12 mars 2018

" Un grand amour " Nicole Malinconi

  « Un grand amour, j’ai dit à la journaliste. Depuis le début, cela a été un grand amour. Qui aurait duré grâce à sa force du début, même quand les raisons de ne plus l’aimer, lui, de ne plus pouvoir, ont surgi contre l’amour comme des murs incontournables. Parce que les raisons de ne plus l’aimer, moi je les ai contournées ; je m’en suis détournée comme on détourne le regard sans avoir vraiment vu, sans avoir voulu voir ; je les ai même oubliées finalement, au point qu’une seule évidence demeurait dans le... [Lire la suite]

09 mars 2018

"Grands lieux" Hélène Gaudy

« On m’avait prévenue que ce lac invisible, fermé par les marécages, était le grand absent, dont on sent la présence mais qu’on ne voit que par fragments. C’était même précisément ce qui m’avait donné envie de le découvrir : la perspective d’un lieu éclaté auquel ses rives sauvages ne ménagent que peu de points d’accès. Un lac-puzzle, toujours à reconstituer, à l’aide de morceaux qui ne laissent sur lui, comme sur le déroulé de nos vies, que des incursions brèves, des échappées. »  Il y a en nous des territoires... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 04:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 mars 2018

"Un peu de bois et d'acier " Chabouté

  C’est l’histoire d’un banc au cœur d’une ville. Un banc classique, simple, fait d’un peu de bois et d’acier. Un banc comme on en trouve dans les jardins publics, au pied des arbres, à l’abri des rayons du soleil et des gouttes de pluie. Un banc sans chichis. Un banc. Un banc qui abrite les amoureux, ceux qui n’ont plus rien à perdre, ceux qui s’essoufflent, ceux qui rêvent. Un banc qui s’en fout pas mal du regard oblique des gardiens poètes et des gens pressés.  Un banc qui apporte un répit, un instant où se poser, se... [Lire la suite]
05 mars 2018

Guillaume Siaudeau " Inauguration de l'ennui "

  « Prem’s Le premier rayoncelui qui n’a pasattendu les autresCelui qui ne brûlepas encoreQui réchauffe juste un peujuste ce qu’il fautQui ne ferait pascuire un œufsur un capot de voitureCe premier rayon-làa valeurde sourire » Il y a des petits livres qui nous arrivent comme ça, comme un beau jour de hiver/printemps. Un jour un peu bizarre, entre deux giboulées. Ils se glissent entre une ondée et une éclaircie, viennent nous chatouiller la joue, le regard, nous ébouriffer nos cheveux qui jusqu’à-là étaient cachés... [Lire la suite]
04 mars 2018

Dimanche en poésie - Thierry Radière " Les samedis sont au marché"

  « Les petits pois  La mémoire ne revient pas comme ça : j’ai passé mon temps à oublier qui j’étais. Maintenant j’y vois plus clair, je m’invente des souvenirs pour être comme tout le monde. Avant je croyais que j’étais faite pour rester une morte vivante ; à patiner dans la choucroute jusqu’à la fin de mes jours. Les marchés le samedi matin avec toi sont des attendrisseurs : ils font venir au fond de ma gorge un goût de partage que je ne connaissais pas. Les petits pois écossés en ta compagnie bien... [Lire la suite]
02 mars 2018

Vincent Delerm "Songrwriting"

      Je me souviens du jour où j’ai reçu ces livres. C’était encore un jour de mai même si la date était légèrement dépassée.Je me souviens qu’il faisait beau et que je me suis assise sur une chaise, dans ma cuisine. J’ai ouvert le paquet. Ça aussi je m’en souviens.Je me souviens que j’avais reconnu bien avant d’ouvrir, l’écriture qui indiquait la provenance, 72000 Le Mans. Le Mans. Décidément je me souviens qu’elle avait le don de me surprendre quand je ne m’y attendais pas. Je me souviens que comme à chaque... [Lire la suite]

28 février 2018

" La tendresse des pierres " - Marion Fayolle

 « On a enterré un poumon de papa. C’était un jour de printemps, les arbres étaient chargés de cerises et la nature était  belle. » Par où commencer, mon dieu. Par où commencer sans vous donner l’envie de vous ruer sur cette bande dessinée sans voir et comprendre toute sa subtilité, sa beauté, la poésie dégagée et les larmes qui perlent et se répandent au fur et à mesure de la lecture. Un roman graphique serait d’ailleurs et largement plus élogieux, plus sincère et proche du rendu de cet ouvrage qui m’a laissé un... [Lire la suite]
26 février 2018

La ballade silencieuse de Jackson C. Franck - Thomas Giraud

 « Dans cinquante ans, quand l’histoire n’aura laissé de ces années que de blocs de quatre ou cinq années, quand l’urgence de la nouveauté n’aura plus de sens, on l’écoutera différemment. On entendra la souffrance pudique, la dignité des détails précieux de cette mélancolie sans outrance et l’application émouvante à vouloir bien-faire. Bien faire voulait dire pour lui Une brise fine, une légèreté appliquée, le contrôle sur à peu près tout. Ça aussi on l’entendra, avec le temps, et on comprendra ce qu’il y a de beau dans... [Lire la suite]
24 février 2018

Comme résonne la vie - Hélène Dorion

  « Parce que le ciel souffle sur le feuillage de nos silenceset que battent les saisons, parce quela rosée bientôt nous rendra au petit matin et que les heures glissententre nos mains des orages et des falaises  parce que tant de beautéscontinuent de vivre et que nous sommes aussitant de beauté, chaque jour, on traversejusqu’à l’instant sublime où la terre, lentement la terreson doux visage d’éveillée, remonte de sa nuit  remonte de sa nuit. »  Nous le savons tous que vivre est une caisse de... [Lire la suite]
23 février 2018

Christian Bobin "Le Christ aux coquelicots"

  « Tu viens quand plus personne ne peut nous consoler : tu enterres secrètement celui que nous aimons au fond de notre cœur – bien à l’abri du temps. » J’ai ouvert ce petit livre à la couverture jaunie comme on ouvre un délicat trésor, une précieuse lettre vivante de mots, de consonnes et voyelles, de cet espace chantant, sensible, poétique, quasi divin. J’ai ouvert lentement, découpant page par page, feuillet par feuillet. Là doucement, dans le silence du jour naissant, les phrases se dévoilaient dans la clarté naissante de... [Lire la suite]