13 août 2018

Barbara Baldi - La partition de Flintham

  Décembre 1850. Quelque part dans la campagne anglaise qui borde les Midland. Pas si loin de Notthimgham et son appel londonien. La neige recouvre de son blanc manteau les longs et monotones paysages, les rudes collines désertiques, la triste forêt de Sherwood, berceau des contes pour brigands et pilleurs de manoirs. Un comté où seuls les loups hurlent aux abois, où seuls quelques corbeaux volent encore de fenêtres en fenêtres. Flintham Hall Manor.   Un hiver rigoureux que cet hiver à la jonction d’une nouvelle année.... [Lire la suite]

11 août 2018

L'été jaune carré Marcelline Roux et Nathalie Magrez " Vita Nova solo"

Partir. Prendre la route comme du temps du duo. Charger la voiture sans m’énerver, fermer les volets, couper le gaz et la chaudière. Laisser les tortues déambuler. M’apercevoir au dernier moment que toutes les cartes routières ont disparu. Nouvelle stratégie pour me faire perdre le Nord ou me perdre tout simplement ? Même le GPS ne veut plus se brancher.  Acheter in fine une carte. Hésiter longuement entre la version IGN ou Michelin et choisir l’IGN : en duo, nous ne jurions que par Michelin. Façon de changer de... [Lire la suite]
08 août 2018

Un été jaune carré - Mélanie Richoz "Dimanche"

  Dimanche Le lundi succède au dimanche, qui succède au samedi, qui lui, succède au vendredi… Azra connaît la chronologie des jours de la semaine, même en français. Pourtant, elle s’y perd.Bugün, hangi gün ? demande-t-elle à sa fille.Dimanche, maman. Nous sommes dimanche et les magasins sont fermés.Alors Azra repend sa veste dans l’armoire, range son porte-monnaie dans la commode et retourne s’asseoir sur le canapé. La télévision allumée, le chat s’allonge à ses pieds et s’endort. Elle est ici, mais ailleurs.  Ici et... [Lire la suite]
06 août 2018

Claudine Galea - Le corps plein d'un rêve

  « … c’était fini,  Patti ne me quitterai plus, je ne le savais pas et j’allais tout faire pour qu’elle ne me quitte pas, mais je l’avais, greffée dans le cœur sous la peau, la voix de Patti. Lorsque Redondo beach est arrivé, j’ai cru que ça allait être gai, et puis j’ai eu envie de pleurer, quelque chose d’autre encore était passé de Patti à moi et c’est ça que j’allais essayer de virer, elle m’avait fichu la nostalgie et les larmes plutôt que la rage et le cri, voilà pourquoi la fille sans voix, n’est pas devenue... [Lire la suite]
05 août 2018

Marcus Malte Cyrille Derouineau "Mortes saisons"

 « La plage est livrée à elle-même. Les établissements sont vides, dedans, dehors, terrasses désertes, cannisses arrachées. Le sable et les algues envahissent les planches. Quel fléau ? on se demande. Quelle menace, quelle dévastation annoncée a poussé la population à fuir ? Quel danger imminent a pu conduire à pareille exode ? Rien de tout cela. Rien d’autre que l’hiver. La météo. Le calendrier. Une histoire de congés payés. Il en faut si peu, parfois. […] Nul ne se dore au soleil de février sinon peut-être... [Lire la suite]
04 août 2018

Un été jaune carré Arnaud Dudek "La grande cabane"

  1.               Selon une idée largement partagée, la classe ouvrière aurait disparu en Occident. Certes, elle s’est étiolée en tant que corps politique massif ; mais les ouvriers et prolétaires existent toujours en nombre, qu’ils soient au chômage, ou qu’ils travaillent dans ce qui reste d’usines dans nos contrées en voie de désindustrialisation – à la Synoxys, par exemple.             Elle se dresse aux... [Lire la suite]

01 août 2018

L'été jaune carré - Gaëlle Pingault "Le vide"

    Il y avait iciDu bruitParfois assourdissantépuisantIndustrielle symphonieQui abrutitClaquementsGrincementsHurlementsEt puis des rires parfoisCristallins légers décalésLa mélodie du labeurEtait-elle aussi parfois celle du bonheur ?  Il y avait du bruitRien n’était calme iciIl y avait la vie  Il y avait iciDes brasiers circonscritsDu feuDes incendiesDomptés maîtrisés dominésMétal incandescentChaleur, sueurLongues heuresRespirerSuffoquerTenirEtre fier malgré toutDe ce travail de fou  Il y avait... [Lire la suite]
31 juillet 2018

Pascale Pujol Je vous embrasse

  Paris, à l’ombre des cœurs. Des cœurs qui palpitent, se cherchent, se séduisent, espèrent, se rejettent. Paris, à l’ombre du peut-être ou du jamais, des relations qui se trouvent, languissent, jouent au jeu du chat et de la souris, des illusions et désillusions, des promesses qui ne disent pas, des gestes qui s’attardent, des baisers qui se croisent.   Paris, à l’ombre des jeux d’un amour, d’une histoire qui se signe par ces mots chargés de sentiments, de vœux pieux. « Je vous embrasse ». Des mots rares sur... [Lire la suite]
Posté par sabeli à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 juillet 2018

L'été jaune carré Adeline Baldacchino - EPISODE 7

  Ce qu'il faut c'est la haute mer - EPISODE 7     6 janvier (Fort-de-France, débarquement) Jour d’épiphanie paraît-il. Je me lève, un arc-en-ciel m’accueille dans la baie de Fort-de-France, par-delà les grues du port, lové contre un morne, à peine échappé de la brume, tout mouillé, resplendissant de beauté contenue. Je quitte le navire avec ce mélange de jubilation et de regret que je connais bien. J’ai aimé ses odeurs, ses lenteurs, ses effarements dans la tempête, ses hommes las, leurs grands rires, leur... [Lire la suite]
28 juillet 2018

L'été jaune carré Adeline Baldacchino - EPISODE 6

  Ce qu'il faut c'est la haute mer - EPISODE 6     1er janvier L’étrange soirée auprès de l’équipage philippin – karaoké dans l’entrepont, trop de musique et de cris, trop d’alcool et de bruit. J’ai joué le jeu un bon moment, puis j’ai fui sous un quelconque prétexte, promettant d’y retourner. Mais j’ai rejoint le silencieux gardien de la passerelle, et nos confuses nostalgies se mêlaient dans le noir à l’heure où l’aiguille de bord marqua le nouvel an. J’ai fini Jankélévitch dans la foulée, bercée par une vague... [Lire la suite]