20 septembre 2015

"Neige" Maxence Fermine

  « - Qu’est ce que la poésie ? Demanda le prêtre.C’est le mystère ineffable, répondit Yuko.Un matin, le bruit du pot d’eau qui éclate dans la tête fait germer une goutte de poésie, réveille l’âme et lui confère sa beauté. C’est le moment de dire l’indicible. C’est le moment de voyager sans bouger. C’est le moment de devenir poète.Ne rien enjoliver. Ne pas parler. Regarder et écrire. En peu de mots. Dix sept syllabes. Un haïku.Un matin, on se réveille. Il est temps de se retirer du monde pour mieux s’en étonner.Un... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17 septembre 2015

"Le petit livre des gros câlins " Kathleen Keating

« Quand la technologie dresse entre nous des barrières, un câlin les flanque par terre. De plus, faire un câlin empêche de faire la guerre. Et même si le conflit a déjà commencé, ça ne coûte rien d’essayer »   Quoi de plus important qu’un câlin ! Quoi de plus essentiel pour se sentir bien, allonger le corps et la tête, le cœur et l’esprit, reprendre confiance, poser sa fatigue, aimer, s’aimer, que de faire un câlin surtout si il est gros, bon, doux, chaleureux, sincère. Un câlin juste un. Un gros câlin dans... [Lire la suite]
13 septembre 2015

"les échoués" Pascal Manoukian

« Dans cette course d’obstacles entre désespérés, c’est souvent la règle. On croise trop d’injustices pour s’apitoyer sur chacune d’elles, trop de morts pour les enterrer tous. Il faut sans cesse contrarier sa vraie nature, se forcer à oublier ce qu’on éprouvait avant. Il n’y a pas de place pour la compassion et la pitié. Elles vous détournent de vos urgences. Embarquer sur un bateau, arracher un passage à l’arrière d’un camion, trouver un travail, un bout de couverture, un repas périmé, tout se fait toujours au détriment d’un... [Lire la suite]
09 septembre 2015

"Les mille veuves" Damien Murith

« Elle est vague qui chargent, elle est rocher qui tranchent, elle est marée haute qui mouche dans le sable les larmes des milles veuves, elle est le grand large où un oiseau en sueur fuit la course noire des nuages, elle est vent, glace et furie, elle est la morsure cuisante de sel, le cri des hommes, trempés, gelés, clous de la chairs plantés dans le bois épuisé des bateaux, et quand la brume avec sa langue de dentelles lèche les falaises nues, la voici jalousie, elle gifle, griffe et crache des algues flasques comme les... [Lire la suite]
08 septembre 2015

"J'ai tué papa " Mélanie Richoz

  « Accroupi devant la machine, le mouvement m’hypnotise et m’apaise.La machine s’agite pour moi.Elle lave mes pensées, puis les essore.Mes mains sur les oreilles, je me balance et fredonne au rythme du tambour jusqu’à la fin du programme, indiquée par le clignotement du témoin lumineux. J’aimerai pouvoir faire comme elle,m’arrêter,stopper cette anxiété qui me donne le vertige où que je sois, quoi que je fasse. Tout le temps. Mais je n’y parviens pas.Mon cerveau est une terre en constante rotation, soumise aux forces de... [Lire la suite]
31 août 2015

"Courir après les ombres "Sigolène Vinson

Chère Sigolène Vinson,   Vous n’êtes peut-être pas habituée à lire mes billets, à lire les émotions que je ressens lorsqu’à la lecture d’un roman, mon âme et mon cœur rencontrent des mots qui m’ont touché, bousculé peut-être même plus, qui ont dévoilé une de mes facettes. Vous n’êtes peut-être pas habituée à découvrir tous ces mots écrits résonnant chez certains de vos lecteurs parce qu’ils parlent d’humanité, de ce que nous sommes tous,  et cela quelque soit notre continent, nos racines, nos pays, des... [Lire la suite]

29 août 2015

Saturday read fever - "Courir après les ombres" Sigolène Vinson

«  Chapitre 13   Les vagues déroulent, elles sont mauves sur les nacres concassées de la plage. Une pique d’oursin entre les doigts, Cush dessine des ronds dans le sable. Chacun des autres clandestins est comme lui, replié sur quelque chose que le ressac a déposé, un cauri ou une pince de crabe. Cela fait deux jours que les passeurs auraient dû les faire traverser. Un intermédiaire est venu d’Obock leur apprendre que la marine djiboutienne patrouille et que les Yéménites, pour ne pas se laisser prendre, n’ont pas... [Lire la suite]
28 août 2015

"Achille" Marie Richeux

" Ton nom est une armée, mille soldats contenus dans ton nom, mille armures contenues dans ton nom, mille chars, dix mille chevaux, écoute comme ton nom fait du bruit. C'est charmée par cela que ma porte c'est ouverte. J'aurais dû mieux entendre." Marie Richeux, c'est tout d'abord une voix qui nous parle, qui nous susure des histoires polaroïds, des petits riens qui deviennent de belles et douces lumières, des historettes, des clichés de mots qui font du bien. Par l'intermédiaire des ondes, elle s'invite dans nos salons, nos... [Lire la suite]
24 août 2015

" [ Kokoro ] " Delphine Roux

« Je savais que ce serai long. Je connaissais l’itinéraire par cœur. Pas besoin de cartes, les routes étaient en moi, intelligemment inscrites, comme un réseau sanguin qui va son chemin. Je m’étonnais de la facilité, des paysages qui défilaient sans chercher à nous retenir. Je m’étonnais de la fugue, des terres pourvoyeuses  des briques, des ciments de nos reconstructions. Je m’étonnais d’avancer. Je n’avais jamais été voyageur. »    A la base Kokoro est un mot japonais qui pourrait se traduire par le... [Lire la suite]
23 août 2015

"Extrêmes et lumineux" Christophe Manon

« prochant prudemment de son passé tel un archéologue qui fouille et retourne la terre à la recherche de vestiges ou de menus indices, interrogeant dans un ressassement insensé les couches d’infinis trésors ou de petites reliques privées qui n’ont de valeur significative que pour celui qui les exhume »  Que vous dire sur ce drôle de roman paru pour la rentrée littéraire chez Verdier. Une sacrée claque, une parenthèse incroyable dans l’art de lire, un Objet Littéraire Non Identifié. Je me suis longtemps posée la... [Lire la suite]