrefois les morues débordaient des vaisseaux à trois mâts à bord desquels Aimé, le père d’Etienne, revenait de ses campagnes de pêche sur le Grand Banc de Terre Neuve. Il rentrait à Saint-Suliac, dans sa Bretagne natale, après des mois sur la mer, le navire plein à fendre de poissons salés et empilés dans les cales. […]Aimé aurait-il pu imaginer ses fils Etienne et Geoffroy devenir hommes de terre plutôt que de mer ? Bûcherons émérites piquant... [Lire la suite]
10 juin 2016

"Spiridon superstar" Philippe Jaenada

  « A la fin du 1er siècle, le philosophe Epictète, que cite son élève Arrien, s’adressait aux aspirants athlètes : « tu dois accepter une discipline, te soumettre à un régime, t’abstenir de friandises, faire de l’exercice sous la contrainte à une heure déterminée, sous la chaleur et dans le froid, ne pas boire frais, ni de vin. De plus, dans le combat, tu devras avaler de la poussière, parfois te démettre le bras, te fouler le pied, recevoir le fouet, et malgré tout, il pourra t’arriver d’être vaincu. Quand tu... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 18:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 mai 2016

"L'art de revenir à la vie" Martin Page

« Il me semble que j’ai passé ma vie à faire quelque chose de mes échecs. A ne pas me laisser faire. A tel point que lorsque viennent de bonnes nouvelles, je ne sais pas comment réagir, je n’ai pas de mode d’emploi pour habiter le bonheur imprévu. Je reste sceptique et interdit. Mon ambition c’est ça : apprendre à vivre la félicité qui ne trouve pas son origine dans le malheur, qui dépend non pas de moi mais de ce que l’on me donne. Je dis apprendre à recevoir. Même si accepter de recevoir c’est se mettre en situation de... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 mars 2016

"Matin brun" Franck Pavloff

« C’est vrai que la surpopulation des chats devenait insupportable, et que d’après ce que les scientifiques de l’Etat national disaient, il valait mieux garder les bruns. Que des bruns. Tous les tests de sélection prouvaient qu’ils s’adaptaient mieux à notre vie citadine, qu’ils avaient des portées peu nombreuses et qu’ils mangeaient beaucoup moins. Ma foi, un chat c’est un chat, et comme il fallait bien résoudre le problème d’une façon ou d’une autre, va pour le décret qui instaurait la suppression des chats qui n’était pas... [Lire la suite]
07 mars 2016

"Des lions comme des danseuses " Arno Bertina

« Les arts premiers étant les mieux à même de nous remettre sur le chemin d’un rapport à notre environnement, et donc à nos semblables comme aux animaux et aux esprits, une idée commença à circuler : notre survie dépendait de ce musée ; et de sa gratuité. […] Il ne s’agissait pas de prendre l’Europe au piège de sa propre histoire mais d’inventer de nouveaux rapports. »   Vous êtes vous déjà demandé ce que cela vous ferez de savoir si « Le bain turc » de Ingres était exposé dans le cadre d’une... [Lire la suite]
27 février 2016

"La pluie ébahie" Mia Couto

  « Toute la journée, le pluviotis persista comme une bruine somnolente et épaisse. Nul ne se souvenait d’un pareil événement. On souffrait peut-être d’une malédiction. L’indécision de la pluie n’était plus motif de joie. Malgré tout j’inventai une facétie : mes parents m’avaient toujours traité d’ébahi. Ils disaient que j’étais que j’étais lent pour agir, attardé pour penser. Je n’avais pas vocation à faire quoi que ce soit. Peut-être n’avais-je même pas pour vocation à être. Eh bien la pluie était là, clamée et... [Lire la suite]