15 mars 2015

France Cavalié "Baïnes"

« Roseoleg. En un mot, une danse, une contorsion. Deux corps  imbriqués, souples et soudés, dans le mouvement de la danse, un prénom chaloupé qui nous va bien. Notre amour est un sentiment parfait et déchirant, depuis qu’Oleg a déraillé.Roseoleg, un lasso qui lacère le cœur et tourne la roue de nos corps impatients.On s’attrape, on se confisque au monde, on ne s’aime plus comme des humains tellement on se veut ; ça monte et ça descend, les petits chevaux de la tendresse folle, échoués quand s’arrête la fête foraine et... [Lire la suite]

14 mars 2015

Le voyage d'Octavio - Miguel BONNEFOY

  «  Comme un ermite dans sa cabane, la barbe longue, les cheveux touchant les épaules, assis en tailleur, il rédigeait l’histoire à sa façon. Son corps était recouvert de marques, composées une à une, comme les lettres d’un même récit. L’écriture se manifestait à son cœur par le vernis et l’acide, la peinture et le bois, l’or et le plomb. Il décapait, raclait, façonnait l’espace, constituait une grammaire. Un arrosoir lui faisait les fleuves, un cadre doré les montagnes. Avec une lunette et une loupe, il écrivait la... [Lire la suite]
10 mars 2015

"les gestes du linge" Amandine Marembert et Valérie Linder

« je trie les sous-vêtements trouéschacun comme une tranche de vie effilochéetes slips de garçonmes culottes de jeune fillecelles d’avant pendant après les maternitésstrates de la vie intimelisibles sur la trame des dessous »     Ne vous est-il jamais arrivé de vouloir ranger vos armoires, de vouloir étendre votre linge, de nettoyer vos fonds de tiroirs et de sentir cette odeur de vie qui prend soudain tout son sens sous votre nez, yeux ? Ne vous est-il jamais venu l’idée que ce linge qui s’entasse dans... [Lire la suite]
08 mars 2015

Anne Bragance "Remise de peines"

« Cette répétition chez moi de l’élan et de la chute, comment, par quoi l’expliquer ?Je voudrais comprendre ce qui, en moi, appelle la violence, déclenche la fureur de l’autre.On pourrait penser qu’il y a récidive, mais non, puisque le cogneur est à chaque fois différent. Si quelqu’un est récidiviste dans cette scène primordiale et récurrente, c’est moi, seulement moi. Ah je ferais je ferais les choux gras de n’importe quel psy qui s’emparerait de mon cas si toutefois je consentais à aller me déboutonner sur un... [Lire la suite]
07 mars 2015

Calvin and Hobbes

Je ne sais plus comment cela m’est venue, un matin de janvier, j’ai eu une envie irrésistible de replonger en enfance, de partir faire les pires pitreries sur une luge, de m’allonger au pied d’un arbre, m’aventurer dans la galaxie à la recherche d’extra pas terrestres en forme de dinosaures, de rendre fou mes parents, ma baby sister  qui trouve toujours un truc pour être plus forte que moi, faire enragée cette peste de Suzie et surtout retrouver avec bonheur mon doudou préféré, mon tigre farceur et insatiable ami. Oui je ne... [Lire la suite]
01 mars 2015

Michèle Lesbre "Chemin"

« Derrière le hublot, les images passaient comme à travers une lunette scrutant un horizon lointain, et me donnaient la force et le désir d’aller jusqu’au bout de ce voyage, que d’une certaine façon je devais à l’homme du réverbère. Je me souviendrais sans doute longtemps de ce matin sur la Minette, comme je me souviens d’autres matins auxquels je pense souvent et qui sont parfois des refuges heureux. […] Tant d’autres, qui ont laissé des traces lumineuses dans la nuit opaque des chagrins et de la fuite du temps, et me guident... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 19:50 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 février 2015

"Les genoux écorchés " Philippe VOURCH

« La Simca fait ronfler ses chevaux, elle raconte des histoires de balades et de pique-niques, elle me berce, et j’aime m’endormir contre elle, bien calé au fond de la banquette qu’elle creuse pour mieux m’accueillir. Tout en écoutant la voix de mes parents, je me laisse glisser dans cet immense morceau de coton. De temps en temps, une main bienveillante passe sur mon front ou sur ma joue. Puis la conversation reprend. Je me rendors en rêvant de ces vagues qui vous portent au-dessus de sable et vous font croire que vous volez,... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 21:03 - - Permalien [#]
Tags : , ,
20 février 2015

"Les cerisiers fleurissent malgré tout" - Keiko Ichiguchi

«  Nous sommes si désespérément éphémères. Pourtant, nous ne pouvons pas nous empêcher de faire des promesses, sans savoir de quoi sera fait demain. Les saisons suivent leur cours, et les fleurs fleurissent une fois de plus. Elles meurent, mais reviennent toujours. C’est notre promesse. » 11 mars 2011 : un tremblement de terre, un tsunami, Fukushima. Est-ce possible de faire des projets après cela ? Est-ce possible de vivre encore comme les jours d’avant, de gravir de nouveau les montagnes, les sentiers, les... [Lire la suite]
18 février 2015

"Quatre femmes " Wang Shu Hui

« Les montagnes s’étendaient à l’infini et très loin sous les rayons du soleil, on pouvait encore apercevoir la silhouette de Zhang Sheng. Dame Cui appela sa fille à plusieurs reprises, Hong Niang la tira pour monter en voiture. A partir de ce moment, ni l’un ni l’autre ne savait combien de mois, combien d’années s’écrouleraient avant qu’ils ne soient à nouveau réunis. » Quatre histoires qui retracent des parcours exemplaires, quatre odyssées féminines sous la forme de Linhuanhua, genre relevant de la peinture chinoise... [Lire la suite]
18 février 2015

"Ma mère ne m'a jamais donné la main" Thierry Magnier - Francis Jolly

  « La poussière a envahi les lieux, partout de la poussière. Beaucoup. Avant la poussière c’était uniquement dehors. Surtout quand le vent très chaud de l’été soufflait, là il fallait vite fermer les fenêtres et les portes. Aujourd’hui les fenêtres ne servent plus à rien, la plupart ont disparu, pillées, cassées, le vent s’installe comme il veut. Il est le seul habitant. » Subtile et périlleux ouvrage que voilà. Sensible et graphique. Délicat et poétique. Une caresse, un vent chaud, une fenêtre ouverte, un pan de... [Lire la suite]