10 mars 2016

"Matin brun" Franck Pavloff

« C’est vrai que la surpopulation des chats devenait insupportable, et que d’après ce que les scientifiques de l’Etat national disaient, il valait mieux garder les bruns. Que des bruns. Tous les tests de sélection prouvaient qu’ils s’adaptaient mieux à notre vie citadine, qu’ils avaient des portées peu nombreuses et qu’ils mangeaient beaucoup moins. Ma foi, un chat c’est un chat, et comme il fallait bien résoudre le problème d’une façon ou d’une autre, va pour le décret qui instaurait la suppression des chats qui n’était pas... [Lire la suite]

09 mars 2016

"Alvin" Dillies et Hautière

« La fin d’une histoire contient toujours les germes d’une autre. »   Certains matins sont plus durs que d’autres. Certaines journées sont longues et poussiéreuses.  Dans ces moments là, on se dit qu’il nous manque quelque chose, il nous manque celui, celle qui a partagé notre chemin, qui est parti un jour, disparu dans une eau limpide, au fond d’un étang. Il reste un creux béant, un vaste champ de solitude, une émotion palpable, une boule de chagrin qui étreint notre cœur. On reste inconsolable. Il nous manque... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 10:35 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
07 mars 2016

"Des lions comme des danseuses " Arno Bertina

« Les arts premiers étant les mieux à même de nous remettre sur le chemin d’un rapport à notre environnement, et donc à nos semblables comme aux animaux et aux esprits, une idée commença à circuler : notre survie dépendait de ce musée ; et de sa gratuité. […] Il ne s’agissait pas de prendre l’Europe au piège de sa propre histoire mais d’inventer de nouveaux rapports. »   Vous êtes vous déjà demandé ce que cela vous ferez de savoir si « Le bain turc » de Ingres était exposé dans le cadre d’une... [Lire la suite]
06 mars 2016

" Un thé dans la toundra " Joséphine Bacon

  Ouvrir un livre. Le poser. Caresser la couverture. Laisser le regard, les yeux, les mains infiltrer les couleurs. Plonger. Sentir l’encre s’ancrer tout en douceur dans le cœur. Entendre le chant des mots se mettre en place. Laisser encore ces tons vert tendre, gris souris, vous raconter une histoire. Prendre ce temps, s’offrir la surprise au mot "poésie". Entendre dans la cuisine chanter la bouilloire posée sur le feu. Infuser le thé. Ni trop vert, ni trop noir. Les feuilles se développent, prennent leur ampleur, diffusent... [Lire la suite]
05 mars 2016

"it's not a piece of cake " Nancy Peña

Rappelez-vous, déjà dans Tea Party, Nancy Peña nous amenait dans les faubourgs d’un Londres victorien plus vrai que nature. On s’aventurait dans les tripots malfamés et on recherchait, tel le St Graal, le nec plus ultra des breuvages anglais, celui qui parfume les house clubs et autres maisons de l’aristocratie anglaise.  Tel un combat de titans entre Lord Henri Mc Dale et Sir Clifford Barnes, Nancy Peña nous baladait de pages en pages, à la rencontre de son chat du Kimono et de Victor Neville, jeune cookery-counseller employé... [Lire la suite]
04 mars 2016

"Je suis née sous l'eau", "Je suis né sous la terre" Valie Le Gall et Alex Cousseau

C’est l’histoire en deux voix, à deux voix : une qui vient de sous l’eau et une de sous la terre. Un petit livre que l’on ouvre et retourne sitôt l’histoire terminée pour en découvrir une autre. Pile ou face. Une histoire comme une légende venue d’un autre temps et qui façonnent deux enfants, qui les fait vivre, qui est vie.     On suit d’un côté Naïda, jolie petite fille de 9 ans, issue de la mer, un soir de tempête. « Je suis née sous l’eau, dans un lagon peuplé de poissons. » Ses parents rêvaient... [Lire la suite]

01 mars 2016

"La tristesse de l'éléphant" N. Antona - N. Jacqmin

« Mon histoire est malheureusement commune à notre époque. Elle est celle du cycle de notre existence. La naissance, la vie, la mort mais à cela près que je n’ai pas connu certains des moments de la vie d’un homme » « La tristesse des éléphants »  Tout commence par ce titre, une histoire, une couverture au crayonné pastel, crayons de couleurs de nos trousses d’école. Une histoire qui nous donne l’infinie envie d’ouvrir les pages et de nous laisser happer par cette romance douce-aigre que l’on nomme la... [Lire la suite]
27 février 2016

"L'ombre de nos nuits" Gaëlle Josse

  Chère Gaëlle Josse,   Cela fait bientôt une semaine que j’ai terminé votre roman « L’ombre de nos nuits » et comment vous dire que je  ne sais pas écrire un seul mot après avoir lu les vôtres. Vous avez ce pouvoir d’envouter les nuits (tout comme Laurence Tardieu), de resplendir d’une douce lumière les jours de pluie, de rendre les soleils tendres et chauds les semaines où ces rayons cognent fort. Vous avez la délicatesse des silences nécessaires à écouter et regarder la vie. Je ne sais comment vous... [Lire la suite]
27 février 2016

"La pluie ébahie" Mia Couto

  « Toute la journée, le pluviotis persista comme une bruine somnolente et épaisse. Nul ne se souvenait d’un pareil événement. On souffrait peut-être d’une malédiction. L’indécision de la pluie n’était plus motif de joie. Malgré tout j’inventai une facétie : mes parents m’avaient toujours traité d’ébahi. Ils disaient que j’étais que j’étais lent pour agir, attardé pour penser. Je n’avais pas vocation à faire quoi que ce soit. Peut-être n’avais-je même pas pour vocation à être. Eh bien la pluie était là, clamée et... [Lire la suite]
25 février 2016

Amegraphique - Poésie

Poésie… tel un mot qui se pose sur la feuille et qui nous plonge.  PoésieMatin, La lumière, jour qui nous éclairePoésieNuit, de la lune son rayon sur nos mains PoésieTout ce foutraque qui nous prend là. Le cœur, les reins, nos jambes à nos cous, nos yeux dans le blanc de la feuille, les couleurs qui l’éclaboussent.PoésieGuerre qui occulte la vue. Mots qui deviennent armes de bataillons, poètes anarchistes, révolutionnaires d’un état de paix. Le bruit des canons à l’encre bleue, noire, rouge. Le son de nos bouches où... [Lire la suite]