27 mars 2015

"Ce n'est pas toi que j'attendais" Fabien TOULME

Oh misère comment vais-je pouvoir vous parler de cette bande dessinée qui est tout simplement somptueuse, tendre, grave, riante, vivante ? Comment vous parler de ces dessins et de ce texte qui sont venus me chercher là, dans le ventre, dans les moindres recoins de mon corps et âme ? Comment vous parler de « Ce n’est pas toi que j’attendais » sans vous dire que j’y ai laissé des larmes, des sourires, des petits pincements au cœur, des grandes bouffées d’air et de tendresse, sans vous dire les doutes, les peurs et... [Lire la suite]

24 mars 2015

"Où que j'aille" Albane GELLE - Anne LELOUP

« Tu voyages avec moi, tu n’es pas encombrant. Où que j’aille.Tu te moques des grandes pluies, tu ne te perds jamais dans les labyrinthes, et tu n’attends pas ton tour au bout des files d’attentes. Tu te fais oublier. Pendant que je m’affaire à fermer un manteau, à cueillir des cerises, à seller un cheval. Pendant que je t’écris des livres.Je n’ai pas encore lu toutes les pages, rangées dans la grande chemise cartonnée beige. J’attends le jour où. J’emporterai tout ça, dans une autre maison (la forêt sera au bout des doigts). En... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 21:13 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mars 2015

Alice Zeniter - Raphaël Neal " De qui aurais-je crainte ? "

  « Elle nettoie les bureaux vides en chantant très fort du Richard Cocciante.Elle se sent obligée de pousser sa voix pour contrer le silence qui semble ici plus lourd qu’ailleurs.Elle est désolée de réaliser qu’elle ne connait pas les paroles des bonnes chansons. Seulement celles des pires. » « Il pleure cinq minutes avant de partir travailler. C’est la seule méthode qu’il a trouvée pour ne pas devenir fou à chaque fois qu’il doit donner ou recevoir un ordre.Il se regarde pleurer dans un petit miroir placé au... [Lire la suite]
15 mars 2015

France Cavalié "Baïnes"

« Roseoleg. En un mot, une danse, une contorsion. Deux corps  imbriqués, souples et soudés, dans le mouvement de la danse, un prénom chaloupé qui nous va bien. Notre amour est un sentiment parfait et déchirant, depuis qu’Oleg a déraillé.Roseoleg, un lasso qui lacère le cœur et tourne la roue de nos corps impatients.On s’attrape, on se confisque au monde, on ne s’aime plus comme des humains tellement on se veut ; ça monte et ça descend, les petits chevaux de la tendresse folle, échoués quand s’arrête la fête foraine et... [Lire la suite]
14 mars 2015

Le voyage d'Octavio - Miguel BONNEFOY

  «  Comme un ermite dans sa cabane, la barbe longue, les cheveux touchant les épaules, assis en tailleur, il rédigeait l’histoire à sa façon. Son corps était recouvert de marques, composées une à une, comme les lettres d’un même récit. L’écriture se manifestait à son cœur par le vernis et l’acide, la peinture et le bois, l’or et le plomb. Il décapait, raclait, façonnait l’espace, constituait une grammaire. Un arrosoir lui faisait les fleuves, un cadre doré les montagnes. Avec une lunette et une loupe, il écrivait la... [Lire la suite]
07 mars 2015

Calvin and Hobbes

Je ne sais plus comment cela m’est venue, un matin de janvier, j’ai eu une envie irrésistible de replonger en enfance, de partir faire les pires pitreries sur une luge, de m’allonger au pied d’un arbre, m’aventurer dans la galaxie à la recherche d’extra pas terrestres en forme de dinosaures, de rendre fou mes parents, ma baby sister  qui trouve toujours un truc pour être plus forte que moi, faire enragée cette peste de Suzie et surtout retrouver avec bonheur mon doudou préféré, mon tigre farceur et insatiable ami. Oui je ne... [Lire la suite]

01 mars 2015

Michèle Lesbre "Chemin"

« Derrière le hublot, les images passaient comme à travers une lunette scrutant un horizon lointain, et me donnaient la force et le désir d’aller jusqu’au bout de ce voyage, que d’une certaine façon je devais à l’homme du réverbère. Je me souviendrais sans doute longtemps de ce matin sur la Minette, comme je me souviens d’autres matins auxquels je pense souvent et qui sont parfois des refuges heureux. […] Tant d’autres, qui ont laissé des traces lumineuses dans la nuit opaque des chagrins et de la fuite du temps, et me guident... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:50 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 février 2015

"Ma mère ne m'a jamais donné la main" Thierry Magnier - Francis Jolly

  « La poussière a envahi les lieux, partout de la poussière. Beaucoup. Avant la poussière c’était uniquement dehors. Surtout quand le vent très chaud de l’été soufflait, là il fallait vite fermer les fenêtres et les portes. Aujourd’hui les fenêtres ne servent plus à rien, la plupart ont disparu, pillées, cassées, le vent s’installe comme il veut. Il est le seul habitant. » Subtile et périlleux ouvrage que voilà. Sensible et graphique. Délicat et poétique. Une caresse, un vent chaud, une fenêtre ouverte, un pan de... [Lire la suite]
21 janvier 2015

"A l'abri des regards" Anne Frédérique ROCHAT

« J’ai trente-six ans aujourd’hui. C’est mon anniversaire. Mon anniversaire, comme on dit. Dans la rue, quelques sapins décharnés me regardent passer. Pour eux, la fête est terminée. Et pour moi ?Une odeur de pluie et de goudron mouillé me serre le cœur. Une nausée. Peut-être pas ça ? Pas le temps. Rien à voir avec le temps.Evidemment.Mardi cinq janvier.  Je regarde ma montre : sept heures trente du matin.Je ne suis pas encore née. Ma mère n’est pas encore décédée. Mon père a  toujours l’espoir que... [Lire la suite]
22 décembre 2014

"Petit éloge des amoureux du silence " Jean Michel Delacomptée

« Pour beaucoup de gens, le bruit est un bienfait. Non seulement il ne les dérange pas, mais ils l’aiment. Il leur est impossible de comprendre qu’on veuille s’en délivrer, a fortiori qu’on l’abhorre. Ils le convoitent, ils le cajolent. Le bruit leur est une seconde nature. Ils s’en enveloppent, pareils aux apiculteurs qu’entoure les ruches un essaim d’abeilles. Ils l’enfilent comme on se chausse. Pas une heure sans bruyant cortège. Le silence les inquiète, le bruit les rassure. Ils vivent avec lui, en lui. Ils ne peuvent vivre... [Lire la suite]