23 octobre 2017

Anne-Sophie Monglon "Une fille, aux bois dormant"

  « Il y a ce conte qu’on connait le plus souvent dans ses versions édulcorées, celles de Charles Perrault ou des Grimm, qui nous disent que c’est le prince charmant qui réveille BBD. Les plus anciens récits racontent une toute autre histoire. Quand le prince, ayant fendu la forêt, arrive dans la chambre de BBD endormie, il la trouve fort jolie et cherche à la réveiller. N’y parvenant pas, il couche avec elle. Cela ne la ranime pas davantage. Pas plus que la mise au monde de son enfant neuf mois plus tard. C’est des... [Lire la suite]

22 octobre 2017

Charles Baudelaire - Mathilde Magnan "L'albatros"

    Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage,Le navire glissant sur les gouffres amers.  A peine les ont-ils déposés sur les planches,Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,Laissent piteusement leurs grandes ailes blanchesComme des avirons traîner à côté d'eux.  Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !L'un agace son bec avec un brûle-gueule,L'autre... [Lire la suite]
18 octobre 2017

Cécile Bidault "L'écorce des choses"

Lorsque j’ai découvert cette bande dessinée chez Stéph et son bar à bd, j’ai tout suite succombé sur non pas l’histoire mais l’atmosphère que l’on pouvait ressentir, la poésie évoquée, cet ensemble de petites choses qu’on ne sait pas dire, exprimer mais qui s’entend, se ressent, se mélange et forme un langage qui nous est propre, une rêverie, un monde imaginaire, une émotion qui donne une justesse et présence à ce que l’on n’entend pas. Oui, il y avait ces mots, cette poésie que je devinais au-delà de ce que cette diablesse de... [Lire la suite]
17 octobre 2017

Christian Bobin " Un bruit de balançoire"

  « Mademoiselle, Je n’ai hélas ! rien d’autre à vous offrir, pour votre enquête sur le voyage, que la vision d’un enfant de quatre ans accroupi devant l’explosion lente et silencieuse d’un pissenlit. Je n’ai pas fait un seul pas depuis l’enfance. Les féeries m’ont empêché d’aller plus loin. Ma rue natale s’appelait rue du 4-septembre. Je suis resté là, à cette enseigne. Chaque jour contient tous les jours. Les milliards de papillons de la grande histoire venaient battre des ailes dans cette rue banale – comme ils... [Lire la suite]
10 octobre 2017

Matteo Righetto "Ouvre les yeux"

  « Les montagnes sont toujours généreuses. Parce qu’elles offrent des aubes et des couchers de soleil uniques, des moments enchanteurs, des silences éternels et des bruits qui appartiennent à d’autres mondes que le nôtre ; mais également des moments de peur et de danger, de fragilité et de désespoir. » Comment parler d’un livre qui n’est que silence, lumière, beauté absolue. Comment en parler lorsque l’on sait que ce qui sera écrit ne sera pas à la hauteur du roman. Mais bon sang quel sublime et magnifique... [Lire la suite]
06 octobre 2017

Emmanuelle Favier "Le courage qu'il faut aux rivières"

  « Derrière son obstination à suivre une trajectoire méridionale se dissimulait ce à quoi elle aspirait depuis l’enfance : rejoindre la capitale. Elle rêvait de découvrir ce monde que sa mère lui avait toujours dépeint comme menaçant, voire diabolique. Sans se représenter clairement ce qu’étaient la vie citadine et la modernité, elle aspirait à s’extraire du monde archaïque où s’était engluée sa jeunesse de cauchemar. Elle avait toujours douté de la sagesse du droit coutumier, sans avoir les arguments pour la... [Lire la suite]

04 octobre 2017

Isabelle Arsenault " L'oiseau de Colette"

  Colette est grincheuse. Colette est grognon. Colette et son petit imper jaune bougonne en donnant des coups de pied dans un carton posé dans le jardin clos en bas de chez elle, au pied de l’escalier colimaçon en fer. Il faut dire que Colette vient juste d’emménager dans un nouveau quartier et qu’elle s’embête ferme en attendant que ses parents terminent de déballer les dernières affaires.  « Non, Colette ! Pour une dernière fois, PAS D’ANIMAL DOMESTIQUE ! Maintenant va plutôt explorer ton nouveau... [Lire la suite]
03 octobre 2017

Sigolène Vinson - " Les Jouisseurs"

  « Jusqu’ici,  je n’ai rien écrit »…   L’écrivain avait renvoyé son travail à plus tard, celui qui avait consisté justement à écrire une histoire, à développer une fiction et s’y arc-bouter vaille que vaille. Mais l’écrivain n’y arrivait pas. Il n’écrivait rien. Le désert total, les chimères des volutes et autres herbes folles. Rien. Enfin rien qui ne mérite d’être lu. Rien qui ne donne la dimension d’un livre, d’une écriture, de ce quelque chose qui englobe les sons, les mots et les émotions. En fait nul... [Lire la suite]
02 octobre 2017

Thomas Scotto - Ingrid Monchy " Rendez vous n'importe où"

  « Madam’zelle, Rendez-vous lundi en neige quand il fera tout blanc. Je serai debout devant la fontaine gelée. Très facile à reconnaître avec mon écharpe rouge vraiment rouge.PS : Je vous jure que c’est très sérieux cette lettre. » « Monsieur  Pour le lundi des flocons, je crois que c’est très possible. Je n’ai pas beaucoup de choses à faire dans mes feuilles de rendez-vous. Recto, verso… enfin, pas trop de choses aussi sérieuses que vous. Oui, c’est d’accord.PS : je vous reconnaîtrai, c’est... [Lire la suite]
01 octobre 2017

Dimanche en poésie - Cécile Guivarch " Sans Abuelo Petite "

  « Abuelo » souvenirs d’enfance de celui qu’elle n’a pas connu, de celui qui est un jour parti pour cette île au nom paradisiaque mais pourtant loin d’être un paradis, Cuba. Abuelo ce grand père inconnu, l’exil volontaire de ceux qui n’ont plus rien à perdre, de ceux qui cherchent fortune ailleurs en espérant revenir aux pays couvert d’or et d’argent, d‘amour et de fortune. Abuelo, « tu me  coules dans le corps avant même ma naissance »…  « Tu es parti avec la malle faite à la hâte.Ne la... [Lire la suite]