28 août 2017

L'Eté Jaune Carré - 1 - Sophie Lemp et Lucile Bordes " A quatre mains"

        A quatre mainsSophie Lemp - Lucile BordesL'été jaune carréLe blog du petit carré jaune

26 août 2017

Erwan Larher " Le livre que je voulais pas écrire "

  « Je suis un romancier. J’invente des histoires. Des intrigues. Des personnages. Et, je l’espère, une langue. Pour dire et questionner le monde, l’humain. Il m’est arrivé une mésaventure qui est une tuile pour le romancier qui partage ma vie : je me suis trouvé au mauvais endroit au mauvais moment ; donc lui aussi. » Certains romans ont le goût de l’impossibilité à « chroniquer », à révéler leur détail, leur histoire, tout simplement parce que l’on éprouve cette intime intimité d’être dans ces... [Lire la suite]
26 août 2017

L'Eté Jaune Carré - Jérôme Attal " Poésie "

J'étais comme une pieuvre tu saisEt je voulais vraimentQu'elle s'endorme au fond de mes brasDans les tréfonds de mes brasRien ne m'intéressait plus alorsQue mon destin de pieuvreil n’y avait plus d’existence aucunej’étais comme une pieuvre et la lumière ne m’atteignait même pasni celle du soleilNi celle de la surfacePas même celle des autresj’attendais ce moment où sa lumière à ellene m’atteindrait plus alors je nieraien la présence des autres que je me suis intéressé à elleune seconde je nieraije nierai l’amertume et le désirje... [Lire la suite]
25 août 2017

Marie Hélène Lafon "Gordana"

  « Elle s’appelle Gordana. Elle est blonde. Blonde âcre, les cheveux rêches. Entre les racines noires des cheveux teints, la peau est blanche, pâle, elle luit, et le regard se détourne du crâne de Gordana, comme s’il avait surpris et arraché d’elle, à son insu, une part très intime. Sa bouche est fermée sur ses dents. Elle s’obstine, le buste court et têtu, très légèrement incliné, sa tête menue dans l’axe. On devine les dents puissantes, massives, embusquées derrière les lèvres minces et roses. Le sourire de Gordana... [Lire la suite]
24 août 2017

L'Ete Jaune Carré - Maryam Madjidi " les vacances "

Lorsque j’étais enfant et adolescente, je détestais ce mot : les vacances, cette période de l’année : les vacances, cette obsession de tous : les vacances.Pourquoi ? Parce qu’on ne partait pas en vacances, nous. Mon père travaillait sur les chantiers l’été parce que c’était la période de l’année où les gens refaisaient leur cuisine, la peinture de leur appartement, le carrelage de leur salle de bain. Mon père travaillait donc davantage en juillet et août et les vacances, il ne pouvait se permettre d’en prendre. Ma mère n’allait pas... [Lire la suite]
23 août 2017

" Les petites victoires " Yvon Roy

  « Les spécialistes nous envoient de la documentation sur toi, faut voir ça. On dirait un guide d’assemblage pour un meuble Ikea avec cinq morceaux en moins… Comment vivre avec une bibliothèque sans étagère. Je te parle, tu m’entends à peine. Je veux te faire un câlin, tu me repousses, tu fais des crises pour des trucs que je ne perçois même pas… Quand je dis Olivier, sais- tu seulement que c’est toi, Olivier ? » L’amour commence souvent comme un grand plongeon dans le vide. On saute du perchoir, on se jette à l’eau et... [Lire la suite]

22 août 2017

L'Ete Jaune Carré - Sonia David " Pour CM, dite IC"

Pour CM, dite IC.    Lorsque j’étais enfant, la gravité des choses me paniquait, une sorte d’épée de Damoclès balancée en permanence au-dessus de ma petite tête. « Est-ce que c’est grave ? » je demandais à ma mère. Toutes mes phrases commençaient de cette manière. « Est-ce que c’est grave si je dis du mal de mon amie ? » « Est-ce que c’est grave si je n’aime pas la campagne ? », « Est-ce que c’est grave si je casse un vase ? ». A quoi elle répondait, pour m’apaiser, « non, ce n’est pas grave ». Et je m’apaisais. Sauf que... [Lire la suite]
20 août 2017

Dimanche en poésie - Brigitte Fontaine " Chute et ravissement "

«  Cher Arthur, Je te souhaite une belle mort. Tu l’auras. Tu as mis les pieds là où les nages n’oseraient pas s’aventurer. Et toi, c’est moi et c’est tout le monde.Pour toi et pour le mystère de l’inconnaissable Unique.Tout, tout, te dis-je. Je me permets de déposer sur ta joue hâveet tes yeux fermés sur l’infini intérieur et extérieurun baiser de buisson ardent et de fraternité. Le voici : » C’est par ces mots que s’adresse Brigitte Fontaine à celui qu’elle nomme Arthur, son unique poète, celui qui lui a donné... [Lire la suite]
19 août 2017

L'Eté Jaune Carré - Nicole Grundlinger " Carte postale d'Amorgos"

Carte postale d’Amorgos   J’ai le souvenir d’un été parfait. Un été grec. Bleu. Chaud. Lumineux. Une escapade dans les cyclades. Le soleil qui brûle la peau et chauffe la terre. Le regard qui englobe des paysages de carte postale, maisons blanches sur fond bleu, touches colorées des géraniums ornant les paliers et des chats endormis sur les marches à l’ombre des bougainvilliers. Les couleurs du soir, quand la lumière se fait plus douce et caresse de ses rayons orangés les façades immaculées. Instants magiques.Il y eut pourtant... [Lire la suite]
16 août 2017

" Le cri du diable " Damien Murith

  Lire Damien Murith c’est pénétrer dans une écriture qui nous prend aux tripes, nous retourne en moins de deux, nous poursuit des jours et des nuits, nous envoie valdinguer avec poésie dans les cordes du ring. C’est entendre la petite musique des mots qui pénètre votre chair, votre cœur, enfouie sous votre épiderme un mal profond et vous laisse béat devant tant de forces et beautés. C’est un uppercut qui ne vous laisse aucun répit et vous donne juste l’envie de continuer à lire ce quelque chose que l’on nomme un bijou. Un... [Lire la suite]