26 août 2018

L'été jaune carré Camille et Mathilde -

        Je tape sur mon clavier la suite de mon histoire, puis je me rends compte que peu à peu cela devient déséquilibré.Je décide donc de laisser ce travail pour plus tard et me dirige vers le parc où Lucie ma professeur de théâtre m'attend pour que je lui donne les scénarios que j'ai écrit pour la prochaine pièce. Je les lui tends. Elle me remercie puis je pars. La première scène raconte l'histoire d'un noble de la renaissance qui rencontre un homme du tiers-états et lui fait vivre une vie de luxe. Je ne... [Lire la suite]

25 août 2018

L'été jaune carré Maryline Martin

1998, mon Millésime, ma plus belle Année… 1998 : l’année de la Coupe du monde de football. Un vent de liberté, une brise d’égalité, un souffle de fraternité, emportent dans une liesse populaire les amateurs où non du ballon rond. Champions du Moooonde !  1998 : l’arrivée de mon étoile à l’image de celles qui ornent le faire-part de naissance. Je suis la plus heureuse des Mamans du Mooooonde !  *** Quelques jours après le solstice d’été et avant l’éclosion du septième mois de l’année, déboule, dans ma... [Lire la suite]
24 août 2018

Pascal Manoukian "Le paradoxe d'Anderson"

  « Aujourd’hui la France y est presque. Une grande partie des infirmières, des professeurs, des artisans, des médecins a déjà les pieds dans l’eau. Plus personne ne se sent au sec. Chacun tremble de devoir renoncer à sa manière de vivre, d’être obligé de sacrifier la scolarité d’un enfant sur deux, de ne plus pouvoir s’occuper dignement de ses parents. La marée monte, inexorablement, inondant les classes moyennes. Les familles réclament désespérément les secours. Elles espèrent des bouées et on leur jette des modes... [Lire la suite]
22 août 2018

L'été jaune carré Charlotte Milandri - "Le gouffre des possibles"

Elle n’attend personne, elle poursuit sa valse, tempétueuse ou calme, c’est elle qui dicte le pas. Elle est le refuge d’une année de privations, de matins sans envie et de journées travaillées sans relief. Elle est la récompense. Elle est le terrain de jeu des enfants et le décor des plus grands souhaitant une couleur dorée quand le ciel commencera à s’assombrir.  Je la guette. Vertigineuse. A son contact, je deviens misanthrope, jalouse et exclusive. Elle m’attire comme une passion dangereuse, à laquelle rien ne résiste. Malgré... [Lire la suite]
21 août 2018

Mélanie Richoz "Le bus"

  Il est toujours délicat de parler d’une auteure pour qui on éprouve une réelle sympathie. Etre neutre,  ne pas se laisser emporter par l'amitié ou les émotions. C’est indéniablement ce que je tente de faire à chaque fois que je lis un roman de Mélanie Richoz. Et à chaque lecture, je me le répète. Je ne cède pas facilement… Alors oui je ne serai pas neutre, je ne serai pas sans vous dire que « Le bus » est encore une fois, un vrai roman dans lequel la puissance, beauté, force, poésie, musicalité, la façon... [Lire la suite]
20 août 2018

Loulou Robert - Sujet inconnu

  « Des jours en vrac. Ils comptent. Ils marquent. Ils frappent. Ils blessent. Ils renforcent. Ils s’entrechoquent. Des chiffres. Des litres. Des kilogrammes. Des kilomètres. On compte. On décompte. Tic-tac. Le chrono avance. Il ne s’arrêtera jamais. Tic-tac. Même le jour où c’est terminé, il continue sa route. Pour les chiffres, il n’y en a qu’une.J’aurai pu être comptable. Des plus et des moins. Un résultat. C’est clair et simple. Pas droit à l’erreur. Cocher. Vérifier. Taper sur des touches. Revérifier. Tout est rangé.... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 août 2018

Dimanche en poésie Rainer Maria Rilke " Notes sur la mélodie des choses"

  « Quand deux ou trois personnes s’assemblent, ce n’est pas pour autant qu’elles sont déjà ensemble. Elles sont comme des marionnettes dont les fils sont de différentes mains. Sitôt qu’une main les manipule tous, il leur survient une communauté qui les fait s’incliner ou se sauter dessus. Et les forces de l’être humain, elles aussi, sont là où vont finir ses fils dans une main souveraine qui les tient. »  Ils vous arrivent de lire des livres, des recueils sans savoir si ce que vous allez lire, si les mots qui... [Lire la suite]
18 août 2018

L'été jaune carré karine Le Nagard "Un pacemaker à mon coeur"

    L’objet-livre, les rondes de mots, l’encre des pages, des pages à décoller et à écorner, puis lisser. Caresser les livres, à voix haute les effeuiller, rêver en énonçant la promesse d’un titre, retrouver ses héros, rencontrer un autre que soi…et voyager si loin, tout près. Se rassurer de n’être plus seule, se consoler que cet autre sache lui aussi, s’oxygéner d’une parole, s’éterniser dans la flamboyance d’une aventure. Un imaginaire infini pour supporter le réel qui nous échappe, lui donner des formes, des consciences... [Lire la suite]
16 août 2018

Alice Zeniter "Jusque dans nos bras"

  « Je suis de la génération qui s’appauvrit, je suis de la génération qui paie les retraites, je suis de la génération qui apprend à avoir peur des vieux, je suis de la génération qui perd ses fonctionnaires, je suis de la génération à qui on a brandi le modèle scandinave, je suis de la génération qui a honte de faire des fautes en anglais puisque ce n’est plus une langue étrangère pour personne, je suis de la génération qui passe à droite par désespoir devant le paysage de gauche, je suis de la génération devant qui on... [Lire la suite]
15 août 2018

L'été jaune carré Catherine Rolland "Dessous"

Assis sur le pont arrière du bateau, les pieds nus traînant dans l'eau du lac, Eric se concentrait.  Evian, compétition internationale d'apnée. Un rendez-vous sportif qui d'année en année, attirait de plus en plus de spectateurs. Le matin avaient eu lieu les épreuves d'apnée statique, en piscine. Le record du monde, onze minutes quarante-cinq, avait été battu par un Italien.  Onze minutes quarante-cinq sans respirer. Bon sang, à bien y réfléchir, ils étaient complètement fous. Pour l'épreuve reine, l'apnée en profondeur à... [Lire la suite]