01 décembre 2017

Evelyne Pisier Caroline Laurent " Et soudain la liberté "

  Chère amie,   Voilà quelques jours que j’ai terminé votre roman, ce lien, cette envie de faire vivre à tout jamais celle qui a été un fil, une main posée sur votre épaule, un bout de vous, ce regard et ces paroles qui vous ont grandi, permis autorisé d’être vous,  proche de vous. Evelyne votre amie. Je viens de le reposer de nouveau après avoir relu quelques extraits qui m’avaient chavirée, emplie de cette gracieuse lumière, de cette générosité absolue, cette sensibilité à fleurs de peau, de votre... [Lire la suite]

29 novembre 2017

Fabcaro "Et si l'amour c'était aimer"

  Fabcaro a encore frappé et ce coup-ci son humour a rejoint le « roman-photo », ce truc complétement has-been, que l’on pique à la grande tante ou arrière feu copine de mamie. Fabcaro et son humour déjanté, ce petit côté Gotlib Super-Dupont Fluide Glacial, son comique de répétition et répétitif, son tracé à la limite du dessin grotesque ou graphique mal dégrossi. Cette fois, il s’attaque au soap-littéraire dans « Et si l’amour c’était aimer ? ». Et pour l’auteur, grand philosophe de Zaï Zaï Zaï Zaï... [Lire la suite]
27 novembre 2017

Lupano, Itoïz, Cauuet "le loup en slip se les gèle méchamment"

Il est de retour !!! Mais qui ??? Qui est de retour au village où le froid est tombé et la neige a recouvert de son blanc manteau, les toits des chaumières et les branches des arbres ? Qui est de retour ? Qui cela peut-il être sinon celui qui est censé foutre la frousse, apeurer le hérisson, le raton pas laveur pour deux sous, le cerf aux grand bois reconverti en boulanger (c’est que l’hiver, haranguer la foule sur une estrade… ce n’est guère réchauffant comme métier) ? Qui hurle le soir au coin du bois, qui... [Lire la suite]
26 novembre 2017

Dimanche en poésie - Jeanne Bénameur "Géographie absente"

  « L’enfance de nos mères est une terre sans aveu.  nous y marchons pieds nus. Empesés, silencieux nous entrons dans la géographie absente.»  Lire Jeanne Benameur, c’est entrer à tout jamais dans les silences, les sons absents, la langue qui reste collée au palais, qui ne se délie que sous le souffle ultime de l’embrasement, du délitement, d’un chuchotement. Rien n’est plus beau que cette langue qui ne dit rien ou peu, mais qui laisse échapper la vie, le bruissement du cœur, l’or. Rien n’est plus fort que... [Lire la suite]
22 novembre 2017

Jérémy Moreau "La saga de Grimr"

  « Les islandais sont les plus courageux des hommes. Et la preuve en est qu’on habite depuis des générations sur l’ile la plus dangereuse du monde. Nous habitons sur un monstre, Grimr ! Un monstre qui a le feu au ventre ! » Rien ne présageait la destinée de Grimr, rien ne présageait le destin de cet enfant survivant d’une coulée de lave, de la folie furieuse d’un volcan entré en irruption et ne laissant aucune chance à ceux qui croisaient son chemin. Cet enfant à la tignasse rousse, au corps démesuré, à la force surhumaine... [Lire la suite]
20 novembre 2017

Hélène Gestern " Un vertige "

  «  Qu’est-ce qui se sépare en nous quand nous nous séparons ? On se croit jumeaux, amandes philippines, lovées dans le même corps d’amour, on se croit indestructibles. On partage l’illumination, le sentiment extraordinaire d’être de plain-pied avec un autre que soi. On apprend la grammaire d’une peau, d’un désir, d’un regard, on se plonge dans l’énigme d’un être inconnu, ce gouffre merveilleux, dont on explore pas à pas les chemins apolliniens et les traverses dionysiaques ; on se construit un royaume commun,... [Lire la suite]

17 novembre 2017

Mélanie Rutten " Nour, le moment venu "

  « Nour aime les anniversaires. Les anniversaires, c’est rare. Nour aime les instants rares et pour les garder plus longtemps, elle les note dans un carnet. »  Nour déménage. Mais elle ne sait pas où aller et devenir quoi ? Elle était bien jolie sa maison où se réunissaient Nour et ses amis mais elle doit trouver un autre endroit pour vivre. Alors avant de partir, Nour organise son dernier repas d’anniversaire où elle convie ses amis. Autour de la table, illuminée de bougies, chacun raconte sa nuit et ses... [Lire la suite]
15 novembre 2017

Lupano Cauuet "Les vieux fourneaux, la magicienne" Tome 4

  On avait laissé les trois vieux shnoks, les papy grincheux, les révoltés du troisième âge, à l’aube d’une nouvelle histoire, d’un suspens infernal. Nul ne savait ce qu’il adviendrait de nos trois compères de sans yeux ni Maitres et de leur pitchounette magicienne d’un théâtre de marionnettes et d'une histoire de loup en slip. Nul ne pouvait croire que derrière la camionnette rouge, il en avait encore sous le capot des manifestations, des bombes à retardements éclats de rire, des bus à faire pâlir toutes les sociétés de bus... [Lire la suite]
13 novembre 2017

Pascale Lécosse - "Mademoiselle à la folie"

  « Combien de temps ? Quelques semaines ou quelques années avant qu’elle ne m’oublie. Je retiendrai les heures qu’il faut, pour les partager avec elle. Je ne laisserai rien ni personne la dissoudre. Son bel esprit vivra et si ses souvenirs s’envolent, nous en fabriquerons de nouveaux, que je graverai dans sa mémoire volatile. Je taguerai sur nos murs et le sol les repères nécessaires à son orientation et, au fur et à mesure que sa route s’effacera, je tracerai de nouvelles voies. Je répéterai, mille fois si besoin... [Lire la suite]
11 novembre 2017

Elise Gravel et Magali Le Huche " La tribu qui pue"

« Yvonne Carré voulait tellement attraper les enfants qu’elle en rêvait la nuit. Elle avait même construit une énorme machine à laver. Ce n’était pas une machine à laver ordinaire : c’était une machine à laver les enfants sales. Elle avait passé des nuits entières à construire sa machine et à rêver à tous les gamins qu’elle allait mettre dehors. Ne lui restait plus qu’à capturer les petits. Et pour ça, elle avait eu plusieurs idées. »    Les enfants de la Tribu-qui-pue… puent. C’est un fait. Rien ne peut... [Lire la suite]