15 septembre 2016

"Un garçon qui court" Mélanie Richoz

      « Tout ce que je vis aujourd’hui me sert pour demain. Happé par l’avenir, j’ai le devoir de l’écrire, d’en faire quelque chose, d’enquêter, de mettre du sens. De comprendre ? Tant que je ne l’ai pas écrit et qu’il n’a donc pas subi de transformation consciente qui fait que je ne peux plus penser comme avant, ça n’existe pas. C’est peut-être pour ça que je n’ai jamais raconté ce qui s’est passé entre nous.La raconter à qui,et comment,et pourquoi ?Qui peut entendre ?»  Je vais... [Lire la suite]

13 septembre 2016

"Monsieur Origami " Jean Marc Ceci

« A qui sert-il d’avoir si être nous manque. »  Il est des romans comme il est des instants fugaces où le temps s’arrête, où les minutes s’écoulent au rythme des heures qui sont jours puis années, où les secondes s’éternisent dans la contemplation d’une feuille tombant et se déposant délicatement sur le sol, en attendant d’être soulevé par le tourbillon du vent. Assis en position lotus face à ce spectacle, la respiration obéit à la méditation des mots, des bruits de la vie, des saisons qui passent et ne reviennent... [Lire la suite]
07 septembre 2016

Ils sont fous ces romands !

On me demande souvent d’où vient mon amour pour la littérature Romande, comment suis-je tombée dedans, alors que tout semble nous pousser à la méconnaître, ou du moins à la trouver minuscule, sans intérêt, locale ! Très locale même puisque romande, cette partie de la Suisse qui utilise la langue française pour s’exprimer. Un autre bout de la francophonie à portée de mains mais qui nous semble loin. Et pourtant.Je ne vous dévoilerai pas tous mes secrets mais sachez que c’est grâce à un petit livre à la couverture rouge, une écriture... [Lire la suite]
02 septembre 2016

" Petits riens pour jours absolus " Guy Goffette

Poussière d’oubli          « Ce que j’ai vu, je l’ai écritcomme la pluie sur les vitreset les larmes des roses, et toutce que j’ai oublié demeure  là, dans ce grand sac de voyellesposé contre le pied de la tableoù le temps passe entre ma vieet moi sans  blesser personne.  Quand plus rien ne chante au-dehorsje puise dans le sac et sèmesur la page un peu de poussièred’oubli et le jour parait comme  un musicien qui tend son chapeau. »   Guy Goffette.... [Lire la suite]
29 août 2016

"Lucie ou la vocation" Maëlle Guilllaud

  « Elle tourne sur elle-même devant le miroir de sa cellule. L’étoffe lourde se soulève à peine. « Je suis dans la maison de mon futur époux, chantonne sœur Marie-Lucie.  Il m’a choisie. Il me tend les bras. » Jamais elle ne s’est sentie aussi belle. Sa pureté irradie. Un bonheur profond irrigue son cœur. Elle flotte. Enfin, elle a rejoint les siens. Leur amour est immense. Et l’amour du créateur, fidèle. Elle est confiante, l’avenir est  prometteur. »« Comment peut-on se laisser porter par des... [Lire la suite]
27 août 2016

"Le doudou des bois " Angélique Villeneuve - Amélie Videlo

  « Georgette est une petite personne courageuse.Elle s’est appuyée contre un arbre et elle a décidé qu’ici, dans ce bois, elle se dénicherait sans tarder un doudou bien à elle, très doux, qui sentirait comme l’autre, peut-être même meilleur. L’odeur du dodo, l’odeur du dehors. »   Il existe des livres jeunesse qui sont comme des doudous, ces petites choses qui nous aident à grandir, qui sentent bon notre odeur, qui nous tiennent la main lorsqu’on se met à avoir peur du noir, le soir et qui deviennent... [Lire la suite]

23 août 2016

"Hiver à Sokcho" Elisa Shua Dusapin

  « Ce soir là encore, il n’est pas venu manger. Enhardie par notre promenade, je lui ai apporté un plateau moins pimenté que pour les autres pensionnaires.Voutée sur le bord du lit, sa silhouette se découpait à contre-jour sur la paroi de papier, collant ma joue contre l’embrasure, j’ai vu sa main courir sur une feuille. Il l’avait posée sur un carton, sur ses genoux. Entre ses doigts, le crayon cherchait son chemin, avançait, reculait, hésitait, reprenait son investigation. La mine n’avait pas encore touché le papier.... [Lire la suite]
22 août 2016

" Du côté des hommes" Fabienne Swiatly

« I say a little prayer » - Aretha Franklin  « Debout près du lit ses contours se précisent dans la lumière de la fenêtre. Il me croît endormie. la veille j’avais demandé au caviste un vin blanc joyeux et nous l’avions bu avant de faire l’amour. Un pouilly-fuissé avec un léger goût d’amande. Un reste de fromage que l’on grignote avec du pain. Des miettes dans les draps, du rire sous cape, des bras poulpes, le corps de l’autre est un formidable terrain de jeux. La nuit ses fesses chaudes dans le creux de mon... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 août 2016

" Les étés " Mrie Hélène Lafon

« J’aurais voulu écrire ça, avec ces mots impeccables, cette poignée de points, les virgules, et le point-virgule ; j’aurais voulu l’écrire au corps avec le geste immémorial et la phrase têtue : c’est « la faneuse dans son pré », celle de Ramuz, qui sait tout dire, au plus serré, sans faire le malin. »  Marie Hélène Lafon … «  Les étés ». Une toute petite maison d’édition La Guêpine qui a décidé d’éditer des textes rares, de qualité, difficile à se procurer. Des textes comme un trésor,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 août 2016

" 76 clochards célestes ou presque" Thomas Vinau

  « Jean Claude Pirotte marche toujours dans le brouillard. Jean Claude Pirotte est né dans la brume, à Namur (1939), et les densités grises ont nourri son muscle cardiaque. Jean Claude Pirotte est un poète et, comme tous les poètes, il a eu mille vies. Il connaît le lait des petites aubes traversées comme un chien féral. C’est un fugitif, un avocat, un buveur, un peintre, un érudit, un vagabond. Souvent, j’écoute sa voix. Une pivoine froissée  me sourit. Aujourd’hui il fait gris. Et c’est comme un hommage des... [Lire la suite]